Bankia et d'autres banques espagnoles pourraient recevoir une aide anticipée

Dans le cadre de l'aide européenne aux banques espagnoles, "une injection anticipée" de fonds est envisagée par Bruxelles et Madrid, a annoncé mercredi le ministère de l'économie espagnol. La Commission européenne a cependant indiqué qu'elle n'avait reçu aucune demande en ce sens.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Bruxelles et Madrid envisagent "une injection anticipée" de fonds à Bankia et aux autres banques nationalisées, dans le cadre de l'aide européenne pouvant aller jusqu'à 100 milliards, accordée en juillet au secteur bancaire espagnol, a annoncé le ministère de l'Economie. Profitant de la nouvelle, le titre Bankia s'adjugeait 10,7% à la Bourse de Madrid, à 1,128 euro à 11h36, sa valeur ayant toutefois été divisée par plus de trois depuis l'introduction du titre en bourse, en juillet 2011, à 3,75 euros.

Selon l'accord du 20 juillet conclu par les pays de la zone euro, une première enveloppe de 30 milliards d'euros devait être mise de côté fin juillet pour les banques espagnoles pour parer à toute urgence pendant l'été. Les montants précis dont auront besoin les banques seront connus seulement après la publication d'un audit en septembre.

Demande de 23,5 milliards d'euros pour Bankia

"Nous travaillons à une demande d'injection de fonds dans Bankia. Les délais sont ouverts. Il y a une somme de 30 milliards d'euros et l'option d'une injection anticipée. Nous travaillons à cela pour Bankia et les autres banques nationalisées", ont déclaré les services du ministère à l'AFP. Outre Bankia, qui a demandé une aide de 23,5 milliards d'euros, CatalunyaCaixa, Novagalicia et Banco de Valencia ont également été nationalisées en raison de leurs graves difficultés financières.

Le quotidien El Pais affirme mercredi que la zone euro est en train de finaliser les modalités d'une aide d'urgence à Bankia, dont le sauvetage historique a précipité l'aide européenne au secteur, et que la banque disposera de fonds "dans les prochains jours". L'aide devrait venir du Fonds de soutien de la zone euro (FESF) puis du Mécanisme de stabilité (MES), appelé à lui succéder rapidement. Elle devrait en principe être transmise au Fonds public d'aide pour les banques espagnoles, le Frob. En contrepartie de cette aide, la zone euro a imposé à l'Espagne des conditions strictes à son secteur financier.

Démenti de Bruxelles

Cependant, à Bruxelles on s'étonne de cette annonce. "La Commission peut confirmer ne pas avoir reçu à ce stade de demande d'activitation de l'aide d'urgence dans le cadre du programme d'assistance financière aux banques" espagnoles, a ainsi déclaré Olivier Bailly, un porte-parole de l'exécutif européen lors d'une conférence de presse. "Il n'y pas de demande de la Banque d'Espagne pour activer cette clause d'urgence donc je ne peux pas confirmer le scénario décrit dans la presse espagnole", a-t-il insisté. Interrogé sur le délai nécessaire pour activer cette procédure d'urgence, Olivier Bailly a indiqué que "cela dépendrait de la nature de la demande, du montant, de la réaction d'autres acteurs, les Etats membres et la Banque centrale européenne".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 08/08/2012 à 16:08
Signaler
Oui, laissons les faire faillite comme dans un bon système libéral. Ce sont les actionnaires qui perdront; et puis les petits épargnants aussi mais ils faut savoir ce que l'on veut ! Et puis panique générale comme en 1930, soupe populaire et suicide ...

à écrit le 08/08/2012 à 14:21
Signaler
C'est une honte, tout simplement. Encore une nationalisation des dettes, qu'on laisse crever ces organismes, ces sauvetages ne serviront de toute façon à rien ... le défaut généralisé du systeme approche. Malheureusement pour les peuples que nous s...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.