Mario Monti : "nous sommes repartis"

 |   |  180  mots
Mario Monti juge que la sortie de crise est proche pour l'Italie - Copyright Reuters
Mario Monti juge que la sortie de crise est proche pour l'Italie - Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Très confiant, le président du Conseil italien Mario Monti a déclaré que le risque de voir l'Italie emportée par une crise financière s'est définitivement éloigné. Pour lui, la reprise est à la porte de l'Iatlie.

"Nous sommes repartis", a lancé sur une chaîne de télévision locale, le président du Conseil italien qui estime que la reprise est "à la porte de l'Italie. "La reprise ne se voit pas dans les chiffres, mais j'invite à noter, si l'on réfléchit un instant, qu'elle est en nous, qu'elle est à la portée de notre pays et je crois d'ailleurs qu'elle arrivera bientôt", a quand même tempéré Mario Monti.

L'oeil dans le rétroviseur

"Rappelons-nous il y a un an (...) Il y a un an, nous n'en étions pas encore bien conscients, mais nous risquions d'être entraînés dans une crise financière comme celle" qui frappe la Grèce, a-t-il ajouté avant de déclarer, confiant, que cette année, cette perspective s'est éloignée.

Retour sur la scène européenne

"Nous figurons parmi les pays qui décident ensemble en Europe comment résoudre le problème grec, nous sommes réinsérés dans le circuit de décisions, nous sommes respectés", s'est-il félicité.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/09/2012 à 22:22 :
Formidable ! Sauf qu'en regardant les chiffres, je ne vois pas l'embellie... Récession plus forte que prévue, chômage en hausse, taux toujours aussi hauts... Alors les incantations, c'est bien, je souhaite que l'Italie s'en sorte mais pour le moment hormis les incantations, où sont les résultats ?
Réponse de le 05/09/2012 à 22:56 :
Les eurobéats et les philogermanistes n'ont plus que cela comme arme : les paroles... Leurs mesures ont toutes lamentablement échoué, alors il ne leur reste qu'à mentir, à parler du futur, et surtout pas du passé qui les accable et du présent qui les assassine.
a écrit le 05/09/2012 à 16:34 :
comme l'allemagne apres hartz 4, et l'espagne suivra; ca ira d'autant plus vite qu'ils pourront accueillir les boites que la france est en train de mettre a la porte ! ;-)))
Réponse de le 05/09/2012 à 21:33 :
Churchill est comme M. Monti : les faits le contredisent tous ? Pas grave : suffit de prétendre que demain tout ira mieux, sans jamais donner la date de ce lendemain, sans cesse repoussé. L'Espagne ne suivra rien du tout : elle est plantée. Pour longtemps, sauf si elle est débarrassée de sa parité fixe avec la monnaie allemande qui lui a été infligée depuis dix ans. Quant à l'Italie, c'est bien triste de voir M. Monti constater qu'il ne lui reste plus que les mots, puisque les faits démontrent qu'il s'est trompé de bout en bout.
a écrit le 05/09/2012 à 16:18 :
l'italie a toute les conditions pour repartir en effet :
elle a une industrie performante, exportatrice et compétitive.
elle a un excédent budgétaire primaire.
Une balance commerciale excédentaire.

Mais pour qu'elle s'en sorte il faut que les autres pays aillent aussi mieux et qu'on lâche la bride l'économie. Que l'allemagne relance sa croissance et surtout surtout sa consommation intérieure. Idem pour les autres pays "vertueux"

Nous sommes tous dans la même galère !
Réponse de le 05/09/2012 à 16:36 :
dans les relations entre l'allemagne et differents pays du sud, les excedents commerciaux commencent a se reduire ( cf etude recemment parue)
Réponse de le 05/09/2012 à 16:52 :
le vrai probleme de l'italie (particuliers et entreprises) c'est cette administration publiques lourdes de process qui fait perdre enormenment de temps donc d'argent. je parle en connaissance de cause car j'y vie de puis 8 mois. Autre pb, l'évasion fiscale, cet ete un marchant m'a fait un ticket de caisse de 25? la ou j'ai payé 36 ?, je m'ensuis appercu a la maison, C'est 21% de TVA sur 11? qui passent a la trappe.
Réponse de le 05/09/2012 à 19:23 :
@churchill c'est vrai vous avez raison. les déséquilibres se sont réduits mais essentiellement par une chute brutale des importations de ces pays en provenance de l'Allemagne, malheureusement : quasiment -20% au portugal.
@?uestlove on peut effectivement argumenter cesse sur l'évasion fiscale italienne mais avec les actions actuelles de la guarda di finanza on peut penser que cela bouge. Par ailleurs mon point était justement de dire que le problème de l'italie n'est pas un problème de déficit public qui est tres peu important. D'un point de vue purement économique peu importe l'évasion fiscale dans la mesure où malgré ce fait facheux j'en conviens, les comptes de l'Italie sont quasiment équilibrés et que en tout état de cause ils présentent un excédent primaire substantiel. Ce qui la France ne fait pas ... et depuis bien des années.
a écrit le 05/09/2012 à 15:48 :
Il était devenu difficile de demander à Berlusconi de saborder son pays vu qu'il y avait lui même des intérêts importants. Fut donc choisi le fonctionnaire Mario pour s'occuper sans titre de la grosse plomberie italienne. Brader tout, baisser son pantalon, voilà la mission. Depuis les dossiers avancent et l'Italie se "porte mieux". On devine la voie à suivre : continuer. Sauf que dans le petit monde européen qui n'est pas celui de Don Camillo, l'avenir ne se mesure pas au présent, l'Espagne nous en fait une démonstration magistrale, les taureaux sont à l'abattoire, les torreros couchés et la corrida terminée, Olé!
L'Italie qui va bien risque de se retrouver demain dénudée devant un plat de pâtes, il est vrai que c'est ce qu'elle sait faire de mieux. On se posera pourtant la question de la légitimité des actions de ce plombier sans moustache.
a écrit le 05/09/2012 à 15:29 :
Une bonne blague n'est-ce pas ?
a écrit le 05/09/2012 à 15:24 :
Lagarde, sort de ce corps...
a écrit le 05/09/2012 à 15:06 :
Ben attendons de voir que cela se traduise dans les chiffres et on en reparlera. Parce que pour le moment l'Italie est en pleine récession. C'est bien les RP, mais cela ne fait pas oublier la réalité.
Réponse de le 05/09/2012 à 15:32 :
tout à fait d'accord, il essaye de vendre un bilan et tire des plans sur la comète alors que la crise européenne n'est toujours pas résolue, que la France va peut-être/sûrement tomber en récession, que le taux de chômage dans toute l'Europe explose et que le problème des dettes n'est toujours pas résolu pour la plupart des pays.
a écrit le 05/09/2012 à 15:01 :
Cet ex Goldman Sachs croit-il seulement à ce qu'il dit ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :