Les Lettons entrent à reculons dans l'euro

 |   |  697  mots
Pour une majorité de Lettons perplexes, l'euro désavantagera les consommateurs et déclenchera la flambée des prix. Le lats demeure en Lettonie une forme de fierté nationale.
Pour une majorité de Lettons perplexes, l'euro désavantagera les consommateurs et déclenchera la flambée des prix. Le lats demeure en Lettonie une forme de fierté nationale. (Crédits : Flickr by jaime.silva creative commons)
La Lettonie intègrera le 1er janvier la zone euro malgré une opinion publique plutôt réticente. Ce pays a retrouvé depuis trois années des taux de croissance au-delà de 4% après une période difficile de crise économique.

En Lettonie, la monnaie européenne est loin de faire l'unanimité. Ce petit pays européen de plus de 2 millions d'habitants coincé entre l'Estonie au nord, la Lituanie au sud et la Russie à l'est, s'apprête à adopter l'euro au premier janvier 2014. Mais si l'on en croit les sondages, de nombreux Lettons préfèreraient conserver le lats: seulement 20 % des Lettons soutiennent le passage à l'euro tandis que 58 % y sont opposés.

Pour cette majorité perplexe, l'euro désavantagera les consommateurs et déclenchera la flambée des prix. Le lats demeure en Lettonie une forme de fierté nationale. Interrogée par La Croix, Ieva Ekmane une étudiante en arts justifie : "pour notre identité nationale, c'est dommage d'abandonner le lats". 

L'adoption de la monnaie validée au début de l'année

Les eurosceptiques lettons insistent également sur l'absence de consultation par référendum de la population. C'est le parlement national, la Saeima qui avait adopté le 31 janvier l'adhésion de la Lettonie à la zone euro

Coté administration, on se prépare aussi à toute éventualité: 

"Notre département des finances est préparé. Je pense qu'il faudra trois ou quatre mois pour mesurer l'impact, mais nous avons des plans pour aider les gens, en particulier les personnes âgées, s'il y a des problèmes", raconte à l'AFP Diana Indzere, chef des services sociaux dans la petite ville de Sigulda, à une cinquantaine de kilomètres au nord de Riga.

Des bonnes notes

Ce pays balte, membre de l'Union Européenne depuis 2004, a tout du bon élève. Son taux de croissance annuel figure parmi les meilleures performances européennes: en 2011 et 2012, son PIB a affiché une hausse de plus de 5%. Et si l'année 2013 est un peu moins bonne, la croissance devrait quand même dépasser les 4%. 

Du reste, tous les critères de Maastricht sont respectés. Le taux d'inflation à 0,4% est en dessous des 2% exigés par le traité, le déficit des finances publiques avoisine les...1,5 %.

Coupes budgétaires

Pour en arriver là, la Lituanie a réalisé un vrai parcours du combattant. Car le pays revient de loin après avoir subi de plein fouet la crise économique mondiale en 2008. Enregistrant trois années de récession de 2008 à 2010, il a connu une surchauffe de l'économie lié à un crédit facile, à l'augmentation très rapide des salaires et à une forte inflation. Conséquence: Riga a demandé l'aide du FMI, lequel lui a accordé un plan de sauvetage de 7,5 milliards d'euros en contrepartie de la mise en place de mesures d'austérité draconiennes.

Quand elle a retrouvé le chemin de la croissance en 2011, plusieurs critiques ont loué l'efficacité de cette cure d'austérité. "La Lettonie au cours de cette période précédant son entrée dans la zone euro a été un modèle de politique budgétaire" avait conclu en septembre dernier Mario Draghi, le directeur de la Banque centrale européenne (BCE).

Le gouvernement confiant 

Le lats était en fait arrimé à l'euro depuis 2005, l'adhésion étant initialement prévue pour 2008. C'est la crise consécutive à la chute de Lehman Brothers qui a tout remis en cause. Mais aujourd'hui, le pays tient sa revanche. Valdis Dombrowskis, l'ancien Premier ministre qui a démissionné en novembre 2013, rapportait à la Croix que ce changement "en va de l'intérêt du pays". Selon lui, cela aidera l'économie lettone en facilitant les échanges et en renforçant la confiance des investisseurs.

Même son de cloche du côté du ministre des Finances, Andris Vilks, qui se veut rassurant et assure que le passage à l'euro se fera en douceur. Ce dernier a récemment déclaré :

"Je ne pense pas qu'il y aura des problèmes importants. Nous avons beaucoup appris de l'exemple de l'Estonie où les prix n'ont augmenté que de 0,2% ou 0,3% lors de l'adoption de l'euro en 2011."

Après la Lettonie... La Lituanie

Le pays balte deviendra le 18e membre de la zone euro et le 4e pays ex-communiste de l'Europe centrale et orientale à adopter la monnaie commune après la Slovénie en 2007, la Slovaquie en 2009 et l'Estonie en 2011. Son voisin, la Lituanie a quant à lui de fortes chances d'adhérer à l'euro en 2015.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/01/2014 à 12:03 :
La lettonie est un paradis fiscal. Elle detient le record des depots de + de 100 000 euros, une vraie lessiveuse.
Cette Europe est a vomir, et cette entree est quasi criminelle pour les contribuables.
a écrit le 04/01/2014 à 18:23 :
Olivier Berruyer signalait sur BFM Business que la Lettonie était un paradis fiscal du même tonneau que Chypre,ça commence bien et comme d'hab tout le monde le sait.
a écrit le 30/12/2013 à 12:01 :
encore un passage en force d'un état contre la volonté populaire.Ils vont vite s'apercevoir de l'inflation galopante
a écrit le 30/12/2013 à 10:53 :
La croissance est revenue dans ce pays, certes, mais à quel prix ? J'ai passé une année dans ce pays il y a 2 ans, et je peux attester que les coupes systématiques des salaires se faisaient sentir, les gens avaient toutes les peines du monde à s'en sortir ! Alors croissance et dette 0 oui, mais si c'est pour avoir à vivre comme les Lettons, qui doivent impérativement combiner plusieurs boulots pour joindre les deux bouts, non merci !!
a écrit le 30/12/2013 à 10:18 :
les pauvres, ils sont fichus, ils n'auraient pas du...
a écrit le 30/12/2013 à 1:59 :
Beaucoup de commentaires anti euro. C'est incroyable que beaucoup de francais pensent que la crise est due a l'euro. Peut etre pourront ils expliquer pourquoi la Suede, le Danemark et le Royaume uni, ont eux aussi, ete touches par la crise? Pouquoi n'ont ils pas devaluer et pourquoi la France economise 5 milliards en empruntant aux taux les plus bas ? Franchement le retour au Franc...non merci.
Réponse de le 30/12/2013 à 5:54 :
Les Français ont surtout du mal à avaler le fait que malgré un Non prononcé suite à un referendum, on se soit assis sur la volonté du peuple.
Réponse de le 30/12/2013 à 9:18 :
Non à quoi ? au traité de lisbonne pas à l'euro!!
Réponse de le 30/12/2013 à 10:03 :
la gb a dévalué et la suède la fait par le passé; De plus ces pays s'en sortent mieux que nous même si tout n'est pas rose;
Réponse de le 30/12/2013 à 11:23 :
@ faux, Vous confondez devaluation et depreciation. Il n'y a pas eu de devaluation de la Livre sterling depuis la creation de l'euro.
Réponse de le 30/12/2013 à 15:45 :
pas besoin de dévaluation puisque l'euromark est surévaluée. Très bonne chose pour notre industrie et balance commerciale (déficitaire depuis la création de ..; l'euro). Vous voulez nous faire croire que l'euro est une bonne chose. Vous devriez essayer de nous faire croire que le communisme en Corée du Nord est aussi une bonne chose. on voit bien que ça ne marche pas
Réponse de le 31/12/2013 à 18:16 :
La balance commerciale? Pour votre information, elle est exedentaire dans la majorite des pays de la zone euro (Allemagne,Hollande, Italie). Ce n'est pas le cas de la France et on prefere faire la politique de l'autruche et pointer du doigt l'Euro. Peut etre que le probleme c'est plutot un manque de competitivite. L'euro est arrive en 1999....Tiens comme les 35h.
Réponse de le 03/01/2014 à 11:54 :
allemagne excédentair grace à l'euro car l'allemagne inonde la zone euro (plus de monnaies nationales pour se protéger) et le reste du monde car l'euro est moins surévalué que la marque
l'italie, l'espagne et la grece car face à la crise et à l'allemagne ils commencent à faire de la compression salariale à leur tour.
La france est au milieu et son industrie disparait
a écrit le 30/12/2013 à 1:55 :
Les grecs sont rentrés dans l'euro et çà a été ultra bénéfique pour eux, ils ne veulent pas en sortir et le pays se redresse puisqu'ils vont pouvoir à nouveau emprunter en taux longs en 2014. L'euro leur a évité une crise bien plus grave. Donc c'est une bonne chose que la Lettonie entre dans la zone euro pour de multiples raisons.
Réponse de le 30/12/2013 à 8:04 :
Pour le bonheur des financiers et le malheur du contribuable....
Réponse de le 30/12/2013 à 10:23 :
on va voir ce qui va se passer pour eux
Réponse de le 30/12/2013 à 10:55 :
Non, rentrer dans la zone euro n'a pas été bénéfique pour la Grèce. Les prix ont complètements explosés à la suite de cela, et le fait d'être prisonnier de la zone euro a certainement aggravé leur situation, ils n'y ont rien gagné croyez moi !!
a écrit le 29/12/2013 à 18:06 :
Les Létrons ne sont pas sorties de la merde maintenant .
a écrit le 29/12/2013 à 17:09 :
Ils auront pas besoin de faire demi tour pour s enfuir.
a écrit le 29/12/2013 à 1:14 :
Professionnalisme :
"Coupes budgétaires
Pour en arriver là, la Lituanie(?!!) a réalisé un vrai parcours du combattant."
a écrit le 28/12/2013 à 17:57 :
J'aime beaucoup "entre à reculons" et le titre de paragraphe: "malgré une opinion publique plutôt réticente"... C'est donc ça la réticence... quand 20% sont pour et 58% contre, c'est plutôt de la réticence...
Réponse de le 29/12/2013 à 23:52 :
@pince sans rire: n'aurais-tu pas encore remarqué qu'actuellement, ce sont les groupes sociaux minoritaires qui imposent aux autres leur façon de voir...et si t'es pas d'accord avec eux, tu te fais traiter de raciste, terroriste et autres noms du même genre :-) bon, ils nous disent que c'est la démocratie et que c'est pour notre bien :-)
a écrit le 28/12/2013 à 17:06 :
Je les comprends : "entrer à reculons", en bon français signifie "se faire so ...". A sec.
a écrit le 28/12/2013 à 16:24 :
RENTRANT 0 RECULONS SERONT BIEN PLACE POUR REPARTIR EN COURANT
a écrit le 28/12/2013 à 15:00 :
Ils ont raison ils ne savent pas où ils ont mis les pieds et de plus quand ils voient Flamby ils ont tout compris.
a écrit le 28/12/2013 à 13:46 :
Encore un bel exemple de démocratie ... Le peuple est majoritairement contre mais on obéit aux dictats de Bruxelles ... La Lettonie, comme beaucoup d'autres pays en Europe, est gouvernée par des politiciens asservis à Bruxelles ...
a écrit le 28/12/2013 à 10:58 :
Et voilà l'Europe des banquiers qui avance au détriment des états-nations.

L'Histoire se répéte... Les même causes produisant les même effets, il n'y a plus qu'attendre les vautours Bruxellois qui feront leur commerce de cette nation également
a écrit le 28/12/2013 à 9:59 :
Tant mieux; ca fera un pays de moins qui pompera notre argent pour le remonter. Il serait grand temps de s'occuper de remonter notre pays au lieu des autres...
a écrit le 28/12/2013 à 9:52 :
Les autorités européennes ne consultent jamais les peuples. Elles dirigent selon leur bon vouloir. C'est un cercle fermé, un peu comme nos énarques qui font la pluie et le beau temps !
a écrit le 28/12/2013 à 9:44 :
Oh mon pays i i i qu'il était beau mon pays .... dommage que les Lettons NIENT la réalité ! Bon 4% avant sauvetage dans 2 ans.
a écrit le 28/12/2013 à 9:27 :
Leur gouvernement leur fourni la vaseline j'espère...
Réponse de le 28/12/2013 à 9:41 :
;-)))) Excellent, d'ailleurs je crois même qu'il y a toute la panoplie :-)))) super Picnicdouille
Réponse de le 29/12/2013 à 12:46 :
La quenelle ne sera pas en option.
a écrit le 28/12/2013 à 8:43 :
Ils ont raison et seront dans le bon sens pour en sortir plus vite.
a écrit le 28/12/2013 à 8:43 :
dieu que nous les comprenons,
après avoir survécu aux incompétents dictateurs du FMI, voila qu'on les envois servir les intérêts des bureautechnocrates de Bruxelles...
Amis Lettons, bénissez vos 4 % de croissance, car une armée de bien pensants va bientôt venir les détruire avec les pires armes de destruction massive qui soient...
a écrit le 28/12/2013 à 7:01 :
Ils arrivent dans le monde. Des énarques de Bruxelles dictature qui se fou bien de l aviS des peuples vive la révolution
a écrit le 28/12/2013 à 6:39 :
"Les Lettons entrent à reculons dans l'euro". Pour sûr, il redoute la quenelle des autres membres de l'UE
a écrit le 27/12/2013 à 22:41 :
Il y a d autres pays de l UE qui feraient de prendre exemple sur la Lettonie .
Les pays baltes sont certes des petites fourmies mais assez efficaces pour remettre de l ordre rapidement dans leur menage !
Réponse de le 28/12/2013 à 7:07 :
J'en connais un qui ferait bien de mettre de l'ordre dans son orthographe...
a écrit le 27/12/2013 à 22:02 :
ils vont se faire diriger par berlin par bruxelles. on va voir comment évolue leur économie dans les années qui arrivent.
a écrit le 27/12/2013 à 19:04 :
Que dire de plus, des autres commentaires , où comment imposer à 60 % d'une population
une monnaie ? et c'est cela l'Europe ? qui est gérée par les banques donnant l'illusion d'une
démocratie
Réponse de le 28/12/2013 à 8:48 :
N'oublions pas que l'Europe à bafoué la volonté exprimée par référendum du peuple français...
On devrait reprendre les bonnets, les fourches et la guillotine !
Réponse de le 28/12/2013 à 10:52 :
Ca serait plutôt a leurs dirigeants de consulter le peuple, non? Pourquoi taper toujours sur Bruxelles et pas sur les gouvernements incompétents?
Réponse de le 29/12/2013 à 13:49 :
L'Ukraine demandait des milliards d'euros, j'ignore si Brussel n'a pas arrosé les
dirigeants de ce pays ? Comme dirait une humoriste :'On ne nous dit pas tout!"
a écrit le 27/12/2013 à 18:56 :
Bel exemple de dictature Bruxelloise ... Les Lettons à près de 80% conter se voient forcés d'entrer dans l'euro par Bruxelles ... Bientot la Révolution ?
a écrit le 27/12/2013 à 17:48 :
tout à fait raison les Lettons car ils ne seront plus protégés par leur monnaie .
a écrit le 27/12/2013 à 16:36 :
Les pauvres, s'ils savaient ce qui les attend...
Réponse de le 27/12/2013 à 16:50 :
Ben ils savent, d'ailleurs ils sont massivement contre. C'est juste qu'ils n'ont pas le choix...
a écrit le 27/12/2013 à 16:24 :
On sait ce que l'on perd mais on ne sait ce que l'on peut gagner, et pour l'instant personne n'a rien gagné en étant dans l'euro sauf si on profite de la situation au dépend des autres! On amène pas le fédéralisme avec la concurrence!
a écrit le 27/12/2013 à 16:24 :
On sait ce que l'on perd mais on ne sait ce que l'on peut gagner, et pour l'instant personne n'a rien gagné en étant dans l'euro sauf si on profite de la situation au dépend des autres! On amène pas le fédéralisme avec la concurrence!
a écrit le 27/12/2013 à 16:01 :
Bravo les Lettons, continuez et surtout ne rentrez pas dans l'Euro!!!
Réponse de le 27/12/2013 à 16:10 :
Xavier Désolé c'est fait au 1 janvier 2014
a écrit le 27/12/2013 à 15:51 :
Avec 4% de croissance les Lettons doivent avoir un moral d'acier.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :