Athènes cède du terrain face à la troïka

 |  | 475 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
le nouveau ministre grec des finances a reconnu jeudi qu'il était difficile de demander des concessions à la troïka compte tenu du retard de la Grèce dans le programme prévu.

Le nouveau gouvernement grec en est déjà à dire adieu à ses promesses électorales. Certes, à l?issue de la première rencontre entre le premier ministre Antonis Samaras et les représentants de l?UE, de la BCE et du FMI, la fameuse « troïka », la position du gouvernement restait la même : obtenir des « modifications nécessaires » du protocole d?accord signé en mars sur le nombre de fonctionnaires et les salaires de la fonction publique en échange d?une accélération des privatisations. Mais ces rodomontades semblent loin du réel rapport de force.

Retards dans le programme de réduction des déficits

C?est sans doute le nouveau ministre grec des Finances Yannis Stournaras qui a le mieux résumé la réalité de la situation après sa propre rencontre jeudi avec la troïka. « Nous sommes en dehors des clous prévus par le programme et nous ne pouvons rien demander de plus avant d?y être revenu », a-t-il résumé. Selon des sources citées par le quotidien hellénique Kathimerini, le budget grec afficherait déjà un déficit de 1,5 à 2 milliards d?euros plus élevé que ce que prévoyait le « mémorandum », notamment en raison de faibles rentrées fiscales et de dépenses excessives en termes de sécurité sociale. Rien d?étonnant donc à ce que la troïka soit restée jeudi très ferme sur ses positions.

Prochaines journées difficiles

Pour Yannis Stournaras, qui doit revoir la troïka ce week-end, les prochains jours s?annoncent délicats. Lundi, il doit se rendre à une réunion de l?Eurogroupe où l?on lui signifiera sans doute une nouvelle fois l?obligation pour Athènes de remplir ses engagements. Tout se passe donc comme si, progressivement, le gouvernement grec tentait d?habituer l?opinion à un assouplissement a minima du mémorandum.

Chantage à l'élection ?

Le problème reste l?équation politique hellénique. Si le Pasok et la gauche démocratique (Dimar) soutiennent l?équipe Samaras, c?est à la seule condition de respecter certaines promesses de campagne : pas de licenciements de fonctionnaires et le report de deux ans des objectifs du mémorandum. Les deux partis de centre-gauche n?ont pas de représentants au gouvernement : ils ont donc toute liberté pour retirer leur soutien à tout moment. Si la Dimar n?est pas indispensable, le retrait du soutien du Pasok, très affaibli désormais, conduirait à de nouvelles élections, cauchemar des Européens. C?est sans doute ce scénario qui est la dernière chance d?Antonis Samaras qui pourra mettre dans la balance le retour du risque électorale contre quelques assouplissements. Mais la troïka sait qu?aucun des partis au pouvoir à Athènes n?a intérêt à un nouveau scrutin. La guerre des nerfs ne fait donc que commencer.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/07/2012 à 12:54 :
Et tout ça pour quoi?
Nous sommes dirigés par des gens qui ne nous parlent jamais de leurs objectifs réels.
Les français ont voté pour des promesses qui pouvaient les séduire mais qui ne seront jamais tenues. Les Grecs ont fait la même chose. Quelle est la réalité de tous ces pouvoirs? Nous convaincre de ce que nous avons trop dépensé pour notre bien-être et que maintenant nous devons être ruinés et malheureux. Au nom de qui et de quoi?
Réponse de le 06/07/2012 à 15:26 :
la réalité de ce pouvoir est surtout de trop dépensé pour son bien être à lui, avec des discours démagogues, irresponsables et mensongers (quelques relents d'idéologies pour faire passer), qui lui assurent de maintenir ce pouvoir et le train de vie indécent qui va avec. ces gens sont des parasites.
leur méthode: le clientélisme. et le client, fonctionnaire ou milliardaire, se fiche pas mal de la justice et de savoir d'où les richesses proviennent, impôts ou dettes, tant qu'elles arrivent à lui... la Consitution, les droits de l'homme? ils s'en contrecarrent. Cette Constitution n'est qu'un papier qu'ils sortent rarement, mais qu'ils modifient au besoin "à leur sauce", quand ça leur sert. des crapules que le mensonge n'étouffe pas. pourtant, leurs clients sont bien les premiers responsables: les électeurs ! ceux qui jettent dans les urnes leur bassesse, leur mesquinerie, leur fanatisme et toutes les aigreurs de leurs propres échecs? élevant un pouvoir à leur image.
a écrit le 06/07/2012 à 12:52 :
Le nouveau ministre est aux ordres de la troïka puisque c'est grâce à elle qu'il a été élu.

Pour savoir ce qui se passe en Grèce, depuis Athènes :
http://retoureneurope.blogspot.gr/

Et pour ceux qui pensent qu'il est temps d'agir :
http://politiqueduchaos.blogspot.gr/
Réponse de le 06/07/2012 à 14:26 :
Faut arreter un peu... le net n est pas la bible, alors les blog n en parlons pas.... c est comme cite wiki comme encytclopedie universelle....
Faut arretez un peu, faut croiser les infos///
Réponse de le 08/07/2012 à 22:44 :
Faut arrêter un peu... le net n'est pas la bible.
C'est pour ça que j'écris mon blog depuis Athènes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :