L'économie roumaine, victime collatérale des dérapages politiques

 |   |  405  mots
Pour Mugur Isarescu, gouverneur de la Banque centrale, la Roumanie manque d'épargne pour retrouver la croissance et doit attirer des capitaux étrangers pour y remédier car les capitaux roumains n'existent plus / /Copyright Reuters/Bogdan Cristel.
Pour Mugur Isarescu, gouverneur de la Banque centrale, "la Roumanie manque d'épargne pour retrouver la croissance et doit attirer des capitaux étrangers pour y remédier car les capitaux roumains n'existent plus" / /Copyright Reuters/Bogdan Cristel.
Le rapport très critique de la Commission européenne sur la situation de la justice en Roumanie ne devrait pas améliorer un climat économique déjà plein d'incertitudes vis-à-vis d'une crise politique sans précédent.

Atteintes à l'Etat de droit et à l'indépendance de la justice, contournement de procédures constitutionnelles, suppression de contre-pouvoirs démocratiques clés... La liste des reproches faite aujourd'hui à l'adresse de la Roumanie par la Commission européenne dans son rapport sur la justice est longue et sans appel.

"Ce rapport n'aura pas nécessairement d'effet immédiat mais sur le moyen et le long terme terme il est possible que de gros investissements soient annulés ou tout du moins reportés", estime l'analyste financier Laurentiu Rosoiu, qui explique que la transparence de la justice est l'une des conditions de base pour de nombreuses compagnies.

Les investisseurs étrangers n'ont toutefois pas attendu ce rapport pour prendre leur distance avec la Roumanie. La chute de deux gouvernements depuis le début de l'année et une possible destitution du président, qui sera confirmée ou non lors d'un référendum organisé le 29 juillet, a conduit à un climat d'incertitude et d'attente dans le milieu des affaires. La semaine dernière, le Conseil des investisseurs étrangers (CIS) a confirmé dans un communiqué que "le manque de prédictibilité représentait une barrière pour les agents économiques qui souhaitent s'installer en Roumanie".

Les investissements étrangers, dernière solution pour sauver la croissance

Membre de l'UE depuis 2007, la Roumanie a connu un boom économique sans précédent dans les années 2000. Touchée de plein fouet par la crise, Bucarest a dû se résigner à contracter un emprunt de 20 milliards d'euros en mars 2009, dont 12,9 milliards d'euros ont été assurés par le FMI. Les mesures drastiques prises par l'ancien gouvernement de centre-droit, comme la réduction d'un quart des salaires des fonctionnaires, ont permis d'équilibrer les comptes et d'obtenir l'année dernière une croissance de 2,5%.

Rien n'est pourtant acquis et aujourd'hui plus que jamais Bucarest a besoin de capitaux étrangers pour retrouver le chemin d'une croissance durable. Une mission de plus en plus difficile. En 2011, les investissements étrangers directs ont baissé de 13,6% par rapport à 2010, atteignant leur plus bas niveau des neuf dernières années. Une tendance qui se poursuit en 2012.

"La Roumanie manque d'épargne pour retrouver la croissance et doit attirer des capitaux étrangers pour y remédier (...) car les capitaux roumains n'existent plus", a affirmé la semaine dernière le gouverneur de la Banque nationale de Roumanie (BNR), Mugur Isarescu. Les capitaux étrangers attendent de leur côté le calme politique.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/07/2012 à 18:11 :
PAUVRE MAIS LIBRE!
Vous l'avez compris et les roumains aussi, ILS VEULENT SORTIR DE L'UE.
Ils en ont marre de sa politique et son chantage concernant son entrée dans l'espace Schengen ou dans la zone Euro.
La faute de la part de UE sera qu'elle inflige encore des sanctions (à un pays qui est déjà engenouillé), pour que la Roumanie puisse ensuite légitimer son désistement du sein de l'UE, car les roumains anticipent les réactions en les provocant et ils réussiront car c'est démocratique. Faut-il encore rappeler que ce sera un REFERENDUM et dont les citoyens vont décider. Pourquoi diraient-t-ils non?
Depuis quand les roumains sont rentrés on n'en a pas cesser de les traiter des tsiganes, des voleurs, VICTIMES DES ACTES RACIALES ET DISCRIMINATOIRES, allant jusqu'à des DÉPORTATIONS EN MASSE, alors qu'on savait tous la misère qui les attendaient. Ça a été le mouton noir de l'Europe, le bouc émissaire car c'est en Roumanie que nos entreprises ont délocalises. Voilà donc, ils veulent vous rendre les entreprises (qui l'ont exploité avec des salaires de 150 euros par mois) nous dispenser des voleurs et tsiganes.....POURQUOI VOUS VOUS INSURGER? SOUTENEZ-LA, des emplois vont se créer....... Quelle IGNORANCE!


Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :