Pauvreté, éducation... Bill Gates prodigue ses leçons de chef d'entreprise

 |  | 773 mots
Lecture 4 min.
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : AFP)
Le fondateur de Microsoft, aujourd'hui chantre du "charity business", explique dans sa lettre annuelle que, pour améliorer la lutte contre la pauvreté, il faut utiliser la méthode du chef d'entreprise: définir des objectifs, déterminer le meilleur moyen de les réaliser et évaluer ensuite les résultats obtenus.

Appliquons la rationalité de l'entrepreneur à la lutte contre la pauvreté, mais aussi à l'évaluation des enseignants. Voici, en résumé ce que contient la lettre annuelle publiée par Bill Gates ce mercredi, au nom de la fondation qui porte son nom ainsi que celle de son épouse.

  • La lutte contre la pauvreté, une entreprise qui nécessite des évaluations

Selon le fondateur de Microsoft, pour réussir un programme de lutte contre la pauvreté, il faut user des mêmes méthodes qu'une entreprise, à savoir l'évaluation. "De la même manière qu'une entreprise choisit des objectifs en interne, par exemple la satisfaction de ses clients, vous décidez, en fonction du vôtre, de la variable clé à changer pour atteindre votre but et mettez en place un plan de changement et une méthode d?évaluation du changement", écrit-il. Autrement dit, remplacez les bénéfices par le taux de mortalité infantile ou encore la progression de la vaccination et vous pourrez savoir si votre programme est efficace. "Maintenant que nous évaluons plus précisément certains indicateurs, notamment la mortalité infantile, il est possible de voir l?impact concret de l?aide : c?est-à-dire la différence qui existe entre le fait de proposer aux malades un traitement contre le VIH ou les laisser mourir", note ainsi le milliardaire. "Je crois que beaucoup d'initiatives échouent parce qu'elles ne se concentrent pas sur le bon indicateur" regrette-t-il d'ailleurs.

  • Evaluer les profs

L'amélioration des évaluations, Bill Gates tient aussi à l'appliquer à l'éducation. Il illustre son propos par un test effectué dans un comté du Colorado financé par sa fondation qui vise à ?mesurer l?efficacité des professeurs?. Le principe : des professeurs reconnus comme ?doués? sont détachés auprès d?autres enseignants pour les évaluer et les ?aider à progresser?. Et des notes sont attribuées à chacun d?entre eux. Elles prennent en compte les résultats de leurs élèves. ?Les pays qui disposent de systèmes éducatifs plus performants que celui des États-Unis fournissent davantage de retours aux enseignants que ce que nous faisons aujourd'hui, mais je pense qu?il est possible de faire encore mieux que n?importe quel autre pays à ce jour", en conclue-t-il.

  • "Nous ferons encore mieux au cours des 15 prochaines années"

Tout comme un chef d'entreprise qui motiverait ses troupes, l'ancien patron de Microsoft a tenu à se montrer positif sur les perspectives d'avenir. "Les conditions de vie des plus pauvres se sont améliorées plus rapidement durant les 15 dernières années que jamais auparavant. Je suis assez optimiste pour croire que nous ferons encore mieux au cours des 15 prochaines années", juge-t-il ainsi. A cet égard, il note que les pays émergents parviennent désormais à se passer d'aide: "l?Inde dépend moins de l?aide et finira par ne plus en avoir besoin".

  • "Auriez-vous envie d?investir si tous les articles que vous lisiez évoquaient la mauvaise santé des actions et non leurs évolutions positives?"

S'il tient à se montrer positif, le deuxième homme le plus riche de la planète (selon le classement Bloomberg), n'en reste pas soucieux concernant le montant des aides nécessaires au développement. Il écrit ainsi: "je n?ignore pas les problèmes qui se présentent à nous. Nous devons surmonter certaines difficultés en vue d?accélérer notre progression au cours des 15 prochaines années". Il s'inquiète ainsi de ne pas pouvoir "lever les fonds nécessaires pour financer les projets dans le domaine de la santé et du développement". Et ce surtout, dans les pays les plus développés, minés par la crise économique. "Malheureusement, la générosité en matière d?aides est menacée par les importants déficits de la plupart des pays riches", juge-t-il ainsi.

A cette occasion, le milliardaire agite l'argument de la communication : "si les électeurs n?entendent par parler de l?impact positif de leur générosité, ils dirigeront inévitablement leur attention vers des problèmes qui se présentent près de chez eux. Une seule histoire, vraie ou inventée, relatant la mauvaise utilisation d?une aide même minime peut souvent nuire au secteur tout entier". Et d'ajouter: "auriez-vous envie d?investir si tous les articles que vous lisiez évoquaient la mauvaise santé des actions et non leurs évolutions positives?"

  • Se mettre d'accord sur les objectif

Enfin, dernier cheval de bataille pour le mécène: les accords internationaux. Il déplore donc "que nous ne réussissions pas à nous mettre d?accord sur des objectifs clairs pour aider les plus pauvres".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/09/2013 à 13:09 :
On ne va pas se plaindre qu'il dépense 'son' l'argent pour aider les autres.

Hors sujet pour les pros apple ou pc, non ils n'ont rien inventé : les 'vrais' inventeurs de l'informatique moderne sont les chercheurs de Xerox. Aussi étrange que cela puisse paraître.

Prenez le temps de contempler ces deux machines et leurs specs :
- 1973 Alto http://en.wikipedia.org/wiki/Xerox_Alto
- 1981 Star http://en.wikipedia.org/wiki/Xerox_Star

Sauf que xerox pensait que ça ne valait pas le coups de poser des brevets pour ça...
a écrit le 13/09/2013 à 14:21 :
Tu as vu de pres les problemes qui assaillent notre Continent. Il est regrettable que nos dirigeants ne voient pas dans la meme trajectoire.
MERCI BILL! MERCI! %ERCI
a écrit le 03/02/2013 à 9:29 :
La société des hommes est, a toujours été et sera jusqu'à sa fin, irrévocablement faite d'inégalités. L'exception y domine la masse ; le pouvoir y domine le peuple, la force la faiblesse, l'intelligence la sottise, le savoir l'ignorance , la richesse la pauvreté etc. ; dans tous leurs aspects. Et plus les richesses augmentent ? qu'elles soient d'ordre matériel ou immatériel ? Plus s'accroît l'écart entre un sommet qui n'a pas d'autres limites que la cupidité humaine et les capacités de la planète et, à l'opposé, une base peuplée de la pauvreté absolue, dernier état de la condition humaine.
Il existe des chiffres et un mécanisme vieux comme le monde, dont il faudrait pourtant avoir clairement conscience avant de tenter sincèrement quoi que ce soit d'utile pour secourir durablement les plus nécessiteux d'entre nous .Or aucun des membres de nos élites n'a le courage, non seulement de l'affronter mais de simplement l'évoquer. A fortiori la pseudo élite se nourrissant de la pensée unique et ceux qui la suivent en prisonniers idéologiques.
À l'aube de notre ère, la Terre était peuplée d'environ 250 millions d'êtres humains. Elle en compte plus de 7 milliards aujourd'hui, dont 1,2 à 1,4 milliard vivent dans un état de pauvreté profonde. L'homme et le progrès dont il est porteur ont ainsi créé, en 20 siècles, 5 fois plus de miséreux qu'il n'y avait d'individus de toutes conditions sur terre au début de leur entreprise. Et la population augmente, quotidiennement, de 220 à 250 000 âmes qui viennent dans leur grande majorité surpeupler la base d'une société dans laquelle le "descenseur social" prend le pas sur l'ascenseur du même nom, démontrant que la pauvreté est plus facile à partager que la richesse.
Outre le véritable escamotage de ce fait démographique par la plupart des "docteurs" penchés sur le cas des pauvres, la pyramide sociale, pour aussi schématique qu?elle soit, met en évidence le fait que les pauvres des uns sont les riches des autres, dans une relativité universelle dont non seulement les uns et les autres se moquent, mais qu?ils contribuent à masquer avec un égoïsme comparable à celui des riches du sommet qu?ils ne font qu?imiter et jalouser dans leur impuissance. Tous ceux qui confondent richesse avec confort et bonheur avec richesse, démontrent ainsi que le sort d?un milliard et demi de pauvres réels et profonds leur importe peu, comparé aux enjeux de leur propre lutte, se limitant à arracher à leurs riches ce qu?ils leur envient, avec une rapacité au moins égale à la leur. Mais le plus grave est qu?en dépit de leurs principes, ils méprisent ainsi ceux dont ils sont eux-mêmes le riches et se prétendent les défenseurs.

Aucune résignation dans ce qui précède, mais bien au contraire un appel à regarder la pauvreté pour ce qu'elle est réellement, à une échelle planétaire qui concerne dorénavant chacun d'entre nous, du plus humble au plus riche. L'histoire nous enseigne qu'une révolution chasse l'autre ... jusqu'à celle d'après, aucune n'ayant jamais changé durablerment quoi que ce soit à un ordre établi dont il serait temps de prendre conscience et de tenir compte avec l'intelligence dont l'homme est censé être doté.

Visiter à ce sujet : http://claudec-abominablepyramidesociale.blogspot.com
a écrit le 31/01/2013 à 13:18 :
"Les conditions de vie des plus pauvres se sont améliorées plus rapidement durant les 15 dernières années que jamais auparavant. Je suis assez optimiste pour croire que nous ferons encore mieux au cours des 15 prochaines années" : d'abord, j'ai un doute (je me demande même si nous vivons dans le même monde !) et ensuite le nombre de pauvres est en train d'exploser dans tous les pays (entre-autres aux USA). Est-ce vraiment mieux d'avoir des pauvres un peu moins pauvres mais beaucoup plus nombreux ??!
a écrit le 31/01/2013 à 11:21 :
Baisser le prix des ordinateurs,logiciels... au lieu de faire des bénéfices indécents,est aussi une façon de lutter contre la pauvreté!
a écrit le 30/01/2013 à 19:33 :
A la lecture des commentaires....la majorité des détracteurs réagissent sans avoir pris la peine de lire le texte .
C'est lamentable!!
Réponse de le 31/01/2013 à 5:12 :
exact,juste des reactions epidermiques:pour ou contre bill gates,à l'image des elections françaises
a écrit le 30/01/2013 à 17:57 :
C'est une belle initiative de redoubler d'effort a aider les pauvres gens en leur aidant a s'améliorer d'avantage.Encore félicitation et beaucoup de courage pour un milliardaire qui pense aux autres!
a écrit le 30/01/2013 à 15:24 :
après avoir rincé les utilisateurs de PC et freiné l'informatique pendant 20 ans, il veut donner des leçons sur la santé : attention au retour de la variole ! Par contre au niveau communication, c'est un pro.
Réponse de le 30/01/2013 à 16:14 :
Grace à Bill Gates et à Microsoft l'ordinateur a pu se retrouver dans tous les foyers, et de nombreuses entreprises et donc d'emplois ont été créés. Bravo Bill qui de toute façon se fout des haineux et jaloux français, ce vieux pays collectiviste anti libéral qui détestent les "riches" et préfèrent que tout le monde soit plus pauvre que soi meme, bien sur.
Réponse de le 30/01/2013 à 16:52 :
cet homme est partit de son garage pour monter une société internationale puissante connue pour bien traiter ses salariés , et Bravo à Bill Gates pour sa générosité il est le premier donateur mondial il a sauvé nombre de campus et permis a des gens pauvres d acceder a l education Alors cracher dessus tant que vous voulez mais il a tout mon respect
Réponse de le 30/01/2013 à 21:29 :
Le mythe du garage a la vie dure! Pour le reste, à chacun de se faire une opinion.
a écrit le 30/01/2013 à 15:12 :
Houla ! S'il s'occupe de populations aussi bien qu'il a su faire Windows, ca va mettre un beau bordel, et faire la fortune des entreprises pharmaceutiques et de leurs "anti-virus" de tous poils :-)
Réponse de le 30/01/2013 à 16:16 :
Billa Gates donne des milliards chaque année de son personnel gagné par ses entreprises. Et vous combien donnez vous et que faites vous pour les autres ? Vous n'etes qu'un jaloux haineux de franchouillard qui déteste la réussite des votres. Bill Gates a démarré dans son garage donc vous ne pouvez meme pas le qualifier de rentier issu d'une famille aisée. ca doit bien vous embéter ca non ?
Réponse de le 30/01/2013 à 17:06 :
Billou n'a absolument pas commencé dans un garage, et s'il a pu faire ses deals, avec IBM notament, ce ne fut que par relation familiale.. Revoyez votre copie cher ami...
Réponse de le 30/01/2013 à 17:21 :
Rectification Bill Gates a bien demarré dans un garage mais il n'est pas l'inventeur (qui etait son partenaire et qui a cree le pc bon marché) de + bill Gates a copier l'idée de Apple concernant le système d'exploitation et a nommé Windows son plagiat. Par contre au niveau de la com c'est bien Bill Gates qui est le commercial mais il n'a rien inventé merci à l'avenir de verifier vos sources.
Réponse de le 08/02/2013 à 13:49 :
Microsoft a démocratisé l'informatique.
C'est clair qu'il a trouvé l'idée de Windows en s'inspirant du travail d'Apple sur le macintosh.
Mais bon il a créé un système d'exploitation simple d'utilisation avec un modèle économique pour se développer qui a permis aux gens de se doter d'un ordinateur.
Et Apple n'a aucune leçon a donné sur le plagiat. Tous les produits Apple ne sont que des évolutions/améliorations de produits existants. Le Mac ce n'est qu'un Linux BSD avec une surcouche graphique et un produit design.
L'informatique comme d'autres domaines ne créé que rarement des innovations mais ils améliorent en continu les produits, techno utilisées.
La plupart des technologies et des produits existent déjà mais c'est la qualité et le prix qui ne sont pas toujours en adéquation avec notre époque...
a écrit le 30/01/2013 à 14:54 :
Heureusement que ce brave homme fournit windows aux plus pauvres. Ca leur aurait manqué...
Réponse de le 30/01/2013 à 15:00 :
+1 quand on pense que windows était obligatoire sur tout ordi acheté en grande surface!une grande leçon de libre entreprise et de concurrence non faussée a la mode libérale
Réponse de le 30/01/2013 à 21:23 :
Le quasi monopole de Windows, il en est en partie responsable, mais c'est aussi aux utilisateurs de se prendre en main au lieu de tout le temps pester contre la firme de Redmond. Linuxien depuis 8 ans, les manoeuvres supposées ou réelles des gros fournisseurs d'OS m'indiffèrent.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :