Mais pourquoi diable Wolfgang Schäuble est-il si optimiste ?

 |   |  438  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Le ministre allemand des Finances prétend à Tokyo que "les incertitudes européennes seront levées dans un an". Mais pourquoi?

Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances, n?est pas connu pour être un indécrottable optimiste. Mais ce vendredi à Tokyo, lors de l?assemblée générale du FMI, il a su présenter au gratin de la finance mondial un autre visage. «Je suis optimiste: la plupart des incertitudes sur l?Europe auront disparu d?ici un an», a-t-il proclamé avec confiance.

La Grèce ira mieux? Pas si sûr

Observons donc quelles incertitudes pourront avoir disparu d?ici un an. Le sort de la Grèce? Mais depuis deux ans, le monde tremble chaque trimestre en voyant les experts de la troïka débarquer à Athènes pour se rendre compte de l?échec de la stratégie menée par les Européens et les gouvernements grecs. Les deux plans d?aide et la restructuration de la dette privée au printemps n?y a rien fait. Et du reste, le FMI réclame à nouveau une coupe dans la dette hellénique. Bref, on peut toujours espérer que «dans un an», tout aille mieux. Mais de signes concrets d?amélioration sur ce front, on manque singulièrement.

L?Espagne? Pas d?avenir radieux

L?Espagne est-elle alors une raison d?espérer? On en doute: Mariano Rajoy, depuis son élection en 2011, a surtout brillé par son incapacité à agir et par sa capacité à agir mal. Voici trois mois que l?on attend sa demande officielle de soutien européen, nécessaire à l'action de la BCE sur les taux. Et pendant ce temps, la situation s?est fortement dégradée: voici que la crise menace de devenir politique avec les élections catalanes. Or, une indépendance catalane serait une onde de choc dans toute l?Europe et donnerait des idées aux Flamands. Avec pour conséquence la question du partage de la dette espagnole et belge. De quoi donner quelques tourments aux porteurs de titres européens. Dans un an, on le voit, tout peut être radieux, sauf si?

Mais c?est bien sûr!

Mais alors, quelles perspectives peut rendre Wolfgang Schäuble si inhabituellement enjoué? Les élections fédérales allemandes bien sûr! Prévues pour septembre 2013, elles appartiendront dans un an au passé. Et si l?issue de ce scrutin était la seule incertitude européenne qui préoccupait le ministre allemand? Et si ce qui le rendait optimiste, c?était la perspective de voir la chancelière Angela Merkel demeurer dans le quadrilatère berlinois qu?elle occupe aujourd?hui? Et si, finalement, ce discours au FMI était un discours de campagne électorale allemande?
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/11/2012 à 19:11 :
M. Schäuble dit que les incertitudes seront levées, donc dans un sens ou dans l'autre...
a écrit le 12/10/2012 à 23:20 :
a la tribune, on gobe benoitement les propos de Stiglitz Cohen Maris et compagnie et on eructe devant un des hommes qui lui est réellement un des plus influent du monde (en acte pas en idées) qui a à la fois une competence economique et politique et qui a payé de sa personne son engagement. Et en plus M Shauble est un francophile!
Chacun ses idoles,
Quand a l'analyse qui suit, c'est à pleurer, sans l'action de l'europe, la grece serait en famine et le retour au drachme que nos econo,keyneso-socialiste preconisent n'aura pas lieu car les grecs ont bien compris où cela les ménerait. L'espagne souffre mais resiste, et la carriere au pouvoir de schauble est dejà longue, pas comme celle de nos dirigeants qui ont encore à faire la preuve de leurs capacités à gouverner.
a écrit le 12/10/2012 à 14:05 :
Mr schaüble a surement raison quelquepart si tous les états méditérranéens dont d'ou mêmes utilisons la même méthode que la Grèce .
La baisse des salaires de je crois 20% des fonctionnaires ,ce qui en quelque sorte réaligne les salaires du privé fait que la balance commerciale s'est beaucoup améliorée et que la grèce a des chances de s'en sortir.
Il en est de même chez-nous les fonctionnaires gagnent 20% de plus que les salariés du privé en ne produisant rien et consommant plus de produits importés.
Donc en gros 140 milliards d'euro pour nos 5,3 millions de fonctionnaires ,on en retire 20 ,et voila les 20 milliards qui manque au budjet de l'état , 20 milliards sans doute de moins de perdu dans la balance commerciale et création de 200000 emplois.
Et plus besoin d'augmenter tout de suite les impôts ,suffit de geler les dépenses.
Dommage au fond ,on ne vit pas en grèce.
Réponse de le 12/10/2012 à 14:31 :
Bonjour,

D'où tenez-vous que les fonctionnaires gagnent 20% de plus que les salariés du privé ? Tout le monde sait que si l'on veut gagner sa vie, il vaut mieux être embauché dans le privé ! Désinformation, quand tu nous tiens...
Réponse de le 12/10/2012 à 14:40 :
@ nad111 : à travail égal, il vaut mieux et de loin être fonctionnaire, et tout le monde le sait, vu la queue aux concours de fonctionnaires et aux sondages montrant que la majorité des étudiants rêvent d'être fonctionnaires ... mais vous allez encore nous dire que c'est par vocation ... Dans le privé, on peut mieux gagner sa vie, mais avec un surcroit de travail et d'engagement sans comparaison ...
a écrit le 12/10/2012 à 12:32 :
dans un an on sera peut etre revenu à nos monnaies nationales qu'on pourra alors devalué, c'est pour cela qu'on peut etre optimiste. Les allemands se foutent de nous, ils nous vendent l'optimisme ou "la lumiere au bout du tunnel" depuis un certain temps uniquement pour qu'on abandonne pas les politiques d'austerité qui nous appauvrissent sans resoudre nos deficits.
a écrit le 12/10/2012 à 12:22 :
Merkel a du repasser 8 fois le détecteur aux contrôles de sécurité à l'aéroport d'athènes. Les grecs ne voulaient pas croire qu'elle n'avait même pas une pièce d'un euro sur elle! Schäuble est en fauteuil roulant, il ne passe pas de toute façon et puis les mendiants n'oseraient pas trop l'approcher de toute façon, voilà pourquoi il est souriant.
Réponse de le 11/11/2012 à 8:42 :
Quelle intelligence dans vos commentaires.
Si nos economies sont déficitaires, vous c'est vous par contre c'est d'un vrai sens de l'humour dont vous manquez. Vous savez, celui qui est drôle et qui fait rire les autres, pas seulement sois meme.
a écrit le 12/10/2012 à 12:21 :
La Grèce perd 3 milliards d'euros par jour, la Chine peut racheter le port du Pirée et toute la Grèce, ce pays à été ruiné par le système bancaire International, les Grecs ne veulent plus travailler, et l'Euro est sauvé, on rigole. J'ai mis ma voiture à la casse qui valait 3000 euros, et j'ai vidé mes comptes, et je roule en vélo comme mon grand père en 39/45, fin de l'histoire. Conspiration mondiale, on est pas dupe !
Réponse de le 12/10/2012 à 12:45 :
Par le systeme bancaire international... Ou bien par une classe politique demagogique et irresponsable, une bureaucratie kafkaienne, une armee de fonctionnaires dont l'emploi est garanti a vie dans des services publics mal geres et inefficaces (ils coutent tres chers en depense public pour des resultats tres mediocres, voir les chiffres dans l'etude ci-dessous), un decouragement generale de l'investissement et de l'entreprenariat, un manque de flexibilite du marche du travail, une corruption massive de l'administration (voir les "speed tax" que tout entrepreneur devra payer si il veut esperer pouvoir un jour ouvrir une entreprise...), un systeme fiscal inefficient et des marches noirs enormes... C'est dur a dire, mais la Grece n'a franchement que ce qu'elle merite, et le niveau de vie se reajuste au niveau de richesse cree. Comme toujours dans ces cas-la, les reequilibrages sont violents, soudains, et touchent en particulier les plus faibles qui n'y sont pour rien... http://www.mckinsey.com/locations/athens/GreeceExecutiveSummary_new/pdfs/Executive_summary_English.pdf
a écrit le 12/10/2012 à 12:00 :
Mais pourquoi ? La réponse est simple ! En voila qui ne se laisse pas enterrer par la sinistrose ambiante et qui a une vision claire et réaliste des choses !!! Voir et regarder : voila la différence... Comprenne qui pourra... Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois !
a écrit le 12/10/2012 à 11:28 :
Pourquoi? parce qu'il veut faire croire que ses idées économiques, qui ont ruiné les économies occidentales et qui ont appauvri ses concitoyens Allemands, vont finir par miraculeusement porter ces fruits. En vérité, Merkel vient de s'apercevoir qu'appauvrir ses clients n'est pas la solution pour la balance commerciale. la prochaine crise va lui apprendre que les acteurs économiques qui sévissent actuellement en Allemagne ne sont pas animé par l'amour des Allemands et encore moins de l'Allemagne. G SOROS dans son livre "The Crisis of Global Capitalism" critiquait les patrons Allemands (Notre belle Allemagne) qui pensaient d'abord à leurs salariés avant leurs actionnaires, depuis ses amis et lui ont corrigé l'anomalie, ils ont virés ces patrons altruistes et les ont remplacé par des marionnettes cupides, Schroeder (le DSK Allemand) les a beaucoup aidé, le nombre de travailleurs pauvres a augmenté de 50% en 5 ans, le SMIC que les Allemands ont inventé au 19éme siècle a disparu, la sanction va bientôt arriver.
Réponse de le 12/10/2012 à 12:20 :
@ Thierry-R : et si, au lieu de répéter vos aneries sur l'allemagne inlassablement, vous alliez vous renseigner un peu ? L'allemagne est dans une situation bien meilleure qu'il y a 5, 10 ou 15 ans.... allez juste regarder la sécu allemande et comparez là avec la française, juste pour voir ...
Réponse de le 12/10/2012 à 13:36 :
Thierry R : volus racontez n´importe quoi. Il n y a de pauvres en Allemagne, du moins chez ceux qui acceptent les regles et veulent trqavailler.
La secu allemande a un excedent e ncore jamais vu. Meme chsoe pour l´emploi / Chomage.
A part l´ excédent commecial " honteux" car 2/3 - oui je repete 2/3 des exportations vont hors de la zone Euro, il faut voir le marché domestique donc la consommation interieure qui marche aussi tres bien.
Il ya peu de corruption,pratiquerment plus nde fraude fiscale, au contraire les fraudeurs "suisses" font de l´auto-denonciation remplissant les caisses de Schäuble ... IL n a pas de quoi se plaindre.
Je n´attends que le jour ou la charge de dettes due en grande partie a la reunification disparaisse, ca sera l´Eldorado en Germanie !




Réponse de le 12/10/2012 à 14:42 :
L'Eldorado va probablement attendre un moment, ventrachoux ! Même si l'Allemagne est effectivement en bien meilleur posture que les autres pays Européens pour l'instant, le vent est en train de tourner et il semble qu'Angela Merkel envisage des baisse d'impôts pour relancer la consommation intérieure afin de pallier la baisse des exportations. Ah mon avis, c'est trop tard, mais bon ... Rendez-vous à la fin de l'année qu'on en reparle.
Réponse de le 12/10/2012 à 22:44 :
@Photoscope je vous remercie, il ne faut pas se formaliser pour les propos désagréables de JOHN GALT il n'a pas les moyens intellectuels de ses agressions, quand à M. Ventrachoux j'attendrai, pas longtemps, ses excuses, tout le monde a le droit de se tromper. L'aigreur provoquée par les résultats de la dernière élection ne se dissipent pas, mais F.Hollande a nommé Moscovici et Fabius a des postes importants, qu'il a choisi un patron de la banque Rothschild pour le conseiller, qu'il s'embarque en Syrie alors que nous savons que la guerre a été fomentée par des nations étrangères (B.AL ASSAD est un âne), qu'il rejette la TVA Sociale alors qu'elle fonctionne très bien en Allemagne et qu'elle n'est pas à l'origine de la pauvreté, Notre pays souffre d'être pris entre les lobotomisés de l'UMP et les humanitaristes infantiles de la gauche.
a écrit le 12/10/2012 à 11:26 :
Si Schäuble quitte le pouvoir dans un an après les élections perdues la crise mondiale sera effectivement terminée parce qu'il en est la cause principale.
a écrit le 12/10/2012 à 11:14 :
IL N'y a pas quand france qui'il y a des malades
a écrit le 12/10/2012 à 10:17 :
Vous semblez oublier les élections américaines.
a écrit le 12/10/2012 à 10:11 :
La Grèce ira mieux ? pas si sur,
L'Espagne ? pas d'avenir radieux,
La France ? personne n'en parle plus, tout va bien ! on augmente les impôts .... bientôt la CSG et la TVA ..... la récession est là mais on ne change surtout rien aux structures, ça pourrait faire perdre les prochaines élections. Gouvernement optimiste aussi !
a écrit le 12/10/2012 à 10:05 :
Je n'y vois pas d'optimisme mais de réalisme. Les incertitudes seront levées dans un an parceque nous seront tous certains que nous sommes dans le paté et tout ce sera planté.
a écrit le 12/10/2012 à 9:58 :
en gros, on vends l'europe unie jusqu'aux élections allemandes, et une fois Angela élue, l'allemagne quittera l'euro en créatn un euro deuxch marck d'europe du nord, et l'europe du sud dévaluera à mort l'euro conservé. La seule chance de la France est de faire partie de cette europe du sud, au prix d'une dévaluation qui ruinera les français, pour prix de 40 ans d'inconséquences...
Réponse de le 12/10/2012 à 13:54 :
Sur quoi vous fondez vous pour dire qu'une dévaluation (dans quelles proportions) ruinerait les Français ? Ce qui va tendre à les ruiner, c'est plutôt le maintien dans ce carcan européen qui commencent à produire ces effets néfastes en France après nos voisins du Sud. Mais en allant plus loin, ce n'est pas d'un euro du nord et d'un euro du sud dont nous avons tous besoin, c'est d'un retour ordonné aux monnaies nationales avec une politique monétaire enfin propre à chaque pays. D'ailleurs, dans ce cas, une étude relayée par Artus indiquait que la dévaluation du franc (par rapport au dollar) ne serait que de... 2 %. Quel risque d'inflation au regard de la part des produits importés dans la consommation finale. L'Allemagne verrait le mark réévalué de 18 % et l'Italie la lire dévaluée de 12 %. Et au besoin, pour éviter les risques d'envolée, laisser la possibilité au banque de France, d'Italie etc... de monétiser la dette comme le font tant de pays. Mais pour cela, il faut totalement changer de paradigme, fossoyer cette Europe qui se fédéralise de façon larvée et autoritaire et changer de cap dans la direction d'une Europe des Nations avec coopérations entre Etats autant que nécessaire.
Réponse de le 12/10/2012 à 14:20 :
@ Clyde : c'est pourtant simple : aujourd'hui, vous avez 100 euros qui vous permettent d'acheter 100 euro de marchandises, demain, ces 100 euros courants ne vous permettront d'acheter que 50 ? de marchandises à euro constant. Ce carcan europén nous ruine car on ne peut dévaluer. Soit on fait des réformes, soit on dévalue, or la France ne sait pas faire de réformes ... Un retour ordonné aux monnaies nationales (que je souhaite comme vous) passera d'abord par un euro du nord et un euro du sud ... Une dévaluation est tjrs importante, Artus ne comprend rien (comme souvent avec lui), vous pouvez trouver de nombreuses analyses qui pointent une sur évaluation de l'euro par rapport au dollar d'au moins 30 %, donc pour la France c'est pire. Le risque d'inflation ? il vient de la consommation importée, qui n'a jamais été aussi importante en France (cf le record de nos déficits extérieurs). Si les banques centrales monétisent la dette, ça veut dire qu'elles font de l'inflation, et que donc les monnaies sont encore plus dévaluées, donc envolée ... Si l'inflation c'était la solution, tout le monde la pratiquerait. L'inflation, c'est la solution des hommes politiques qui ne sont pas courageux, et qui ruinent leurs concitoyens de façon indirecte. Sinon, tout à fait d'accord avec vous sur cette europe fédérale dont personne ne veut...
Réponse de le 12/10/2012 à 15:45 :
Dans votre exemple, vous partez d'une dévaluation de 50 %. Jamais la France n'aurait besoin de dévaluer autant. Et n'omettez pas qu'une dévaluation touche le coût à l'entrée aux frontières. Un bien importé pour 300 ? et vendu 1000 ? au final, il ne subit la hausse que sur les 300 ?. Donc une dévaluation de 20 % revient à payer 360 ? au lieu de 300 ? et donc vendre 1060 ? au lieu de 1000 ?, soit une hausse de 6 % au total et seulement la première année. C'est un exemple qui vaut ce qu'il vaut car le prix final n'est pas forcément dans cet ordre de grandeur mais c'est l'idée. J'ajouterais qu'une hausse de 6 % pourrait voir la production locale s'y substituer car l'avantage du produit importé (et fabriquable en France, donc pas les hydrocarbures) serait bien moindre voire nul.
Réponse de le 12/10/2012 à 16:05 :
@ Clyde : au moins 20 à 30 % minimum pour regagner en compétitivité. Votre exemple du bien importé est souvent faux, car le prix est très souvent un multiple du prix d'origine. exemple typique, le pétrole : de 1 à la base, le prix atteint 2 par le jeu de la tipp et de la tva. Si la base augmente de 20 %, le prix final augmente lui aussi de 20 %. De plus, la substitution par un bien fabriqué localement est de moins en moins vrai et possible suite à l'effondrement continue de notre industrie depuis 25 ans (merci à la politique du franc fort de bérégovoy et de trichet). Il est à craindre que la dévaluation ne rétablisse notre commerce extérieur en premier par une baisse drastique de nos achats à l'étranger .... Tout cela pour dire qu'à force de reculer devant les réformes, la dévaluation obligatoire sera de plus en plus importante, et la baisse du niveau de vie forte pour les français...
Réponse de le 12/10/2012 à 16:27 :
On lit ici une montagne d'inepties...
Pas d'inflation en cas de réintroduction des monnaies nationales : apparement vous n'avez aucune connaissance de la ventilation de nos importations ! Sur les 457 Mrds d'? d'importations de la France, le pays qui en a la plus grande part, c'est .... l'Allemagne (79 Mrds) ! Plus que tous les pays d'Asie réunis (72 Mrds), Chine comprise...
Réponse de le 12/10/2012 à 17:32 :
Oui, et ? Ou ai-je dis "pas d'inflation" ? J'ai parlé de risques. Vous devriez me relire et éviter de me faire dire ce que je n'ai pas dit. Si vous êtes de ceux qui pratiquent la stratégie de la terreur visant à faire croire à l'apocalypse en cas de fin de l'euro, sachez que j'y suis totalement insensible car je n'y crois pas une seconde. C'est l'ultime ligne de défense des européistes. Je note qu'en Europe, ce sont ceux qui ont leur propre monnaie qui s'en sortent le mieux, pour la bonne et simple raison qu'elle est adaptée à leur économie. Là, les chaînes qui lient les pays entre eux font vasciller tout l'édifice. Le coût d'une sortie ordonnée de l'euro aurait probablement un prix élevé, mais le maintien dans cette structure le serait plus.
Réponse de le 12/10/2012 à 23:52 :
Ce n'est pas parce qu'ils ont leur propre monnaie, c'est parce qu'ils ont un deficit budgetaire et des dettes limiées qu'ils s'en sortent et c'est pour çà qu'ils ne veulent pas de l'euro, pour ne pas plonger à cause de nous la France.
Vous intervertissez les causes et les consequences.
a écrit le 12/10/2012 à 9:46 :
Grèce, Espagne, Portugal et même Italie ne pourront pas à la fois se redresser et rembourser leur dette. On peut tourner dix fois autour du pot,dire que c'est inenvisageable, inacceptable, dangereux, systémique, 2 et 2 cela fait toujours quatre. Point final. Les autorités politiques et monétaires n'ont fait que repousser les échéance et donner le change aux marchés. J'ai toujours dit que l'Allemagne ne paiera pas pour les autres in fine et je tiens toujours le pari. L'Allemagne ne fait que le strict minimum pour que la situation se maintienne (pourisse ?) jusqu'aux élections de 2013.
Réponse de le 12/10/2012 à 10:20 :
ce n'est pas à l'allemagne de payer les dettes européennes! en quoi serait elle responsable de cette situation??? L' état allemand étant assez endetté. En europe le souci majeur c'est la BCE qui ne rempli pas son role pleinement de banque centrale en ne faisant qu'enrichir le cercle des banques secondaires.
Réponse de le 12/10/2012 à 12:54 :
"Ce n'est pas à l'Allemagne de payer les dettes européennes" ?..
Vous avez parfaitement raison !
Mais alors que ce même état-voyou - dont le pseudo "miracle" économique n'est qu'un mirage destiné à encore un peu plus aveugler les gogos bêtifiants - arrête son dirigisme, son néocolonialisme, ses ingérences outrancières et ses agissements mafieux !
Le "miracle" allemand, qui est une fumisterie, ne repose que sur deux choses, et certainement pas la capacité de Merkel et de son gang à diriger le pays :
- d'une part, l'Allemagne enfonce et génocide sciemment les pays les plus fragiles, entretenant et amplifiant soigneusement la "crise de l'euro", aux seules fins de conserver un euro faible qui, seul, parvient à maintenir artificiellement les exportations teutonnes;
- d'autre part, l'Allemagne merkelienne a remis au goût du jour le "Service du Travail Obligatoire" cher à Adolf qui semble tant inspirer Angela. Ils sont aujourd'hui des millions de travailleurs allemands contraints d'accepter des jobs temps plein avec des salaires qui ne leur permettent même pas de survivre. Ils sont contraints de s'approvisionner dans des banques allimentaires, de profiter de tous les réseaux sociaux, ... pour tenter de s'en sortir plutôt mal que bien d'ailleurs. Et, au bout du compte, ils toucheront une retraite inférieure à 150 euros mensuels ! Beau "miracle" que voilà ! Il n'est pas difficile d'afficher des résultats économiques soi-disant mirobolants en basant toute son économie sur l'esclavagisme. Et c'est ce que fait l'Allemagne merkelienne aujourd'hui !
Mais que l'on se rassure tout de suite ! Tout va bien ! En tout cas tant que les élections américaines et allemande sne sont pas passées. Après, tout pourra voler en éclats.
Mais cet éclatement programmé de la zone euro serait-il un mal ? Certainement pas !
La zone euro telle qu'elle a été conçue au service exclusif des institutions financières et des grands groupes industriels n'a jamais eu et n'aura jamais le moindre avenir. Et c'est fort bien ainsi ! Car, entre autres choses, toute l'histoire du monde prouve à suffisance que les entités démesurées (et l'Europe, qui n'est qu'un amalgame foireux de pays et de citoyens sans aucun point commun, en est une) n'ont jamais tenu le coup à moyen terme. On peut parler de l'empire romain d'hier, des USA et de l'Europe aujourd'hui, de l'ex-bloc soviétique, ... Seules, des petites entités (pays ou, encore mieux, des régions 100 % autonomes) ont la capacité réelle et effective d'avoir la souplesse nécessaire pour faire face rapidement aux éventuelles crises. En plus, des pays (voire des régions) réellement indépendants ne souffriront jamais du même effet domino dévastateur que nous constatons aujourd'hui dans cette zone euro et cette Europe mafieuses, corrompues, essoufflées et antidémocratiques. one euro et Europe entièrement aux mains des nervis du libéralisme qui prouve et démontre chaque jour ses malversations, ses inepties, son manque total d'avenir et son caractère foncièrement criminel.
Alors ... Vivement les élections US et allemandes. Et vivement la fin de la zone euro (et celle de l'Europe dans le meilleur des cas) ! Les citoyens - bien plus importants que les états ou les actionnaires des entreprises - ne s'en porteront que mieux. A commencer par les citoyens grecs dont le pays regorge d'atouts et de potentialités impossibles à mettre en évidence à cause de la main-mise des voyous européens et de la troïka, Merkozy hier et Merhollande aujourd'hui en tête.
Réponse de le 12/10/2012 à 13:13 :
Cela est un cas d'école bravo tonio32 pour l'analyse, et de rajouter pour enfoncer le clou que certains LÄNDERS Allemand (Land - équivalent d'une région Française) sont ruinés. Donc l'Europe coule et l'Euro avec, de fait le 4e REICH ne verra pas le jour... Sans commentaire.
Réponse de le 12/10/2012 à 13:16 :
@Réponse : tout ce blabla pour dire autant de bétises, allez plutôt ouvrir 1 ou 2 livres d'économie, vous apprendrez vraiment bcp de choses ....
Réponse de le 12/10/2012 à 13:29 :
Ouf, ça fait du bien de vider son sac ! Je suis sûr que vous vous sentez mieux !! je vous conseille toutefois d'arrêter de fumer vos feuilles d'impôts et de soigner votre haine des allemands. Objectivement, et même si tout n'est pas parfait, l'Allemagne est le pays qui réussit le mieux aujourd'hui. Dire que cette réussite est basée sur l'esclavagisme des allemands est grotesque. Il est toute simplement dû à de bonnes décisions sur le plan économique et une rigueur qui ont fait défaut à ses voisins (et néanmoins concurrents). Est-ce sa faute si l'Allemagne a exploité à fonds son potentiel et les autres n'ont fait que des c****ries ? D'ou la divergence de compétitivité actuelle et, effectivement, l'avantage qu'en tire l'Allemagne avec la monnaie unique. Que peut faire l'Allemagne : 1- payer pour tout le monde pendant (très) longtemps pour conserver cet avantage et des débouchés pour son économie. Mais, au fur et à mesure qu'elle sera touchée par la crise, elle pourra de moins en moins supporter cette charge (même si elle le souhaite). Et le moins que 'on puisse dire, c'est que la France ne viendra pas en renfort. 2- laisser tomber l'euro, mais avant il faut compenser par de nouveaux débouchés, trouver de nouveaux marché pour amortir au maximum le choc.
Réponse de le 12/10/2012 à 14:11 :
L'auteur de la "réponse à Tonio32" est dans le vrai. Et il faut vraiment être abruti ou aveuglé par son endoctrinement politique primaire pour ne pas se rendre compte de la pitoyable situation allemande. Ou, à tout le moins, ne pas avoir l'élémentaire courage de la regarder en face.
Ce n'est pas parce que le pays affirme "s'en sortir bien" que la population, elle, connaît une situation enviable. Et c'est là la seule et unique chose qui compte. Il faut vraiment être décérébré, inhumain ou pitoyablement collabo d'un libéralisme de plus en plus criminel pour oser faire passer l'"état", l'"entreprise" ou la "finance" avant l'humain. C'est à cause de personnes (pas seulement les politiciens, mais aussi ceux qui votent pour eux) qui inversent les vraies valeurs que nous connaissons la situation actuelle en Europe et dans le monde. Ce n'est pas à l'être humain d'être au service de l'état et de l'entreprise, mais l'inverse. N'en délaise aux Sarko, Merkel, Monti, Draghi et autres mafieux qui n'ont pas vraiment l'intégrité pour ligne de conduite, ou à leurs tristes nervis.
Cela dit, l'avenir de l'Allemagne est un échec anoncé : des Länders en état concret de faillite; une économie qui ne repose que sur un euro artificiellement faible (et sciemment enfoncé par le gvt Merkel), un retour au STO cher à Hitler (même sous une forme déguisée qui suffit à duper les gogos bêtifiants), ... Et le "clash" allemand est garanti : comment le pays fera-t-il lorsque les millions de travailleurs sous-payés et sur-exploités d'aujourd'hui seront, demain, mis à la retraite, avec des revenus inférieurs à 150 euros mensuels (chiffres du gvt allemand) ?
Oser parler de "compétitivité" et prôner celle-ci en valeur alors que de plus en plus d'Allemands, travailleurs à temps plein, ne survivent que grâce aux banques alimentaires et aux foyer sosciaux n'est pas seulement profondément stupide. C'est surtout totalement anormal et amoral.
lors oui, l'auteur de la "éponse à tonio3" a peut-être vidé son sac, comme vous dites ! Mais, plus justement, il a eu le courage de la faire et d'affronter la réalité. Tout le monde ne semble pas en être capable, apparemment ...
Réponse de le 12/10/2012 à 14:44 :
@Réponse @ @ : vous êtes la même personne que réponse à tonio ... Et manifestement, vous n'êtes pas allée voir la situaiton de l'Allemagne depuis 15 ans ...
Dans tout votre fatras, j'extirpe uen belle perle : "un libéralisme de plus en plus criminel pour oser faire passer l'"état", l'"entreprise" ou la "finance" avant l'humain" ?!?!?!? C'est quand même hallucinant de dire que le libéralisme fait passer l'état avant l'humain ?!?!? c'est la définition du socialisme !!! vous en êtes à en plus comprendre les mots que vosu employez, allez donc vous renseigner un peu au lieu de cracher votre haine qui ne vient que de votre ignorance crasse...
Réponse de le 12/10/2012 à 14:46 :
Votre grossiere tentative d'usupration d'identite (reponse @ @ et Reponse a tonio32 sont en realite un seul et meme auteur, vu la stupidite du contenu et notamment la reference au STO et a Hitler) est aussi ridicule que vos propos... Vous dites n'importe quoi, inutile de perdre du temps a vous repondre plus en detail...
Réponse de le 12/10/2012 à 15:35 :
Ben non : il s'agit de plusieurs intervenants.
Et oui : c'est bel et bien le libéralisme outrancier qui, avec ses dérives, malversations, corruptions et agissements mafieux, fait passer l'entreprise avant l'humain. Il suffit pour s'en rendre compte de déplorer - ou à tout le moins d'avoir le courage de le faire en regardant la réalité en face - ce qui se passe aujourd'hui dans le spays du Sud européen ou ... dans l'Allemagne merkelienne, entre autres.
Bonne nouvelle : il est manifeste que ce système mafieux est aujourd'hui en totale perte de vitesse et heureusement condamné à court ou moyen terme. A part quelques nervis totakement inféodés aux institutions financières et quelques pitoyables gogos qui méritent leur situation réelle d'esclaves.
Maintenant, il n'est manifestement pas donné à tout le monde d'enlever ses oeillères, d'aoser affronter la réalité concrète et indiscutable et de ne pas céder au totalitarisme de la pensée unique. Et c'est dommage qu'il reste encore quelques nervis à la solde d'un libéralisme crapuleux tel que nous le connaissons aujourd'hui. Le monde irait bien mieux sans eux !
Réponse de le 12/10/2012 à 15:44 :
@ Réponse : il est surtout bien dommage que vous refusiez d'ouvrir un dictionnaire ou un livre de philosophie pour comprendre ce que c'est que le libéralisme et la réalité... vous devez sûrement croire au loup garou et autre vampires non ?
Réponse de le 12/10/2012 à 16:11 :
Un peu creux et ridicule comme réponse, mais passons sur cette "argumentation" réellement époustouflante.
Entre la définition d'une notion et son application réelle, même vous pourriez vous rendre compte du fossé. Mais à force de se conforter dans on petit endoctrinement primaire, cela devient bien sûr de plus en plus difficile.
Cela étant, vous avez en partie raison : le libéralisme est bien fait pour l'être humain ! A une nuance près : il est fait pour qu'une infime minorité d'humains profitent, abusent et exploitent une immense majorité d'autres êtres humains. Et, ne vous en déplaise, vous ne faites manifestement pas partie de la première catégorie. Mais, c'est connu, il y en a qui aime être dominés et être les esclaves ... C'est pas un peu pervers, ça ?..
Réponse de le 12/10/2012 à 16:26 :
@John Galt: ne perdez pas de temps avec un brillant erudit qui melange Merkel, Hitler et le STO...
Réponse de le 12/10/2012 à 16:39 :
@ Réponse : tjrs les mêmes choses avec les communistes : pas d'arguments, alors on insulte. Mais dites moi, svp, la définition du libéralisme, c'est quoi ?
@Tyler : d'un autre côté, un spécimen pareil, dégelé récemment car il ne s'est pas encore rendu compte que l'URSS s'est effondrée et tout les états communistes aussi, c'est quand même un cas clinique intéressant :)
Réponse de le 12/10/2012 à 16:53 :
Un futur nomine aux Darwin Awards oui...
Réponse de le 12/10/2012 à 17:02 :
@Tyler : ce ne serait pas le mamouth récemment découvert en sibérie ?
Réponse de le 12/10/2012 à 18:05 :
Ce dernier est encore un peu trop vigoureux a mon gout...
a écrit le 12/10/2012 à 9:46 :
c est creux
a écrit le 12/10/2012 à 9:44 :
génial tout va mal les PIB s'écroulent et encore la méthode de calcul serait a analyser et monsieur la marquise va bien... curieux alors que meme madame lagarde ne danse plus sur le volcan ou alors l'allemagne a décidé de se retirer de l'euro......................Mauroy nous avait fait le coup tous les clignotants sont au vert..... allemand
a écrit le 12/10/2012 à 9:25 :
DIABLE ! Diable quel titre !
a écrit le 12/10/2012 à 9:20 :
l'espagne commence a voir certains signes positifs; quand elle aura modifie les regles de son marche du travail ca va repartir ( c'est pas les francais qui vont etre contents...); la grece n'a effectivement aucun avenir en europe, vu qu'ils n'ont pas d'administration fiscale et ont autant d'apetence a payer des impots que les francais a travailler, c'est dire...
Réponse de le 12/10/2012 à 10:59 :
Pas faux... Allez, un lien amusant, mais certains s'etonnent encore que la Grece soit en faillite, ou attribuent ca a "la mondialisation et la pensee ultra-liberale"... http://www.nytimes.com/2012/03/19/world/europe/in-greece-business-rules-can-puzzle-entrepreneurs.html?pagewanted=all&_r=0
a écrit le 12/10/2012 à 9:05 :
Romaric je t'ai vu ...et je te félicite pour cet article inspiré et opportun !
a écrit le 12/10/2012 à 9:03 :
Sur une chaise roulant depuis 20 ans, ce ministre est toujours aussi assoiffé de pouvoir. On peut dire qu'est-ce qui le fait rouler plutôt que courir ?
Réponse de le 12/10/2012 à 9:31 :
Que viens faire son handicap vient faire ici ? Humour facile et pas forcement drôle.
Réponse de le 12/10/2012 à 9:34 :
Bravo voila un commentaire d'une grande intelligence. Je ne souhaite pas a son auteur d'etre un jour en fauteuil mais ce serait pourtant la meilleure facon pour qu'il apprenne le sens du mot respect.
Réponse de le 12/10/2012 à 9:40 :
Lamentable ce genre de commentaire. je croyais qu'il y avait un webmaster pour filtrer ce genre de debilite.
Réponse de le 12/10/2012 à 13:08 :
Là ou tout le monde se trompe c'est qu'aucune de ces soit disantes "premiere personne du pays " ne dirige son pays.L'instauration de l'europe,l'ouverture des frontieres ,la mise en place de la constitution europeenne,tout ceci obligent les pays a s'aligner et a suivre les differents marchés qui ne sont pas adaptés au cas par cas,mais pour les plus riches (France et Allemagne).Qui dirigent les pays riches ?Je vous le demande...Ce sont les banquiers,uniquement les banquiers en Europe.Comme dans les pays arabes ces sont les rois du petrole qui gerent et dirigent (avec de plus en plus d'influence en europe),en occident,les lois et les règles ne sont dictées que par les puissances banquieres.
Regardez les subprimes venus des USA,regardez les traders,les fonds sont là on pourrait aujourd'hui sortir de crise,il suffirait que les banques laissent les liquidites et arretent de demander toujours plus d'interets aux differents pays.Pourquoi toujours parler de la BCE elle n'a été créee que pour l'europe et aujourd'hui elle dirige tout ......Encore une BANQUE
Réponse de le 10/11/2012 à 0:47 :
Et la France?...Combien de chances sur dix une entreprise qui se crée aujourd'hui a-t-elle d'exister dans six mois? Pour être connue elle devra dépenser quelques milliers d'euros en démarches et publicités pendant quelques mois en plus des taxes en tous genres; quelques mois pendant lesquels elle ne récoltera que quelques euros, Et en plus avec un avenir incertain. Que veut dire Europe pour cette entreprise quand ses clients potentiels qui vivraient dans sa petite ville ne sauraient même pas qu'elle existe au bout de quatre ans? Enfin la France si convoitée depuis des lustres devient enfin accessible aux griffes des Qataris et Chinois de tout poil. Ils pourront y installer leur salariés nationaux à plus ou moins court terme avec en prime l'acquisition ultra facile de la double nationalité. C'est déjà fait dans de nombreux secteurs...Mais qu'importe!... d'abord l'Europe...Priorité aux nouveaux patrons de Bruxelles .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :