Pour les États-Unis, l'Union européenne traverse une crise humanitaire grave

 |   |  749  mots
Des Grecs sans emploi faisant la queue devant un bureau de recrutement à Athènes - Copyright Reuters
Des Grecs sans emploi faisant la queue devant un bureau de recrutement à Athènes - Copyright Reuters
Avec 26 millions de chômeurs, l'Union européenne traverse une crise humanitaire grave, selon l'ambassadeur des États-Unis nommé par Barack Obama à Bruxelles. Le diplomate s'est dit frappé par l'incapacité de l'UE à agir malgré des idées parfois visionnaires. A la Commission européenne, certaines voix s'élèvent en ce sens, face à la montée des euroscepticismes et des populismes dans l'opinion publique européenne, particulièrement après les élections italiennes. Mais les espoirs de voir la situation évoluer sont limités.

L'Europe souffre d'une crise humanitaire dans des proportions énormes s'est alarmé jeudi l'ambassadeur des Etats-Unis auprès de l'Union européenne à Bruxelles. Et d'appeler à la méfiance face au chômage massif des jeunes qui leur fait perdre toute foi et ne voient plus dans l'Europe une solution pour leur avenir. La « chose la plus importante à faire, a insisté William Kennard, serait de reconnaître que 26 millions de chômeurs relève d'une énorme crise humanitaire », lors d'une conférence organisée par le think-tank bruxellois Lisbon Council.

L'UE visionnaire mais impotente

Très vif, le diplomate s'est fendu d'un compliment en forme de critique à l'égard des institutions du Vieux Continent. Pour lui, l'UE sait être visionnaire. Mais le représentant de Barack Obama à Bruxelles s'est dit « frappé en constatant à quel point elle est incapable de mettre ses idées en ?uvre ».

Ces déclarations d'une vigueur peu commune pour un diplomate interviennent un peu plus d'une semaine après des élections italiennes qui ont surpris l'ensemble des observateurs. De Syriza (extrême gauche) à Aube dorée (extrême droite) en Grèce, au Mouvement cinq étoiles de Beppe Grillo et au retour de Silvio Berlusconi en Italie, en passant par la percée symbolique dans une élection législative partielle du petit parti eurosceptique UKIP au Royaume-Uni, les signaux en provenance de l'opinion publique se multiplient sur le continent.

Pourtant, les propos de l'ambassadeur américain n'ont pas trouvé écho dans l'assemblée. Ainsi Holger Schmieding, chef économiste de la banque allemande Berenberg Bank a-t-il demandé instamment aux politiques d'éviter les « non sens », particulièrement en Italie. Cette dernière « ne doit pas revenir sur les réformes Monti » a-t-il martelé, défendant la politique d'austérité mise en place par l'ancien commissaire européen. « La zone euro a besoin de se montrer patiente, nous devons simplement mettre en place les réformes, la reprise économique est dans l'air » a tenté de rassurer le banquier.

Certaines voix s'élèvent à la Commission

A la Commission européenne, certaines voix s'élèvent. Si officiellement c'est Olli Rehn qui est à la man?uvre, défendant bec et ongle, malgré un discours qui se veut nuancé, les politiques d'austérité mises en place dans les pays en difficulté de la zone euro, pour d'autres, il y a urgence à agir.

« La situation politique est très inquiétante, c'est pourquoi nous devons absolument introduire un volet social dans notre budget, car il y a une montée des mouvements anti-démocratiques et fascistes » a ainsi relevé le commissaire européen aux relations interinstitutionnelles Maros Sefcovic, lors d'un entretien accordé à La Tribune. « Nous nous rendons compte que l'on peut perdre une génération. Les jeunes ne croient plus dans le système démocratique », s'est alarmé le social-démocrate slovaque. Et de souligner, évoquant la garantie de l'emploi pour les jeunes décidée par l'UE en décembre sur le modèle de ce qui est fait en Autriche et dans les pays nordiques, que des efforts ont été faits.

Mais elles se heurtent à la volonté des gouvernements, selon la Commission

Mais les discussions avec les États-membres sur la question de savoir si cette garantie de l'emploi sera une vraie garantie ou non et sur son financement sont toujours en cours. Pour le commissaire, ce sont les gouvernements qui y mettent de la mauvaise volonté. « La situation politique actuelle sera un argument pour les gouvernements afin d'en faire une véritable garantie », espère Maros Sefcovic. Le problème est que les pays du nord de l'Europe ne sont pas enclins à libérer des fonds supplémentaires pour financer cette politique. Pourtant, force est de reconnaître qu'il y a urgence. Le taux de chômage des jeunes (moins de 25 ans) en Grèce atteint le record de 57.6%, suivi par l'Espagne avec 56.5%, le Portugal avec 38.7% et l'Italie avec 37.1%. En moyenne, un jeune actif européen sur quatre est sans emploi.

Autre piste évoquée par le Commissaire, la politique de croissance. « Nous sommes conscients que c'est très dur pour les citoyens et les jeunes, donc nous voulons tout mettre en ?uvre pour repartir vers la croissance », a-t-il insisté. Un v?u pieu, au regard du pacte de croissance étriqué obtenu par François Hollande au printemps dernier, et de la volonté partagée par le Royaume-Uni, l'Allemagne, et ses alliés du nord de l'Europe d'appliquer la rigueur budgétaire à la Commission comme aux États-membres en difficulté.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/03/2013 à 17:27 :
Parole parole parole, C'est quoi cet aveuglement de l'Allemagne, parce que c'est bien elle qui veut l'austérité, uniquement dans son intérêt, c'est quoi c'est pays du nord au nombre de trois sur les 27 pays qui forme la C.E, et se permet d'imposer une loi idiote qui veut l'austérité, en bloquant les salaires et tout ce qui est nécessaire pour faire démarrer la croissance, si les peuples ne savent pas consommer, tout est bloqué, nous avons la preuve in lif, et malgré ça, on continue à vouloir bloquer la consommation, qu'est ce qu'il y a là derrière ?
Personnellement, je crois qu'il faut se débarrasser des trois pays qui bloquent la croissance,
c'est en augmentant les salaires et toutes les allocations qu'on parviendra à sortir de l'ornière, la consommation est le coeur de la machine économique, on a tendance à l'oublier, volontairement l'oublier !
Les affairistes et financiers s'automatisent à tour de bras, à tous les niveaux, dans tous les domaines, créant de millions de chômeurs, on ne sait pas contre l'automatisation, il est impossible de créer des emplois dans ces conditions, on arrête pas le progrès, les affairistes gagnent des fortunes après amortissements de leurs investissement dans l'automatisation, fortunes qui ne sont pas imposées à leur justes valeurs, l'automatisation qui provoque des milliers de pertes d'emplois, impôts qui ne rentrent plus dans les caisses de l'état d'une manière équilibré !
Quant à l'Allemagne, son budget est peut être équilibré, mais son peuple est pauvre comme Job, l'automatisation finira aussi par agir en Allemagne, à ce moment, elle aura les mêmes difficultés, mais entre temps elle aura mis l'Europe à genou.
Il est plus que temps de prendre des décisions et passer outre le blocage que fait subir l'Allemagne la Hollande et l'Angleterre à toute l'Europe, les 24 pays sont assez fort pour imposer la croissance qui doit commencer par augmenter tous les salaires et toutes les allocations, c'est la consommation qui boostera la croissance, une épicerie pourra être achalander jusqu'au plafond, si les clients ne viennent pas parce qu'ils n'ont pas d'argent, elle pourra tous jeter à la poubelle, c'est exactement la manière dont on traite les pays d'Europe, on achalande le monde des affaires et financiers, et ceux qui font tourner leurs boutique n'ont pas le sous ou trop peu pour consommer, c'est ridicule, mais cela cache peut être une action diabolique !
a écrit le 10/03/2013 à 11:19 :
les propos tenus par l'ambassadeur du Gringoland aupres de l'UE me font sourire car c'est l'hopital qui se fiche de la charite. les USA ont desormais 47 millions de personnes qui ne "vivent" que grace aux "food stamps" du gouvernement federal (bons d'achat de nourriture). le tout recent non-accord entre Republicains et Democrates sur le fiscal cliff (refus d'un accord sur le nouveau niveau de la dette publique) fait que ce chiffre va tres rapidement passer a 67 millions d'indigents aux USA. enfin la dette publique US autour de 15 000 milliards de USD ne cesse de croitre a hauteur de 85 milliards par mois (hors interets) grace au QE 3 de M. Bernanke
Monsieur l'ambassadeur un peu de retenue alors que les USA sont les generateurs de cette crise mondiale de la perte de valeur des monnaies fiduciaires avec l'abandon de la libre convertibilite du dollar en or en 1971 par R. Nixon......
Réponse de le 12/03/2013 à 15:56 :
@Loggs
On en revient toujours au début de ces années 70 - 1° choc pétrolier - Fin de Bretton woods - Financement des Etats par les banques privées, toutes conséquences de ce qu'il faut bien appeler l'impérialisme américain, qui a mis et continuera de mettre le monde à feu et à sang. Alors les considérations de l'ambassadeur US, nous n'en avons rien à faire, elles ne sont là que pour servir leurs intérêts.
Réponse de le 15/03/2013 à 11:31 :
Voici ce que François Mitterrand, peu avant de mourir, a confié à Georges Marc Benamou lors de l'écriture de son livre "Le dernier Mitterrand". François Asselineau et Nicolas Dupont-Aignan ne cessent de le dire, mais nos élites euro-atlantistes n'en ont que faire...

« La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort?apparemment.
Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde? C?est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort ! »

François Mitterand juste avant de mourir.
Source : Le dernier Mitterrand de Georges-Marc Benamou ? Date de publication : 27/1/1997 ? Editeur : Plon ? Omnibus).

Réponse de le 16/03/2013 à 17:30 :
Là, il avait vu clair, parce que l'Amérique est dans le lit de l'Europe !
Réponse de le 16/03/2013 à 17:30 :
Là, il avait vu clair, parce que l'Amérique est dans le lit de l'Europe !
a écrit le 10/03/2013 à 11:10 :
Bonjour, il y a plus de 20 ans que nous nous confrontons à des économie qui le respecte pas les normes social (travail des enfants, des prisonniers politique) sans autre régler que les bénéfices... Nous somme de moins en moins industrialiser, en perte de savoir faire industriel, et bientôt pour l'eduction de nos enfants.... Nous pouvons remercier nos homme politique et la gouvernance de bruxelles, ils faut se vouvenir qu'ils y a 30 ans en chines il ne savez rien faire , des paysans communistes, mais avec notre aveuglement et la mauvaise gestion de nos politique, nous voilà derrière eux en perte de vitesse, il construie des central atomiques, des avions de ligne, les voiture haut de gammes, tout les tracteurs du monde,ect..... Merci pour cette gouvernance ils sont en train de faire mourir. Le brads qui leur donne à manger.... Pauvre de nous, ils ne sera pas simple de rester à notre niveau économique, de vie, de societe, car ils progresse vite et nous somme sur la mauvaise pente (perte de la production mondial de 35/100 à 23/100).... Oui, ce sont des incapables nos dirigeants.....
a écrit le 10/03/2013 à 10:13 :
Il est temps de tirer un constat (bien malheureux je vous l'accorde) Nous sommes tous gouvernés par des incapables . Aucun dirigeant politique ne sait ou on va........pour redresser la situation. Sous l'aspect "je maitrise et j'assure" on voit bien que nous avançons à l'aveuglette et que ces dirigeants colmatent les trous au fur et à mesure. En fait ils attendent je ne sais quoi, à par des jours meilleurs ! Tant de chômage, tant de détresse , une génération de jeunes littéralement sacrifiée, des gens qui perdent leur logement , le gout de la vie, l'amour des autres. L'union européenne parlons en, elle est incapable de redresser la situation alors qu'a la base elle est là pour nous renforcer nous fédérer. On va droit dans le mur et tout droit vers la révolution (dans le meilleurs des cas) ou sinon au pire vers des conflits géopolitiques.
a écrit le 10/03/2013 à 7:47 :
Vous êtes bien mystérieux avec vos "réformes" : vous pourriez préciser svp ?
a écrit le 09/03/2013 à 19:16 :
Une fédération( USA) restera toujours plus capable qu'une confédération( Europe). L'europe est considérée comme la voie de sortie face à des états nations en général peu réformables avec des blocages politiques, nationalistes et idéologiques, le truc est de faire les réformes à l'europe puis transférer le pouvoir des états vers l'europe, mais les politiciens nationaux( qui risquent de perdre leur boulot) et les peuples( qui perdent encore plus de pouvoir sur la gestion de leurs impôts) s'en sont aperçu et depuis essayent de tout bloquer.
Nous en sommes actuellement là, les dirigeants politiques nationaux cherchent pour la plupart à utiliser l'europe à leur profit et la réduire, comme on a tous vu au sujet des discussions pour le futur budget européen.
Réponse de le 12/03/2013 à 16:07 :
L'Amérique est un pays neuf avec tout au plus 200 ans d'histoire. l'Europe est constituée de nations qui se sont forgées, affrontées, au fil de centaines d'années. L'histoire n'est pas la même. L'Amérique est trop jeune pour décréter que son système est le bon. Je ne crois pas aux supers états avec de super pouvoir. l'Europe des Nations est raisonnable, chaque pays avec sa langue, sa culture, son passé. L'uniformité à la Coca-cola.Merci.Grazie. Nein Danke.
a écrit le 09/03/2013 à 17:04 :
C'est l'aveugle qui se preocupe du borgne.
a écrit le 09/03/2013 à 12:37 :
Qui peut ignorer le gouffre de différence fondamentale entre le Nouveau Monde et la Vieille Europe. Cette crise humanitaire ou d'humanisme est flagrante et l'on sait très bien son ravage sur l'état d'esprit des populations, abruties d'un matérialisme manipulé par les puissants et gouvernants pour asservir leurs troupeaux. La foi, c'est ringard au point que le déni d'une quelconque guérilla de religions laisse maints musulmans trouver que l'occident est décadent. Qu'a-t-on fait de la famille ? du voisinage ? de la nation ? Comment peut-on invoquer une Union européenne quand on voit bien que ce n'est qu'un foirail délétère de rivaux ? Un demi-siècle de prétentieuses élites , hors du champ de vision des hommes, ça fait ces dégâts. Comment corriger cette fatale dérive ? La fanfaronnade correctrice du discours d'ouverture du forum de Davos en 2010 s'est soldé par le grotesque festival du G 20 de Cannes, où Américain et Chinois ont flatté la capacité de l'Europe à se débrouiller sans tendre encore sa sébile. La Chine vient juste de répéter la même chose. N'ajoutons pas au tableau, le spectacle de l'église catholique et romaine d'Occident, vidée de ses ouailles et paumée sur l'avenir.
Réponse de le 09/03/2013 à 14:21 :
La laicité mal comprise et manipulée conduit à l'abrutissement sous le joug matérialiste. Qunad la spiritualité du peuple se résume à : sus aux riches ou aux privilèges de l'élite, il perd l'essentiel, qui est foi en l'avenir, qui n'est un avenir collectif qu'en vertu de la tolérence à la diversité, l'aptitude à gérer les conflits, là où ils se produisent. Clairement l'interventionisme d'état conduit à la démoralisation du peuple qui en appelle à une véritable autorité spirituelle.
Réponse de le 14/03/2013 à 16:19 :
Que de belles phrases utilisées... Pour finalement ne sortir que des brèves de comptoirs!
a écrit le 09/03/2013 à 12:36 :
Une catastrophe humanitaire requiert un traitement immédiat. La garantie d'un travail pour tous les jeunes doit être rapidement mise en pratique. C'est un engagement plus fort et plus exigeant que les petits contrats de non-avenir, car il concerne chaque citoyen adulte et nanti. Plus question de laisser dormir le capital, il convient d'investir et de rémunérer correctement les risques.
a écrit le 09/03/2013 à 11:14 :
dans toutes les réactions à cet rticle, je vois surtout qu'on se voile la face en Europe. On nous montre la misère aux USA à la télé (particulièrement en France avec cet anti-Amérincanisme primaire détestable). Mais LE vrai problème n'est pas dans le nombre de chomeurs ici ou là, il est dans les conséquences. Les conséquences en Europe sont clairement édictées dans cet article "montée des nationalismes, schisme, sentiment vivement anti-Européen...". Pas de celà aux USA, où tout Américain se lève devant le drapeau et l'hymme national commun à tout les états. C'est une grande nation unie même dans l'adversité. Ce n'est pas le cas en Europe et tout celà est attisé par les politiciens et fonctionnaires pour des motifs d'abition personnels, soit de nationalisme vs objectif Européen. L'Europe n'a jamais existée, n'existe pas et n'existera jamais comme celà. C'est un beau projet mais pas partagé par ses protagonistes, contre l'avis des peuples et mal fondé. Voilà les différences.
Réponse de le 09/03/2013 à 12:01 :
Vous avez raison à 100%, et vous insistez exactement là où c'est le plus important d'insister: l'Europe n'existe que comme faire valoir parce qu'elle n'existe pas autrement, c'est à dire dans les têtes et avec une vision précise et identique pour tout le monde. A partir de là rien ne peut exister et je pense qu'aucun citoyen ne voit pour l'instant ce que lui apporte l'Europe.
Alors même que l'Europe correctement définie à partir de valeurs est capable d'inverser la tendance et de créer une zone exceptionnelle.
Réponse de le 14/03/2013 à 16:54 :
vous ne devez pas allez aux USA trés souvent .Oui ils sont patriotes et fier de leur pays c est tout a fait vrai Mais il n empeche que l extremisme , extreme droite (comme le tea party) ou extremes religieux (et bien sur la fusion des deux) montent en force ils ont des looks presentables ils sont souriants mais ils sont la et bien la il s insinue dans le debat politiques déja les Republicains ont les mains liés par la droite de leur droite Ils sont nombreux ils sont déterminés et ils ont de l argent
Par contre je suis entierement d accord avec votre vision de l europe
a écrit le 09/03/2013 à 10:19 :
Répondre à cet américain "que c'est l'hôpital qui se moque de la charité" n'est pas sérieux. Pour l'instant c'est vrais les dirigeants européens se sont limiter à réduire le déficit de la dette. Le problème soulevé est un déficit démocratique qui se profile avec une montée des extrêmes et de la désignation de responsables qui finiront par être les mêmes. Mais il y a également un déficit du civisme qui pousse déjà certains à commettre des agressions, des vols voir des crimes, des comportements qui ne disparaitrons pas, surtout si il y a de la prison, quand la crise sera passée. Une génération sacrifiée qui reste docile et encadrée mais qui finira peut être par imploser.
Réponse de le 10/03/2013 à 6:00 :
Tres fort cet augure +1
a écrit le 09/03/2013 à 9:28 :
Diviser pour mieux regner...
a écrit le 09/03/2013 à 9:10 :
Il n'y a pas que pour mes américains, pour bien des européens aussi
a écrit le 09/03/2013 à 8:38 :
Aux US, plus de 40 millions de personnes dependent de "food stamp" ... en Europe, il en a autant qui vivent des organismes tels que restos du coeur (Fr), secours populaires (Fr), etc ... mais on ne les montre/compte pas. Alors ca rassure. Pauvres neuneus que nous sommes !!
a écrit le 09/03/2013 à 8:20 :
Faut dire qu'en Europe, on passe des reportages TV sur la misère aux USA avec des dizaines de millions de gens qui ne se soignent pas et qui sont aux tickets de nourriture. Les américains cherchent juste à détourner l'attention...
Réponse de le 09/03/2013 à 8:43 :
Fallait vraiment oser. Cet ambassadeur ferait mieux de balayer devant sa porte. Surtout s'occuper des millions de chômeurs et des millions de salariés américains très pauvres, puisque aux states du peut travailler mais en étant très pauvre. (je ne dis pas pauvre).
Réponse de le 16/03/2013 à 23:37 :
L'avantage, c'est qu'en France, à l'inverse, on peut être relativement riche sans rien foutre.
Chacun ses valeurs.
a écrit le 09/03/2013 à 6:36 :
Au lieu de discutailler sur le messager , on devrait revenir au message, sous estime t on le probleme du chomage ?
Réponse de le 09/03/2013 à 7:18 :
on, mais il est totalement accepté et par la population et par les fonctionnaires qui en vivent.
Donc pourquoi arrêter ???
a écrit le 08/03/2013 à 23:01 :
Le secteur des services compte pour plus de 70% du PIB américain. Les asiatiques vont les bouffer tout cru.
a écrit le 08/03/2013 à 22:39 :
Sans leurs industrie de défense, les états unis ne valent rien.
Réponse de le 08/03/2013 à 23:27 :
Et Google, Apple, Microsoft, Cisco, Amazon, Exxon et le reste ?
Réponse de le 10/03/2013 à 0:13 :
Les sociétés américaines qui tiennent la route sont des chinoises déguisées.
Celle que vous citez ne sont "que" des sociétés de service. Toute l'industrie hors militaire a été délocalisé en Asie et je doute que ça a été par choix. Apple par exemple n'a d'américain que la marque, tout les composants électroniques viennent d'Asie. Les acteurs de la révolution industrielle ont changé. Les secteurs stratégique restant sont actuellement en plein transfert vers l'Asie encore une fois (énergie, aviation).
a écrit le 08/03/2013 à 22:10 :
Autre élément de la colonisation (défense, informations, médias, institutions lobbysées, industries stratégiques, fusions-acquisitions, privatisations ...bref l'atlantisation forcée depuis 2005) de l'UE par les Etats-Unis : que fait l'ambassadeur des Etats-Unis dans une réunion sur la crise européenne ? Quel est l'avis des ambassadeurs de la Chine, d'Amérique latine ou d'Afrique ? Les représentants de l'UE ou d'autres pays sont-ils conviés à Washington pour négocier le fiscal cliff, le trafic d'armes, le dumping monétaire de la Fed contre l'euro, etc. ? Non. Alors, Washington, arrêtez votre char svp, il y a un minimum de souveraineté à respecter. - @John Galt - Désolé, ceci n'est pas de l'anti-américanisme, mais le rapport de condescendance est évident. Un minimum de confidentialité et de respect mutuel est nécessaire.
Réponse de le 09/03/2013 à 7:21 :
les ambassadeurs ne sont pas là par condescendance, mais bien pour prendre la situation et évaluer l'avenir !
var que vous le vouliez ou non, nous sommes dans un monde ouvert, et chacun doit réagir fonction du voisin
a écrit le 08/03/2013 à 21:41 :
il ferait mieux de proner une redistribution des richesses pour faire repartir la croissance. trop d'argent entassé dans les banques ne sert à rien !!
Réponse de le 09/03/2013 à 7:26 :
la redistribution de la richesse est en action depuis 50 ans et de plus en plus forte, et le résultat est là !!!!!!!
la redistribution provoque des charges parfaitement intenables et surtout provoque un chômage intenable, car avant que vous n'ayez l'argent il faut le prendre ailleurs, et cela provoque des devis intenables pour les artisans qui perdent leurs marchés.
Réponse de le 09/03/2013 à 9:34 :
@ Bertrand : La redistribution, ce n'est pas forcement piller les travailleurs au profit des assistes (comme nous le faisons effectivement).
Cela peut etre tout simplement mieux remunerer le travail en abaissant les charges...
a écrit le 08/03/2013 à 19:03 :
les mots, les chansons c'est beau pour changer le monde il faudrat autre chose
a écrit le 08/03/2013 à 17:43 :
Et bien sûr personne pour s'offusquer d'une telle déclaration d'un ambassadeur américain.
Combien sont-ils d'américains à être abonnés aux Food-stamps? 47.7 Mio en Février 2013.
pour une population de 311 Mio, soit 15%.
Voilà donc un ambassadeur qui vient nous faire la morale, alors que sont pays est digne du tiers-monde.
Et personne ne s'offusque.
US GO HOME !
a écrit le 08/03/2013 à 16:58 :
Bravo Mr.Olli Rehn de vous lever contre la pensée unique.
a écrit le 08/03/2013 à 16:53 :
Hommes politiques de tous bords = peste noire, choléra, pustules, gangraines et autres douceurs" .. !!
a écrit le 08/03/2013 à 16:51 :
U E=CANCER virulent!
Réponse de le 08/03/2013 à 17:26 :
+100
Réponse de le 08/03/2013 à 18:16 :
@ Josselin Un pays qui se prend pour le nombril de l'univers, parle de l'UE = cancer?
Faut peut-être se réveiller un peu, et surtout se mettre au boulot au lieu de partir en vacances, week-end, faire grève, retraite avant d'avoir travaillé - un peu -. et éternellement accuser "les autres"!
a écrit le 08/03/2013 à 16:38 :
où ça un fasciste ? j'aimerais bien voir où il est ?
Réponse de le 08/03/2013 à 21:27 :
Fascisme : Au sens large, le terme s'est étendu à tout mouvement politique prônant un pouvoir fort au service d'une catégorie de population, l'exclusion voire persécution d'une classe ennemie chargée de tous les maux, l'exaltation du sentiment nationaliste, le rejet des institutions démocratiques et libérales, la répression de l'opposition et un contrôle politique extensif de la société.
a écrit le 08/03/2013 à 15:36 :
L'UE est la meilleure ennemie des jeunes
Réponse de le 08/03/2013 à 15:51 :
L'UE est ringarde, totalement "has been". Les jeunes ne représentent-ils pas l'avenir d'un pays?
Réponse de le 08/03/2013 à 16:08 :
+1, l' U.E est une machine à fabriquer des pauvres.
Réponse de le 08/03/2013 à 16:23 :
Les pays membres de l'UE sont des machines à fabriquer des pauvres et à laisser les jeunes sans avenir. L?Europe compense un petit peu avec ce qu'elle a pour le faire.... Prenez-vous en a vos dirigent franchouillards démagogues et dépensiers à outrance au lieu de vous en prendre à l?Europe...
Réponse de le 08/03/2013 à 16:54 :
@Marvin :Prenez un peu de hauteur et ayez une analyse plus globale.
a écrit le 08/03/2013 à 15:30 :
Auto destruction de l'UE.
a écrit le 08/03/2013 à 15:17 :
Evidemment nous avons nos incompétents et inutiles;(BARROSO; VAN ROMPOY etc....). Mais de là à nous donner des leçons de civisme pour un pays incapable de faire face au lobby des armes à feu et à assurer une couverture sociale à tout un chacun; je reste pantois.
Réponse de le 08/03/2013 à 15:28 :
+ 1
Réponse de le 08/03/2013 à 15:31 :
la couverture sociale est assuré à tout un chacun, sauf qu'elle n'est pas obligatoire. Les 50 millions d'américains qui n'ont pas de couverture sociale l'ont choisi, et ce ne sont pas les pauvres ni les vieux qui ont medicaid et medicare depuis plus de 60 ans (notre petite cmu n'existe que depuis 15 ans par comparaison ...) je suis pantois devant votre ignorance du sujet ...
Réponse de le 08/03/2013 à 16:00 :
Que ce soit un Américain qui puisse évoquer la " crise humanitaire " est une fois de plus le signe de leur infect droit d?ingérence et de leur incapacité à balayer devant leur porte.... On croit rêver.
Réponse de le 08/03/2013 à 16:18 :
@ french : en quoi ils s'ingèrent ?
Réponse de le 08/03/2013 à 17:04 :
@gerardc27 incompétents Barroso, van Rompoy??? plutôt Montebourg, Hollande etc...... CGT, Sud Rail etc... EdF ...
a écrit le 08/03/2013 à 15:07 :
N, importe quoi ...quand on vois le prix du métre carrée en France et au USA....on vois dessuite qui et en crise!
a écrit le 08/03/2013 à 14:54 :
Depuis J.F.Kennedy, qui, lui, seul président des USA a cru en l'Europe, aucun de ses successeurs ni y croyait, ni voulait. Donc, dès que l'on peut taper sur l'Europe on ne se gêne pas et détourne ainsi l'attention des américains de leurs propres problèmes Seul moyen de rester la première puissance dans le monde, car l'Europe et vu comme un concurrent. C'est tout, et chaque fois ici on tombe dans le piège.
a écrit le 08/03/2013 à 14:51 :
Mais il ne connaît pas son pays Mr l'Ambassadeur; chômage, travailleurs pauvres, exclus, couverture sociale/médicale aléatoire... On est bien mieux en Europe qu'aux USA! Encore une qui veut faire de l'Europe-bashing...
Réponse de le 08/03/2013 à 15:03 :
Humhum : http://www.contrepoints.org/2013/03/08/117478-etats-unis-une-nation-de-profiteurs
a écrit le 08/03/2013 à 14:40 :
Ils sont les mieux placés pour le savoir puisque ce sont eux qui ont provoqué la crise européenne à travers la déréglementation financière et un recyclage de plusieurs milliers de milliards de dollars dans les économies européennes, en plus d'imposer des taux divergents et discriminatoires. Ces "investissements" nous ont coûté extrêmement cher en intérêts, dividendes et frais financiers divers, en plus de la constitution de géants atlantiques dont les réductions de coûts et les redondances ont provoqué des millions de chomeurs.
Réponse de le 08/03/2013 à 14:57 :
Affirmatif, Bien placés. Mais là où leur point de vue est totalement aberrant est que le terme même d'humanitaire leur est COMPLETEMENT inconnu.
Réponse de le 08/03/2013 à 15:23 :
@ yvan : arrêtez de dire des bérises. Discutez avec un seul américain, et il vous dira qu'il cherche en priorité à échapper aux repas de bienfaisance qui ont lieu tous les week end pour lever des fonds pour différentes causes. Toutes choses égales par ailleurs, un américain donne en moyenne 10 fois plus qu'un français. Et l'état américain assure pour 4.5 points de pib de transferts sociaux, contre 2.5 % pour l'état français ... Au final, les américains ont un niveau de vie supérieur de 50 % au notre, et pour les plus pauvres, il doti être de 100 ou 200 % (être pauvre aux usa, c'est avoir une maison, la clim, l'écran plat, et 2 voitures qui marchent mal en caricaturant)...
Réponse de le 08/03/2013 à 17:00 :
Oui mais aussi une dizaine de crédits en tout genre (Immo, Perso, Revolving) alloués par les différentes banques et établissements de crédits qui ne sont absolument pas regardants sur "l'état des finances" des ménages. Merci la dérégulation bancaire.
On l'a vu lors de la crise financière, cela ne dure qu'un temps.
Réponse de le 08/03/2013 à 17:01 :
et encore une fois, Mr J G donneurs de leçon ...bhoouuuuuu
Réponse de le 08/03/2013 à 20:31 :
Donneur de leçon ? Quelle leçon ? John évoque des faits contradictoires basés sur des éléments concrets et vérifiables. Dites plutot que comme son opinion va à l'encontre de vos croyances, vous n'appréciez pas, ça ça serait honnête, et ça c'est une leçon.
Réponse de le 09/03/2013 à 10:13 :
Encore un p'tit coup ?
a écrit le 08/03/2013 à 14:38 :
Le seul salut viendra d'une sortie de l'Europe. Ce n'est plus qu'un boulet qui ne nous apporte plus rien si ce n'est des contraintes.
a écrit le 08/03/2013 à 14:16 :
Il faut assainir tous les corrompus de Bruxelles à la solde des Us....qui font des textes pour plomber la zone Euro
Mon souhait que les pays du SUD copient l' Italie . Et là, ils vont réfléchir à leur propre emploi .....du balai .
a écrit le 08/03/2013 à 14:02 :
Bien sûr que l?UE a des idées visionnaires et bien sûr qu?elle n?arrive pas à les mettre en place. Mais ceci est uniquement du a la démagogie des dirigeants des principaux pays européens (France en tête). Si ces gouvernements se remettaient en question et décidaient de prendre des mesures qui n?ont que pour objectif le bien-être du peuple et non pas le seul objectif de se faire réélire? Aujourd?hui tous les pays européens sont coincés politiquement car les dirigeants ne pensent qu?a eux et, de temps en temps, à leurs clients électeurs mais absolument pas de l?économie de leur pays. Qu?est-ce qu?ils en ont à faire? Ils savent qu?ils peuvent conserver leur poste avec une petite partie des électeurs clients?
Réponse de le 08/03/2013 à 14:15 :
eh! c'est tout à fait cela! pertinent et vrai, bien sûr, votre commentaire, et c'est parce qu'ils n'en ont rien à faire, que ça va être dur de chez dur....La solution? la Révolte, qu'en pensez vous, si vous avez une idée......merci
Réponse de le 08/03/2013 à 14:24 :
Comme d'hab avec vous on est dans la désinformation (c'est volontaire ?). La france pèse à hauteur de 3.5% dans l'UE en terme de de droits de vote. Un exemple, pour la réintroduction des farines animales dans l'alimentation des poissons. 85% des dépués français ont voté contre. Et pourtant c'est imposé car plus de 70% des députés européens ont voté pour.
Réponse de le 08/03/2013 à 15:00 :
Au premier @Marvin : Un homme providentiel ;) Non, juste quelqu'un de compétant qui y comprends un minimum en secteur privé et en économie ce serait déjà bien. Vous voyez, le genre qui n'est pas là pour le poste mais bien pour le job en lui-même... et qui sache apprendre au français le pourquoi du comment en dé-clivant notre populace? Au deuxième@ Marvin : oui, et c'est ça l?Europe, et je ne dénigre absolument pas ça. Au contraire, je suis pour, et au vu de la tronche de notre gouvernement, je m'estime heureux d'avoir un contre-pouvoir européen qui a les pieds sur terre....
Réponse de le 08/03/2013 à 15:29 :
"oui, et c'est ça l'Europe" des décisions qui sont prises à l'encontre du choix des français (de leurs représentants en l'occurence), c'est ce que vous défendez ? "un contre-pouvoir européen qui a les pieds sur terre...." MDR. Ce n'est pas un contre-pouvoir, c'est le pouvoir. Et il n'est pas européen, au sens des peuples européens, mas oligarchique à la botte des intérêts us. Franchement, quand on est objectif et pas payé pour pour assurer la propagande dans les forums, j'ai du mal à comprendre qu'on défende cette UE.
Réponse de le 08/03/2013 à 16:00 :
@@marvin : je suis euro sceptique, mais pas parce que les dirigeants sotn à la botte des intérêt us (arrêtez votre anti américanisme primaire, il vous empéche de voir la réalité) et la réalité, elle est là : la construction européenne depuis 20 ans repose sur la volonté de technocrates (Delors en tête) de toujours plus étendre leurs pouvoirs, et l'europe leur permet de ne plus dépendre des peuples !! c'est donc, comme vous le soulignez justement, une oligarchie de technocrates, qui ont voulu "forcer la main" aux peuples en imposant la monnaie unique pour imposer ensuite un gouvernement unique, alors que c'est l'inverse qui est seulement possible. aucun rapport avec de quelconques intérêts US. Les américains sont "pro business" pour eux, seule une europe en crosisance pourra les aider à sortir de leurs propres difficultés (liées là aussi à leur classe politique incompétente, de bush junior jusqu'à obama 2)
Réponse de le 08/03/2013 à 16:55 :
Excusez-moi, je suis d'accord avec vous sauf sur un point : l'ue est une colonie us (voir l'influence des anciens de GS aux postes stratégiques, voir le financements associations/fondations pro-ue, voir les discours us qui pousse publiquement à l'entrée des plus en plus de pays dans l'ue, voir les documents officiels démontrant la "motivation" des américains à pousser la construction européenne après la guerre, .......) Je ne suis pas anti-américain, bien au contraire, mais je ne me voile pas la face non plus.
a écrit le 08/03/2013 à 13:33 :
C'est l'hôpital qui se fout de la charité !
50 millions d'américains qui vivent des bons alimentaires.
Un chômage (le vrai pas l' officiel) qui doit dépasser largement le nombre de chômeur européen.
85 milliard de dollars (de fausse monnaie) imprimés chaque mois
Cet ambassadeur ferai mieux de s'occuper de ses oignons.
Réponse de le 08/03/2013 à 14:16 :
ah! là, pour le coup, ce n'est pas faux !!
Réponse de le 08/03/2013 à 15:26 :
@ candide : c'est n'importe quoi : les "food stamps" sont attribués en fonction des revenus à tous les travailleurs, ycompris les étudiants et les immigrés saisonniers, jusqu'à 2400 dollars de revenu mensuel. 15 % seulement des américains y ont droit, soit 46 millions de personnes, mais si on les installait en France, plus de 60 % de la population française y serai elligible .... Les USA, malgré un état obèse (mais moins que le notre) et complètement socialisé, sont plsu riches que nous, car le business y est moins découragé. Mais ils pourraient encore faire bien mieux (et nous alors, n'en parlons pas ...)
Réponse de le 09/03/2013 à 0:56 :
@ john galt: Que de mensonges de votre part! Ce que vous ne dites pas, c'est que le seuil de 2400 dollars concerne les familles de 4 personnes, soit à peine 1845 euros pour 4 personnes (source: http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2011/08/05/pres-de-46-millions-d-americains-vivent-grace-a-des-bons-alimentaires_1556711_3222.html#ens_id=863164). Donc non, 60% de la population française ne serait pas soumis aux "food stamps" a part dans vos fantasmes anti-français/pro-américain.
a écrit le 08/03/2013 à 13:18 :
Mieux vaut etre chomeur en europe...qu au USA
Réponse de le 08/03/2013 à 13:58 :
....pour l'instant.....
Réponse de le 08/03/2013 à 14:12 :
@ bartg : il semblerait que non, bien au contraire. Et même pour les rmistes et assistés et compagnie, leur sort est bien meilleur aux USA, malgré tout ce que les médias nous disent sur le grand méchant ultra libéral qui est très en avance sur nous sur l'état providence social démocrate, et malgré toute ses richesses, est en train d'en crever d'ailleurs ... lien :http://www.contrepoints.org/2013/03/08/117478-etats-unis-une-nation-de-profiteurs
Réponse de le 08/03/2013 à 14:17 :
mais, ça risque de changer......najbar+++
a écrit le 08/03/2013 à 13:04 :
Le fait que les USA pointent du doigt nos dysfonctionnements est révélateur! l'EU est incapable dans sa conception actuelle d'une union de 26 états + 1 ( la GB) d'être réactive....d'autre part, Berlin a raison de vouloir assainir les finances des états membres mais les limites sont atteintes, non? Aucune croissance depuis 6 ans, et ce n'est pas fini....les "leaders" des 17 de la zone euro + les autres membres de notre union devenue un boulet devraient vite se ren,contrer pour définir le champ du possible et du souhaitable car ce qui est mis en oeuvre depuis 2008 ne foinctionne pas!
Réponse de le 08/03/2013 à 15:32 :
+ 1
Réponse de le 09/03/2013 à 5:36 :
@eurofederal -1
C encore les soit-dissent qui vont decider. Quand donc demanderez vous aux peuples europeen ? Votre conception de la democratie est le noeud du probleme europeen.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :