Zone euro : le PIB s'est contracté de 0,2% au deuxième trimestre

 |   |  395  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Photo Reuters)
Le produit intérieur brut des 17 pays de la zone euro s'est contracté de 0,2% au deuxième trimestre. Un recul conforme à ce que prévoyaient les économistes. La situation en France et en Allemagne n'a pas suffit à limiter la contraction.

La zone euro en récession. Au deuxième trimestre, le PIB a chuté de 0,2%. La situation correspond aux estimations des analystes interrogés par Bloomberg et Reuters. Au premier trimestre, le produit intérieur brut était resté stable. Sur un an, cela porte le recul du PIB à 0,4% en données corrigées des variations saisonnières. De même, dans l'Union européenne, la production se contracte de 0,2%.

Dégats limités en France et en Allemagne

Les chiffres moins inquiétants que prévu en France et en Allemagne n'auront dont pas suffit à tirer le PIB de la zone euro vers le haut. Dans l'Hexagone, le produit intérieur brut est resté stable, évitant de peu la récession crainte par la Banque centrale européenne.

En Allemagne, les économistes tablaient sur une croissance de 0,2%. Elle s'établit au-dessus de cette estimation, à 0,3%. Toutefois, il s'agit bien d'un ralentissement puisque le PIB progressait de 0,5% au premier trimestre. "Après la forte croissance du premier trimestre, la tendance s'est sensiblement affaiblie en raison du ralentissement de l'environnement international", a reconnu vendredi le ministre allemand de l'Économie, Philipp Rössler, dans une déclaration écrite. 

> Lire aussi: Le chant du cygne de la croissance allemande

"L'Allemagne et la France ont provoqué une surprise plutôt bonne qui a contribué à soutenir le marché", a commenté pour Reuters Aline Schuiling économiste chez ABN Amro. Celle-ci prévient que des risques pour le troisième trimestre et que, dans l'ensemble, "l'horizon reste sombre pour la zone euro". 

La récession s'aggrave brusquement au Portugal

Ailleurs en Europe, la récession frappe notamment la Grèce, l'Espagne et l'Italie. La première est la plus touchée avec un recul de 6,2% du PIB sur un an. Au Portugal, la situation s'aggrave. La contraction atteint 1,2% au deuxième trimestre contre 0,1% au premier. 

L'Espagne a quand a elle vu sa production chuter de 0,4% et l'Italie de 0,7% au deuxième trimestre par rapport au trimestre précédent.  La République tchèque, de son côté, voit sa récession ralentir avec un recul du PIB de 0,2%.

Quelques pays sortent la tête de l'eau

Toutefois quelques pays restent dans le vert. L'Autriche et les Pays-Bas enregistrent toute deux ainsi une croissance de 0,2% de leur PIB. La Slovaquie fait mieux avec 0,7% de hausse sur un moi et 2,7% sur un an. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/08/2012 à 17:29 :
La zone euro, c'est devenu un enfer sur Terre. Quel avenir pour les jeunes? Doit-on faire le procès de l'euro, de la mondialisation ou bien celui du laxisme des finances? L'un dans l'autre, c'est les politiciens qui sont respnsables ET coupables! Les pays du nord font des efforts, ils y arrivent, les pays du sud sont torpillés... à quand le PROCES DU LAXISME?
a écrit le 16/08/2012 à 17:13 :
Voila le bon travail des boomers, le temps passe et la zone euro trépasse. Seule l'Allemagne n'a pas de déficits, donc leur niveau de vie est acquis, les autres sont pauvres.
a écrit le 16/08/2012 à 1:56 :
Depuis environs 16 ans l'Allemagne a un excédent de la balance commerciale de 15 Milliards PAR MOIS en moyenne. Excédent réalisé principalement en Zone Euro et grâce à l'endettement d'autres pays importateurs de bien allemand (y compris l'armement pour la Grèce). Malheureusement les bénéfices ainsi réalisés par les grosses entreprises allemandes et aussi françaises ont très souvent été réinvesti en dehors de la Zone Euro, avec pour conséquence le chômage des jeunes dans les pays déficitaires.
La disparité des compétitivités à l'intérieur de l'Union Monétaire est surtout due à des facteurs naturels et immuables (taille du marché intérieur, position géographique, climat, ressources et richesse naturelles (matières premières), taille du pays, etc, etc.)
S'il est vrai que la France et l'Allemagne pourraient arriver à une compétitivité comparable il n'en est pas de même pour d'autres pays de la zone Euro.
Des pays aussi peu industrialisés que le Portugal, la Grèce et autres ont donc peu de chance d'arriver à la même compétitivité que l'Allemagne (à moins de devenir des paradis fiscaux).
Leur demander d'augmenter leur compétitivité par le dumping social et par le dumping des salaires et illusoire. Des pays comme la Chine, l'Inde et autres pays asiatiques ne peuvent être égalés en ce qui concerne le dumping social.
Seule solution, les accords doivent être modifiés de façon à permettre aux pays ainsi désavantagés de développer et de protéger leur économie contre des économies plus fortes afin d'arriver au sein de l'Union Monétaire à une plus grande convergence des économies.
Il est aussi important d'arriver à un partage horizontal du travail pour éviter l'exil de jeunes, souvent hautement qualifiés, pour cause de chômage dans les pays périphériques.
a écrit le 15/08/2012 à 2:59 :
Il est peut être temps de réviser la compétitivité de l?Europe ?
a écrit le 14/08/2012 à 17:57 :
Eh ben voila, retour à la réalité, avec les JO de Londres la fête est finie... chantons donc! Si le spectacle de George Mickael fut extraordinaire, nos classes moyennes elles n'ont pas droit au restect de leur travail. Les anglais ont toujours 8% de déficit et 16% de chômage, une paille, on peut pas faire les JO du plus lent? ZONE EURO, ZONE ZERO!
a écrit le 14/08/2012 à 17:39 :
Les partisans de la décroissance dirons pour faire accepter la misère aux jeunes, c'est formidable on progresse. Que je sache, on ne construit pas de maisons et on ne sort pas les gens les hlm, on en augmente le nombre... Sinon regardons la compétitivité des nations en rapport avec leurs résultats: classement mondial WEForum 2011-2012, donc d'actualité. Les USA plongent et perdent la tête. La Suisse avec un salaire minimum de 3000 euros prend la tête. L'Allemagne est classée 6eme, Singapour 2eme, fait étonnant, les pays vertueux: Finlande 4e, Pays-Bas 7e, Angleterre 10e malgré le déficit, France 18e, peut-être c'est un signal comme le 18 juin, Grèce 90e, et médaille de bronze, la Suède... des leçons pour notre Etat, contre-performant et pseudo-social.
a écrit le 14/08/2012 à 15:40 :
..."n'a pas suffiT..."
..."sur un moi(S)...

Moi c'est votre niveau de français qui ne me suffit pas.
a écrit le 14/08/2012 à 14:00 :
l'europe arrive a recréer ce que l'URSS avait réussi, il ne restera bientot que des pauvres dans ce continent.
a écrit le 14/08/2012 à 12:58 :
La baudruche européenne se dégonfle... Pour faire de la croissance il faut employer nos diplômés correctement. Ensuite il faut soutenir les efforts de ceux qui en font. Le scandale de l'europe c'est l'esclusion des jeunes de la vie active et ça date pas d'hier. Quand demain est pire qu'aujourd'hui, alors il faut se révolter. On vire à l'esclavage pour les salariés...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :