27% des enfants menacés de pauvreté ou d'exclusion dans l'UE

 |   |  303  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Plus du quart des enfants de moins de 18 ans vivant dans l'Union européenne sont menacés de pauvreté ou d'exclusion sociale, un taux supérieur à celui de la population dans son ensemble, et le risque augmente fortement lorsque leurs parents ont un faible niveau d'éducation, selon des statistiques publiées mardi.

En 2011, 27% des enfants de moins de 18 ans étaient concernés par la pauvreté ou l'exclusion, contre 24% des adultes de 18 à 64 ans et 21% des personnes âgées de 65 ans et plus, selon une étude publiée par l'office européen de statistiques Eurostat.

Les pays les moins riches sont les plus touchés

La proportion monte à près du tiers pour les enfants issus de l'immigration, c'est-à-dire dont au moins un des parents n'est pas né dans le pays où ils résident. Les pays où les enfants sont le plus à risque de pauvreté ou d'exclusion sociale sont la Bulgarie (52% des moins de 18 ans), la Roumanie (49%), la Lettonie (44%), la Hongrie (40%) et l'Irlande (38% selon des chiffres de 2010).

A l'inverse, en Suède, au Danemark et en Finlande, seulement 16% des enfants sont dans cette situation. Ces pays sont suivis par la Slovénie (17%), les Pays-Bas (18%) et l'Autriche (19%).

L'éducation : un critère déterminant

Sans surprise, plus le niveau d'éducation des parents est faible, plus le risque de pauvreté ou d'exclusion grandit: près de la moitié des enfants dont les parents n'ont pas dépassé le premier cycle d'enseignement secondaire sont menacés de pauvreté ou d'exclusion. La proportion tombe à 7% pour ceux dont les parents ont fait des études supérieures.

C'est en Roumanie que la différence est la plus marquée: 78% des enfants dont les parents ont un faible niveau d'éducation sont menacés de pauvreté ou d'exclusion, contre 2% de ceux dont les parents ont fait des études supérieures. En France et en Allemagne, où le risque de pauvreté dans l'ensemble de la population est très proche (19,9% en Allemagne, 19,3% en France), il diffère pour les enfants: il est de 23% en France contre 19,9% en Allemagne. La tendance s'inverse pour les personnes de plus de 65 ans: 15,3% en Allemagne, 11,5% en France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/03/2014 à 10:35 :
LA d enatalite et la decroissance est l avenir du monde le reste n est que du baratin ?PRESQUE 9 MILLIARD DE BOUCHE A NOURIR DANS LE MONDE VOILA UN GROS DEFIE MONDIAL,???
a écrit le 03/03/2013 à 9:55 :
Bonjour, oui malheureusement l'Europe s'appauvrit chaque jour, car il n'y a plus de travail pour nos enfants, merci que notre natalité reste faible car les génération à venir serons en grande difficulté car nous n'avons pas su voir le nomde changer ( nos homme politique surtout) . Le citoyen le sait bien depuis longtemps , il demande une diminution de l'immigration depuis longtemps sans être entendu, du protectionnisme économique (pas entendu) une autre politique.... Il y a d'ailleurs une monter régulière du populisme dans tout nos pays , mais comme l'on ne fait rien ils ont de beaux jours devant eux.... Cela ferras peut être notre malheure, mais ils y aura au moins un changement ....
a écrit le 01/03/2013 à 4:22 :
La disparité des compétitivités à l'intérieur de l'Union Monétaire est surtout due à des facteurs naturels et immuables (taille du marché intérieur, position géographique, topographie du pays, climat, ressources et richesse naturelles (matières premières), taille du pays, natalité (faire venir de la main d'oeuvre hautement qualifiée des pays voisins, comme tentent de le faire les allemands, coûte moins cher que d'élever des enfants et de les former soi même) etc, etc.)
S'il est vrai que la France et l'Allemagne pourraient arriver à une compétitivité comparable il n'en est pas de même pour d'autres pays de la zone Euro.
Des pays aussi peu industrialisés que le Portugal, la Grèce et autres ont donc peu de chance d'arriver à la même compétitivité que l'Allemagne (à moins de devenir des paradis fiscaux).
Leur demander d'augmenter leur compétitivité par le dumping social et par le dumping des salaires et illusoire. Des pays comme la Chine, l'Inde et autres pays asiatiques ne peuvent être égalés en ce qui concerne le dumping social.
Seule solution, les accords doivent être modifiés de façon à permettre aux pays ainsi désavantagés de développer et de protéger leur économie contre des économies plus fortes afin d'arriver au sein de l'Union Monétaire à une plus grande convergence des économies.
Il est aussi important d'arriver à un partage horizontal du travail pour éviter l'exil de jeunes souvent hautement qualifiés dans les pays périphériques (Portugal, Espagne, Grèce 50% de chômage des jeunes).
Réponse de le 01/03/2013 à 7:58 :
Selon les statistiques il n'y a qu'un expatrié sur quatre qui choisi de rester en Europe. Les mieux qualifiés quittent effectivement le vieux continent.
Mais ce besoin de prendre l'Allemagne comme modèle est vraiment bizarre, surtout qu'il y a des différences fondamentales et immuables entre ces deux pays, ne serait que la position géographique centrale de l'Allemagne et la taille du marché intérieur de celle-ci (plus de 100 Millions de Germanophones), qui, vu le chauvinisme économique du consommateur allemand et la germanolâtrie incurable de beaucoup de français et autres, joue un rôle déterminant.
Réponse de le 02/03/2013 à 9:15 :
Je suis tout à fait d' accord
a écrit le 28/02/2013 à 0:15 :
Il n'y a qu'à mettre une taxe sur les enfants, comme cela il y en aura moins et cela résoudra le pb de réchauffement climatique.
a écrit le 27/02/2013 à 16:57 :
Les enfants dits pauvres en Europe sont plus riches que les enfants les plus riches des pays émergents.
Réponse de le 27/02/2013 à 20:06 :
Ben, tiens, et si on regardait toujours au dessous de nous, en tirant toujours vers le bas, ainsi, on peut avoir l'impression de na pas être "malheureux", n'est ce pas? alors relativisons, relativisons...! pfffffff !
Réponse de le 28/02/2013 à 0:39 :
@il cavaliere: tu pourrais nous expliquer, parce que pour moi, n'avoir rien à manger en France ou n'avoir rien à manger ailleurs, y a pas de différence.
Réponse de le 01/03/2013 à 12:49 :
j'ai posé cette question hier à un jeune de 17 ans venant de Roumanie, sans papier et qui parlait très; bien le français : est ce plus facile de vive en France qu'en Roumanie pour vous maintenant? la réponse est OUI ! pour 3 ou 4 euros je mange à ma faim ici mais pas en Roumanie.Le problème c'est qu'il faut travailler 3 mois pour avoir une autorisation de séjour en France et sans autorisation de séjour il n'y a pas de travail. Et pourtant c'est un jeune qui veut travailler et s'il a quitté la Roumanie , c'est déjà un signe qu'il veut bouger sa vie. L'Europe crée des lois qui sont innaplicables...
a écrit le 27/02/2013 à 16:29 :
Nous qui nous préoccupons de la santé et du bien-être des enfants d?aujourd?hui et de demain, nous devons, dès maintenant, faire en sorte que les femmes et les filles bénéficient des mêmes possibilités d?obtenir une éducation, de participer au gouvernement, de se prendre en charge d?un point de vue économique et d?être protégées de la violence et de la discrimination , Il existe des liens inextricables entre la situation des femmes et le bien-être des enfants , si elles ne bénéficient pas d?une éducation, si elles ne sont pas en bonne santé, si elles n?ont pas les moyens de se prendre en charge, ce sont les enfants qui souffrent L?égalité des sexes produit un « double dividende » qui bénéficie aux enfants et aux femmes à la fois, affirme l?UNICEF Les avantages de l?égalité des sexes vont bien au-delà de leurs effets directs sur les enfants. La situation des enfants dans le monde montre comment, en encourageant l?égalité des sexes et en favorisant l?autonomisation des femmes on progresse vers tous les autres objectifs, de la réduction de la pauvreté et de la faim à la protection de la vie des enfants, de l?amélioration de la santé maternelle à l?éducation pour tous, la lutte contre le VIH/SIDA, le paludisme et d?autres maladies et la viabilité de l?environnement.
a écrit le 27/02/2013 à 15:38 :
comment la roumanie et la bulgarie sont entrés dans la CE???? c est mystére total ces pays sont des exemples de systémes corrompus et d économie d opérette ...
Réponse de le 27/02/2013 à 20:07 :
de plus, on s'en serait très bien passés !
a écrit le 27/02/2013 à 14:26 :
Avant de faire un enfant, il faut savoir si on peut assumer financièrement l'éducation qu'on souhaite lui donner. Si vous voulez éviter les enfants pauvres, empêchez leurs parents de les faire. la contraception existe.
Réponse de le 27/02/2013 à 15:52 :
Pas idiot, comme raisonnement. Mais on pourrait aussi faire la même chose pour les demeurés et les abrutis. Heureusement qu'il n'en est rien : nous n'aurions pas eu le plaisir de vous lire, thargor
Réponse de le 27/02/2013 à 16:11 :
Thargor plus on est pauvre plus on fait d'enfants cela provient de la mortalité infantile et du fait que la retraite n'existait pas. C'est pour cela qu'il fallait faire des enfants afin qu'ils puissent s' s'occuper de leurs parents. Plus les filles sont instruites moins elles feront d'enfants. Ma mère a eu vingt enfants dont plusieurs sont morts mais pas moi. L'école c'est la chance des pauvres.
Réponse de le 27/02/2013 à 16:15 :
Comment imaginer qu une société fondée sur la liberté d entreprise, ouverte aux mille initiatives et inventions des citoyens, puisse déboucher sur des sociétés inégalitaires, où liberté du riche et liberté du pauvre se traduisent, pour l un, en droit d exploiter et, pour l autre, en volonté de survivre ? Non la liberté de faire et d élever un enfant n est pas réservé aux riches
Comment pouvons-nous aider les pauvres ? C est tout de même de cela qu il s agit. Que va faire le gouvernement, avec le pouvoir et les moyens dont il dispose pour aider ceux qui en ont vraiment besoin ? Supprimer les lois qui les discriminent. Améliorer le système scolaire, après tout, tout le monde en profiterait. Tant que les choix publics n?auront pas été faits pour s assurer que chaque personne puisse couvrir ses besoins essentiels et réaliser dans l égalité et la dignité les droits qui lui sont reconnus, le mot solidarité dans la bouche des décideurs politiques aura un goût de cendre.
L écart entre les plus pauvres et les plus riches s est même élargi. Tout le monde le sait, enfin presque tout le monde, mais une bonne partie de la société fait tout pour l oublier.
Réponse de le 27/02/2013 à 18:54 :
La liberté de faire et d'éduquer (et non élever) un enfant n'est certes pas réservé aux riches. La société se doit de fournir un minimum d'éducation aux enfants pour qu'ils soient à même d'avoir un maximum de chance d'avoir une vie correcte une fois adulte. MAIS le reste est à la discrétion des parents et ce n'est pas à la société d'intervenir sauf en cas de mise en danger de la vie de ces enfants. L'allocation de rentrée scolaire ne devrait pas exister : uniformes et matériel fournis par les écoles. Repas matin et midi obligatoires fournis à l'école. Et ne parlez pas du Moyen Age ou des sectes plus ou moins légales pour justifier les politiques natalistes totalement irresponsables. L'Homme n'est pas un lemming.
Réponse de le 27/02/2013 à 19:05 :
Entièrement d'accord avec thargor
Réponse de le 27/02/2013 à 20:09 :
tout à fait Thargor !
Réponse de le 28/02/2013 à 9:22 :
Merci Thargor et associées de me reprendre, mais les parents « élèvent » leur enfant , et avec l aide de la Société assurent leur éducation dans un système citoyen. Vous en avez d ailleurs une très belle vision très laïque. Ceux sont bien 2 choses différentes vous confondez l aspect sentimental avec l aspect matérialiste, mais c est une position que je connais
La société est la pour minimiser les inégalités c est le principe de redistribution horizontale et verticale sans lequel aucune société démocratique ne serait viable. C est donc bien cette solidarité qui doit assurer que chaque personne puisse couvrir ses besoins essentiels et réaliser dans l égalité et la dignité les droits qui lui sont reconnus. On ne meurt plus de faim (ou presque) en France aujourd hui, même si 3 % des Français indiquent ne pas avoir fait de repas complet pendant au moins une journée au cours des deux dernières semaines. Des millions de Français vivent dans des conditions indignes. Et encore, les données recensées ne tiennent pas compte des conséquences de la détérioration récente de l emploi. Deux millions de personnes doivent se contenter d un revenu qui atteint au mieux 600 euros (20 euros par jour), insuffisant pour se loger. Ce revenu permet de survivre, d acheter de la nourriture et des vêtements, sous la dépendance d une institution, d amis ou de la famille. Il ne donne en aucun cas accès à la société de consommation à laquelle la grande majorité accède. Les enfants qui vivent dans ces familles sont très loin d avoir accès aux mêmes univers que les autres. Contrairement à vos idées préconçues et malgré la force de ses mesures de protection sociale, la France fait figure de mauvais élève des pays riches en termes de pauvreté des enfants, selon les derniers chiffres de l Unicef. L organisme appelle à faire de la politique en faveur des enfants « une priorité absolue ». Tous les hommes sont nés libres et égaux, et la dignité humaine est le patrimoine que nous partageons et dont nous avons la garde
a écrit le 27/02/2013 à 13:29 :
Comment cela va-t-il finir ? Toute cette misère qui progresse autour de nous. Et tous ces enfants dans le malheur. De plus en plus de drames et de suicides dans une société en complète déliquescence suivant le livre "les corps indécents". On ne peut plus continuer ainsi. La France, l'Europe et peut être même le monde sont à la veille de grands changements. La seule question est de savoir si ces changements seront pacifiques ou dans la violence.
Réponse de le 27/02/2013 à 16:12 :
Vu les fondamentaux du caractère humain, ce sera dans la violence.
Réponse de le 27/02/2013 à 16:13 :
Une révolution se fait toujours dans la violence mais il faut attendre que les choses aillent pour qu'elle arrive (Tocqueville) et là y'en a qui vont manger bon.
a écrit le 27/02/2013 à 13:27 :
Ce que veut vraiment la jeunesse : www.librepolitique.wordpress.com
a écrit le 27/02/2013 à 13:14 :
fastoche une tite taxe de plus et hop plus d'pauvres ! sur les écrans en fait ! les pauvres font partie de la vie depuis que le monde est monde . c'est comme çà ! et c'est pas demain que celà changera .
a écrit le 27/02/2013 à 12:47 :
Scandaleux , alors que la classe politique et technocratique vivent dan une arrogante opulence !
a écrit le 27/02/2013 à 12:20 :
Il faut de tout pour faire un monde, aussi des enfants pauvres.
Alors, en tant qu'allemand et fonctionnaire je me dis que pour le moment, grâce a nôtre excédent de la balance commerciale de 16 Milliards PAR MOIS en moyenne et ceci depuis plus de 10 ans, nous profitons plus que quiconque de l'UE et de l'Union Monétaire, ceci aux dépens des pays moins favorisés que nous. Les quelques petits milliards que l'Allemagne doit verser à Bruxelles tous les ans ne sont rien par rapport à l'excèdent commercial que nous réalisons grâce à cette petite cotisation. Excèdent commercial énorme qui nous permet d'exporter nôtre chômage vers les pays de l'union monétaire économiquement plus faibles et qui, a cause des traités imposés à l'UE et surtout à l'Union Monétaire par l'axe franco-allemand, ne peuvent ni empêcher ni taxer l'avalanche de produits Made in Germany, Made in China, Made in Korea, etc., etc., qui étouffe et empêche leurs propres économies de se développer. Les bénéfices ainsi réalisés dans les pays sur-endettés, y compris la Grèce et la France étant souvent réinvestis par nos grandes entreprises hors de la Zone Euro, souvent dans les pays de l'ancien bloc soviétiques que nous sommes en train de coloniser d'ailleurs en rachetant tout ce qui est privatisé, ce qui va nous donner le contrôle économique sur ces pays. Que la Grèce, l'Espagne, le Portugal et autres affichent un chômage des jeunes qui dépasse déjà les 50% n'intéresse ni M Weidmann, ni M Sarrazin, ni ma pomme, et Merkel s'en balance, en fait cela nous arrange, nous récupérons ainsi l'élite de ces pays, puisque nous manquons de jeunes hautement qualifiés. Quand à M Klaus Regling, qui se dit inquiet pour l'Italie (production industrielle en baisse de plus de 25% depuis 2007), croyez moi, c'est bien le dernier des soucis des Allemands. L'Italie est destinée à faire partie du tiers monde à plus ou moins brève échéance, la France également mais à très long terme. Les accords UE ne garantissent pas une qualité de vie similaires dans les pays de l'Union Monétaire, le fait que les pays pauvres deviennent toujours plus pauvres et les pays riches toujours plus riches le prouve. Une sorte de néocolonialisme en somme. Et qui nous empêchera de quitter ce cirque qu'est l'UE, une fois que nous aurons reconquis en en prenant le contrôle économique, les « Ostgebiete » perdus après la deuxième guerre mondiale? Déjà une bonne partie de ces territoires est au main du gros capital allemand.
Réponse de le 27/02/2013 à 13:43 :
Mais personne n'empêche de faire comme l'Allemagne ! Si l France avait fait les mesures courageuses de l'Allemagne nous serions au même niveau. Qui êtes vous pour présenter l'Allemagne comme ça ! Plutôt que de vous plaindre des autres qui sont plus forts que nous, faisons nous aussi les efforts. Ce plaindre est si facile et si français. ayons un peu de courage pour une fois !
Réponse de le 27/02/2013 à 14:01 :
Contrairement à la connerie, la pauvreté n'est pas une fatalité.
Et ce n'est pas parce que vous faites un copier-coller de vos différentes interventions largement évocatrice d'un cerain état d'esprit, ni que vous faites croire que vous êtes "schleu" et focntionnaire, juste par minable provocation, que vous y changerez quoi que ce soit. Quant à illustrer mon assertion de départ, ça, par contre...
Mais bon : Soyons généreux et laissons aux plus faibles d'esprit leur petit espace de pseudo-liberté et leur défouloir. Après tout, même si leurs propos sont des monuments de bêtise, pour être polis, leur petitesse n'en demeure pas moins amusante. Alors, de tout coeur, merci "deutscher" !
Réponse de le 27/02/2013 à 14:37 :
Avec le temps que vous passez à divaguer sur ce site, "deutscher", cela pourrait donner une juste idée du courage des fonctionnaires (??) et de la productivité "made in germany". mais bon, encore faudrait-il gober que vous êtes à la fois fonctionnaire et teuton. ce qui fait bien rigoler dans les chaumières !
Réponse de le 01/03/2013 à 4:24 :
@ Pierre,
La disparité des compétitivités à l'intérieur de l'Union Monétaire est surtout due à des facteurs naturels et immuables (taille du marché intérieur, position géographique, topographie du pays, climat, ressources et richesse naturelles (matières premières), taille du pays, natalité (faire venir de la main d'oeuvre hautement qualifiée des pays voisins, comme tentent de le faire les allemands, coûte moins cher que d'élever des enfants et de les former soi même) etc, etc.)
S'il est vrai que la France et l'Allemagne pourraient arriver à une compétitivité comparable il n'en est pas de même pour d'autres pays de la zone Euro.
Des pays aussi peu industrialisés que le Portugal, la Grèce et autres ont donc peu de chance d'arriver à la même compétitivité que l'Allemagne (à moins de devenir des paradis fiscaux).
Leur demander d'augmenter leur compétitivité par le dumping social et par le dumping des salaires et illusoire. Des pays comme la Chine, l'Inde et autres pays asiatiques ne peuvent être égalés en ce qui concerne le dumping social.
Seule solution, les accords doivent être modifiés de façon à permettre aux pays ainsi désavantagés de développer et de protéger leur économie contre des économies plus fortes afin d'arriver au sein de l'Union Monétaire à une plus grande convergence des économies.
Il est aussi important d'arriver à un partage horizontal du travail pour éviter l'exil de jeunes souvent hautement qualifiés dans les pays périphériques (Portugal, Espagne, Grèce 50% de chômage des jeunes).
a écrit le 27/02/2013 à 11:39 :
http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/02/25/en-2012-un-million-d-emplois-detruits-en-zone-euro_1838259_3234.html
En 2012, un million d'emplois détruits en zone euro
http://www.economiematin.fr/eco-digest/item/3818-croissance-mondiale-zone-euro-previsions
99% de la croissance mondiale se fera en dehors de la zone euro entre 2012 et 2014
Zone euro : un million d?emplois détruits et 1% de la croissance mondiale le rêve n'est ce pas...comme je l'ai dit ce mon com précédent..l'UE et la zone Euro c'est chômage, dette, pauvreté..!!!
Réponse de le 27/02/2013 à 13:28 :
Bien vu, Fred. Ca dérange, ces chiffres car ils reflètent la réalité : l'UE n'est pas le havre de paix et de prospérité qui nous est vendu partout en Europe. Il faut le crier haut et fort. Le chaos, c'est l'UE !!!
Réponse de le 27/02/2013 à 14:30 :
Ouvrez vos livres d'histoire. Le chômage, la dette et la pauvreté n'ont pas attendus la fondation de l'Europe et de la zone euro pour être inventés. Ce sont des concepts qui sont nés de l'invention des monnaies et de la monétisation des activités humaines.
Réponse de le 27/02/2013 à 15:11 :
Et combien d'emplois créés en Chine, Inde, Bangladesh etc grâce à notre consommation aveugle et effrénée du toujours moins cher ? Vous ne voudriez pas mettre ces gens là et tous leurs intermédiaires dans un état de pauvreté encore plus grand tout de même?
a écrit le 27/02/2013 à 11:19 :
99% de la croissance mondiale se fera en dehors de la zone euro entre 2012 et 2014
http://www.economiematin.fr/eco-digest/item/3818-croissance-mondiale-zone-euro-previsions
j'entends encore des internautes surement payer par Bruxelles pour véhiculer une bonne image de l'UE devrait un peu se renseigner l'UE c'est la mort des peuples..une oligarchie contre tous les peuples d'Europe..!!!
Réponse de le 27/02/2013 à 15:53 :
Il n'y a pas besoin d'être payé pour comprendre qu'une monnaie unique ne dérange que ceux qui se payent du travail des autres. Commissions de changes, dévaluation, guerre des monnaies, tout cela se fait au détriment des peuples. Pas besoin d'être payé pour comprendre qu'une législation commune harmonisée entre les pays ne peut qu'améliorer l'égalité entre tous. Même salaire minimum pour tous pour un même métier, si l'Europe était capable de faire ça, ce serait un grand pas en avant. Cela ne peut se faire en un jour et il y a plein d'exploiteurs que ça n'arrangerait pas. Réfléchissez, l'Union fait la force, mais une union d'individualistes comme maintenant n'est que faiblesse.
a écrit le 27/02/2013 à 10:53 :
Comment pouvez-vous donner des informations aussi graves sans indiquer la moindre source, la moindre méthode, la moindre définition de la pauvreté ? Est-ce un travail de journaliste ?
Réponse de le 27/02/2013 à 12:43 :
dicte mais par qui , la est la question
Réponse de le 27/02/2013 à 12:53 :
Il ne faut pas être journaliste pour avoir le courage d'ouvrir les yeux et l'honnêteté de se renseigner par soi-même. Vous voulez des chifres sérieux et fiables ? En voici quelques-uns !
En France, selon les plus récentes estimations, environ 25 % de la population est obligée dee fouiller dans les poubelles pour tenter de survivre... et pas toujours décemment, d'ailleurs. Mais bon, la "grandeur de la france" (quelle blague !) imposait de dépenser des dizaines de millions d'euros pour jouer les va-t-en-guerre au mali, histoire de recevoir une déculottée méritée de plus comme en Indochine et au Vietnam (ah : cette bonne vieille cuvette de Dien Bien Phu !), en Algérie.
En Italie, à Naples, plus de 50 % des enfants en âge de scolarité sont contraints de trouver un emploi car leurs parents sont victimes de l'austérité de Monti (et donc de Goldman Sachs) et ne peuvent plus rien assurer financièrement. Ces gamins, qui avaient pourtant un bel avenir devant eux avant l'arrivée de la taupe Monti travaillent pour des salaires mensuels qui sont en moyenne de 50 euros. Minable, certes, mais indispensable pour tenter de pouvoir encore acheter de quoi manger.
En Allemagne, Merkel joue aussi à fond la carte du génocide économique (comme elle l'a fait en Grèce, notamment). Aujourd'hui, grâce à la "bonne gouvernance" merkelienne, ce sont plus de 7 millions d'Allemands qui sont contraints de travailler à plein temps pour des salaires mensuels qui ne dépassent pas .. 400 euros. Le gvt teutona déjà calculé le montant de leur retraite : moins de 150 euros/mois. Qu'est-ce qu'on attend pour traduire Merkel et les autres politiciens voyous à la solde des banksters (Sarkozy, Samaras, Monti, Papandreou, ...) pour les traduire devant le TPI en les accusant de crimes économiques contre l'humanité.
En Grèce, les exemples sont innombrables. Celui des enfants s'évanouissant dans les écoles non chauffées en hiver, cité par un intervenant ci-dessous, est criant de vérité. Et il est malheureusement loin d'être le seul. insi, une vielle dame, qui ne toucait déjà plus de 400 euros de retraite mensuelle fin 2012, a encore vu ce triste montant réduit de près de 15 %.
Il n'y a plus que quelques misérables pigeons (qui méritent largement ce qui est en train de leur tomber dessus), les nervis d'une idéologie libérale criminogène et les collabos d'une certaine voyoucratie à la solde de la finance pour ne plus oser regarder la vérité en face. Et ne pas oser se révolter. Sauf, bien entendu, quand leur tour viendra : ça geindra alors dans les chaumières. mais ils auront récolté ce pour quoi ils ont voté : Merkel, Samaras, Sarkozy, Monti, et autres corrompus nuisibles.
Réponse de le 27/02/2013 à 13:29 :
Le seuil de pauvreté financière est calculé en prenant 60% du montant des revenus médians de la population. Parfois c'est 50%. On est donc pauvre en fonction de son pouvoir d'achat. Enfance le seuil doit être autour de 960 euros par mois pour le seuil a 60% et 800 euros pour le seuil a 50% . Sur le site suivant vous pouvez voir les montants en fonction de la composition des familles. http://inegalites.fr/spip.php?article343
Réponse de le 27/02/2013 à 13:47 :
Eurostat, c'est écrit, mais ce n'est qu' une synthèse de leur résultats, "Calcul " vous écrit plus bas la méthode utilisée généralement et sa source. Plusieurs organismes réalisent ce genre d?enquête sur la pauvreté par type de population. Malheureusement tous les résultats se recoupent. Le journaliste donne une information générale que vous pouvez creuser si cela vous intéresse ou mieux si vous vous sentez concerné et voulez agir à votre niveau pour un monde plus égalitaire. Indignez vous !! dommage S Hessel nous a quitter à nous de continuer son combat.... Je dis cela mais à chacun son libre arbitre.
Réponse de le 27/02/2013 à 14:17 :
Vous voulez des faits concrets et des chiffres précis, sérieux et fiables ? En voici !
En France, suite à un quinquennat de voyoucratie, selon les plus récents chiffres, 25 % de la population est contrainte de faire les poubelles pour tenter de survivre ... plutôt mal que bien, d'alleurs.
En Italie, et notamment à Naples, environ 50 % des enfants en âge de scolarité sont contraints de dénicher un boulot plein temps, généralement payé 50 euros/mois parce que leurs parents n'ont plus la possibilité de nouer les 2 bouts et croulent dans la misère la plus totale. Mervi Monti !
En Allemagne, pays si "exemplaire aux yeux de quelques nervis pitoyables, plus de 7 millions de personnes sont contraintes d'accepter un job plein temps pour à peine 400 euros/mois. Le gvt merkelien a déjà calculé le montant de leur retraite : moins de 150 euros mensuels ! Superbe et merci, Merkel !
En Grèce, une dame âgée n'avait déjà plus que 400 euros de retraite mensuelle a fin 2012. ce motant a encore été raboté de près de 15 %. Les écoles ne sont plus chauffées en hiver et le nombre d'enfants "tombant dans les pommes en classe, d'inanition, sont de plus en plus nombreux.
Faut-il continuer ?
Il n'y a plus que les lâches qui n'osent pas voir la réalité en face et les nervis d'un système économico-financier génocidaire, véritables collabos, pour se voiler la face. Jusqu'au jour, fort proche, où leur tour viendra puisque c'est toute la classe moyenne qui est délibérément visée. Ce jour-là, ils viendront geindre sur Internet et pleureront sous les po,ts, puisqu'ils n'auront plus de baraque. ls auront récolté ce pour quoi ils ont voté !
Réponse de le 27/02/2013 à 14:39 :
Vous avez raison sur votre constat d'appauvrissement, cependant il est un peu trop facile d'accuser Monti, Merkel...La grande Europe libre échangiste est un échec retentissant, ne parlons pas de la mondialisation sauvage. Tous les politiques qui nous gouvernent depuis 40 ans sont fautifs d avoir ouvert les frontières en grand , ils sont aussi fautifs de n'avoir pas anticiper les délocalisations, fautifs d'avoir dépenser sans compter pensant que toujours l?impôt rentrerait pour leur permettre leur train de vie et le train de vie des organes régionaux, départementaux, fautifs de n'avoir pas su alleger la fiscalité des entreprises et d'avoir aggraver le poids des charges sociales. je m arrete la mais il y aurait beaucoup encore à dire. Quand à la pauvreté le constat est clair nous n'en sommes qu'au début, oui monsieur à peine le début de la crise.....2013 risque d être explosive pour l?économie et nos monnaies d'échanges...;on verra comment les humains réagiront????
Réponse de le 27/02/2013 à 14:41 :
@@Bertrand T, surtout ne réfléchissez pas. L'intervention française au Mali permet de plus ou moins stabiliser la situation du pays. Regardez ce qui se passe en Syrie : 70000 mort, des millions de personnes déplacées et vivant dans la peur et le dénuement. Êtes vous prêt à regarder les Syriens dans les yeux et leur dire : "nous avons baissé notre froc face aux Russes plutôt que vous protégez cette guerre civile." Et à votre avis, les réfugiés maliens, dans quel pays seraient il allés? Cela aurait engendré encore plus de pauvreté et de xénophobie en France.

Réponse de le 28/02/2013 à 0:20 :
@Bertrand T, je suis absolument d? accord. L? austérité ordonnée par Troïka (pour vrai dire, par l Allemagne de Merkel) après une campagne de diffamation, en général, du peuple grec par la méthode d? une propagande des nazis (paresseux, cigales, malhonnêtes etc.) a ravagé l économie grecque au profit des spéculateurs. L? Allemagne a gagné le 2011 (selon l?estimation d? un économiste Allemand), «en sauvant et en aidant la Grèce», environ 80 Mds Euros. Un autre exemple. Deutsche Telecom a acheté le 2009 le 10% de l? OTE Grec environ 1,3 Mds. Le 2011 a acheté le même (et dernier) pourcentage à une valeur quatre fois plus basse. Un brigandage réel!
L? Europe contemporaine est gouvernée par les marchés des spéculateurs et par les représentants de Goldman Sachs ( comme Papadémos, Monti, Draghi etc.)


a écrit le 27/02/2013 à 10:19 :
Pas étonnant!! avec leur politique qui écrase tout sur leur passage pour du toujours mieux pour eux !! on devrait préter main forte à nos amis Italiens, qui ont des c..illes, même si c'est à présent la cata, un peu plus, un peu moins, au moins, ils dénoncent leur mécontentement!! faisons de même pour les municipales! VIVA ITALIA !!
a écrit le 27/02/2013 à 10:05 :
La France va vouloir augmenter les allocations de la CAF, cochons de contribuables vont encore trinquer pour créer encore du chômage et des déficits, quand aux familles nombreuses de Roumanie, elles ont intérêt à émigrer en France.
Réponse de le 27/02/2013 à 11:24 :
c'est qu'on les attend, ces familles, les bras grands ouverts, ainsi que le portefeuille, on va leur donner aussi un toit, de quoi bosser..c'est bizarre, mais au plus on regarde autour de soi, au plus on voit des miséreux! ça fait froid dans le dos......France, terre d'accueil....
Réponse de le 27/02/2013 à 12:02 :
Les allocations familiales ne sont pas liées a la pauvreté. Tout le monde a droit à des allocations familiales indépendamment des revenus, des le second enfant. Les AF s'élèvent à 127 ? par mois pour deux enfants, 290 ? pour trois, 453 ? pour quatre, et 162 ? par enfant supplémentaire. Les personnes en dessous du plafond de revenu ( environ 3000 euros selon les cas) peuvent toucher en plus pour les enfants de moins de trois ans la PAJE a hauteur de 182 euros. Les personnes sous le plafond et avec plus de 3 enfants touchent en plus un complément de 163 euros.
a écrit le 27/02/2013 à 9:46 :
Les français commencent à prendre conscience de cette arnaque européenne anti-démocratique gouvernée par Goldman Sachs qui a placé tous ses pions aux postes stratégiques. L'UE c'est la misère et les impôts pour les peuples au profit de l'oligarchie bancaire et des multinationales. Honte à nos élites et aux médias de nous mentir sur cette destruction européenne. Le peuple vous le fera payer.
Réponse de le 27/02/2013 à 10:52 :
Ne confondez pas vous pas libre concurrence et UE ? Certes l'UE prône la libre concurrence, mais en dehors de l'UE, votre post s'appliquerait aussi. GS n'est pas européenne. Elle fait la Même chose aux USA. Le pb est il l'UE ou le fait Que l'UE soit favorable à la libre concurrence a un haut niveau. Autrement dit une France hors Europe et ouverte à tous le pays serait il mieux ?
Réponse de le 27/02/2013 à 10:55 :
+1000000 ! sûrement, mais ce sera dur, très dur !
Réponse de le 27/02/2013 à 11:16 :
+1
Réponse de le 27/02/2013 à 11:20 :
Pour simplifier : tout évènement négatif vient de l'appartenance à l'UE. On ne le répétera jamais assez. La preuve, tous les pays hors de l'UE sont nettement mieux. La misère et les impôts ne les frappent pas, l'oligarchie financière les ignore, les médias ne leur mentent pas. Ils sont au paradis !
Réponse de le 27/02/2013 à 13:06 :
Aux pro-ue (de moins en moins nombreux), je vous invite à visionner l'excellent reportage diffusé hier soir sur arte, qu'on ne peut pas qualifier de chaine eurosceptique : "Quand l?Europe sauve ses banques, qui paye?" http://lesmoutonsenrages.fr/2013/02/27/quand-leurope-sauve-ses-banques-qui-paye/
Réponse de le 27/02/2013 à 13:36 :
"Autrement dit une France hors Europe et ouverte à tous le pays serait il mieux ?" Vous pouvez développer pourquoi une France hors UE serait ouverte à tous les pays ? Qui a écrit ça ?
Réponse de le 27/02/2013 à 15:51 :
@@? : je dis que le problème évoqué par "sortir de l'UE " est davantage la libre concurrence que l'Europe.
a écrit le 27/02/2013 à 9:34 :
c'est des pauvres a 3999 euros par mois ( a ne pas confondre avec les riches qui commencent a 4000), ou c'est des gens qui n'ont vraiment pas de quoi manger... 'pauvrete' ca veut rien dire
Réponse de le 27/02/2013 à 10:34 :
Il faut vraiment être complètement aveuglé par une idéologie primaire et par un ramassis propagandiste nauséabond pour avancer de telles contre-vérités et même de tels pitoyables mensonges.
Dans cette superbe france qui cient d'hériter d'un quinquennat entièrement consacré à la voyoucratie, 25 % de la population est obligée de faire les poubelles des autres poursurvivre. Dans certaines villes italiennes, grâce à la politique de Monti qui n'est jamais qu'une taupe de Goldman Scahs, plus de 50 % des enfants en âge de scolarité sont obligés de travailler (pour des salaires mensuels d'environ 50 euros) plein temps pour apporter un peu d'argent à la maison. Dans la Grèce du corrompu de droite Samaras, pitaoyeble marionnette d'une Merkel qui confond ses casseroles avec la volonté délibérée de perpétrer un génocide économique à l'échelle européenne, innombrables sont les enfants qui s'évanouissent en classe (nclasses non chauffées en hiver par manque d'argent !) parce que leurs parents n'ont plus d'argent pour les nourrir. je dois vraiment continuer ?
Alors, les "convictions" nauséabondes de quelques attardés qui ne sont même pas capables de penser par eux-mêmes et qui n'ont pas le courage de regarder la réalité dans les yeux, franchement, churchill, il n'y a que dans le petit cénacle d'un certain parti de droite français qui joue à la gueguerre des petits chefs que l'on peut encore le trouver. lamentable, pitoyable et révoltant.
Réponse de le 27/02/2013 à 10:56 :
y a qu'à regarder les immeubles 4 étoiles pour être édifié..
Réponse de le 27/02/2013 à 10:58 :
Le seuil de pauvreté financière est calculé en prenant 60% du montant des revenus médians de la population. Parfois c'est 50%. On est donc pauvre en fonction de son pouvoir d'achat. Enfance le seuil doit être autour de 960 euros par mois pour le seuil a 60% et 800 euros pour le seuil a 50% . Sur le site suivant vous pouvez voir les montants en fonction de la composition des familles.
http://inegalites.fr/spip.php?article343
Réponse de le 27/02/2013 à 14:06 :
oui les seuils je les connais; un pauvre francais c'est 965 euros avant allocations et logement gratuit et tt le reste; un africain c'est 600 dollar en moyenne ( he, et on parle pas de pauvrete, juste de moyenne)... maintenant la propagande gauchiste sur les commentaires de la tribune ca ft sourire... certains devraient aller visiter les ex paradis de gauche, la photo de l'article en provient certainement... mais dieu merci grace a eux la france va ressembler a ca, ca va bien nous faire rire... ;-)))))
Réponse de le 27/02/2013 à 15:35 :
je ne sais pas où vous êtes contraint de survivre, mais la crasse et le délabrement sont bien des réalités "made in france". out xomme les 25 % de la population qfrançaise qui sont obligés de faire les poubelles pour tenter de survivre vaille que vaille.
Quant à vos chiffres.. Ils ne signifient strictement rien. ce n'est pas grave de toucher un salaire de 150 euros/mois s'il n'en faut que 100 pour vivre correctement dans le pays concerné. mais avec moins de 1.000 euros par mois en Frace, faut faire les poubelles.
Il faut être vraiment petit, tout petit franchouillard moyen pour encore se focaliser sutipidement sur les "idéologies" de droite ou de gauche. La réalité a depuis longtemps dépassé ces dogmatismes primaires (ou de primaires, cher churchill ??). regardez Hollande : ce n'est qu'un sarko, voyoucratie en moins. mais le premier est dit de gauche tandis que le second êst affublé de l'étiquette de droite (et même très, très à droite). rester bloqué sur ces faux clivages qui n'en sont plus n'est que le signe d''une pauvreté intellevtuelle désespérante. Et aussi d'une lâcheté sans nom, qui refuse d'affronter la réalité. Quand vous aurez enfin le courage de vous réveiller, cherchill, vous allez avoir mal, très mal !
Réponse de le 27/02/2013 à 16:37 :
25% des gens qui font les poubelles en france, et 25% des gens qui dorment sous les ponts... si vous n'etes pas convaincu, llez verifier sous le pont a cote de chez vous.... vos chiffres ne viennent de nulle part... merci de ne pas me traiter de franchouillard, je ne suis pas francais, vous pouvez vous garder vos insultes ' assez minables'... 1000 euros/ mois vous ne vivez dans aucune capitale, cela dit je suis curieux de votre justification pour que des gens qui ne travaillent pas vivent au coeur des capitales.... maintenant je vous rassure, moi je ne vais pas avoir mal, vous si.... votre pays part en vrille, et vous ne voyez pas encore le meilleur qui s'annonce.... nous on va rire et va vous aider a aller au tas.... vous sentez la nuance ( qui est de taille!)
Réponse de le 27/02/2013 à 16:50 :
pas de chance, mon petit : je ne suis heureusement pas franchouillard et j'ai le privilége de vivre dans un pays civilisé. Donc, vous aurez compris (peu-être..)que je vis pas entre Lille et Marseille.
Et la crise", connais pas : mes evenus n'ont cessé d'augmenter depuis qu'elle a commencé. ce qui n'empêche pas d'avoir une conscience. Mais ne maîtrisant peut-être pas tout à fait la langue de Voltaire, vous ne comprenez pas le terme, sans doute ...
Réponse de le 27/02/2013 à 18:50 :
L'EU = CANCER VIRULENT !!!!!!
Réponse de le 27/02/2013 à 20:14 :
+ 1000 !
a écrit le 27/02/2013 à 9:19 :
l'UE c'est le bonheur hormis créer des dettes,des chômeurs, des pauvres..elle a permis a une oligarchie de s'enrichir sur notre dos..!!
allez encore un peu et nous n'aurons plus rien a donner..!!!!
comme en Grèce Portugal Espagne....heureusement il y a un sursaut du peuple Italien...!!
Réponse de le 27/02/2013 à 10:00 :
@fred,Ton "sursaut" resemble plutôt au chaos.
Réponse de le 27/02/2013 à 10:37 :
@aka : elementaire mon cher aka, c est toujours a partir d un chaos que quelque chose est cree. Cf l univers et son bing bang
Réponse de le 27/02/2013 à 10:57 :
Exact!
Réponse de le 27/02/2013 à 11:03 :
@fred, ce n'est pas l'UE mais des êtres humains qui créent des dettes, des chômeurs, des pauvres et permettent à une oligarchie de s'enrichir sur leur dos. Le "sursaut" Italien c'est surtout la réponse à la lutte contre la fraude fiscale. PANEM ET CIRCENSES le peuple ne changera jamais.
Réponse de le 27/02/2013 à 11:17 :
@AKA..ouvre les yeux juste un peu 30s pour regarder le Chaos dans lequel nous sommes..
Italie, Espagne, Portugal, France, Grèce, Irlande, Chypre...Tous les pays sont au bord du CHAOS comme tu dis..
prouves moi par des chiffres que l'UE apporte bonheur et prospérité!!!!!
http://www.economiematin.fr/eco-digest/item/3818-croissance-mondiale-zone-euro-previsions
99% de la croissance mondiale se fera en dehors de la zone euro entre 2012 et 2014 *
Réponse de le 27/02/2013 à 12:16 :
+1
Réponse de le 27/02/2013 à 12:22 :
Rajouter des incertitudes politique à une crise économique qui n'en fini pas, c'est effectivement bien parti pour le big bang. Pas sur que la situation des pauvres s'y améliore, bien au contraire.
Réponse de le 27/02/2013 à 13:36 :
@Thargor. Le sursaut italien c'est le rejet de l'UE et de l'Euro puisque plus de 50% des électeurs ont voté pour des candidats clairement anti-européens. Cessez la désinformation !
Réponse de le 27/02/2013 à 13:39 :
Vous préféreriez que les pauvres continuent de se faire essorer en silence et continuent à voter pour des partis pro-européens ?
Réponse de le 27/02/2013 à 15:30 :
@TC quelle désinformation? Rien que la citation PANEM ET CIRCENSES devrait vous ouvrir les yeux. Ce n'est pas parce que vous agitez un épouvantail que nous sommes obligés de vouloir le brûler sans réfléchir. Ce n'est pas l'UE qui devrait nous imposer un budget à l'équilibre, mais le bon sens. Ce n'est pas la Zone Euro qui nous ruine mais les intermédiaires entre industriels/producteurs et consommateurs. Les Italiens ne veulent pas se serrer la ceinture, personne ne le veut, mais que préférez vous : vous priver maintenant ou priver vos enfants et petits enfants de leur avenir? Les Italiens ont choisi de sacrifier leurs enfants.
Réponse de le 27/02/2013 à 16:14 :
Dans votre touchante naïveté, vous pensez peut-être que parce que vous vous sacrifiez et croulez sous la plus noire misère, vos enfants et petis-enfants seont mieux lotis ? Faut-il être niais, désinformé ou manipulé pour oser penser cela !
Sur la base de vos réisonnements (si l'on ose ainsi dire) mensongers, tendancieux et fallacieux, vous vous faites le pitoyable collabo d'une caste qui a décidé - Merkel et sa clique en tête - de rétablir l'exclavage. Vous êtes le nervi de cette caste ? ne venez pas vous plaindre quand vous vous ferez tondre !
Réponse de le 27/02/2013 à 20:15 :
L' UE, on n'en veut PAS ! POINT !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :