Berlin table sur une accélération de la croissance allemande à 2% en 2015

 |   |  237  mots
Le gouvernement d'Angela Merkel s'attend à une évolution positive de son marché du travail. Reuters
Le gouvernement d'Angela Merkel s'attend à une "évolution positive" de son marché du travail. Reuters (Crédits : reuters.com)
Le gouvernement allemand prévoit une accélération de la croissance du pays à 2% en 2015, après 1,8% prévu cette année, dans un document économique qu'il doit présenter la semaine prochaine à la Commission européenne.

En 2015, l'Allemagne devrait continuer de tirer l'économie de la zone euro vers le haut. Alors que le président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi s'attend à une hausse du PIB de 1,5% en 2015 pour l'espace monétaire, le gouvernement d'Angela Merkel table sur une hausse de 2% pour son pays en 2015.

Vers "la poursuite d'une croissance forte"

 Dans le rapport obtenu par Reuters, qui sera soumis la semaine prochaine à la Commission européenne on peut lire :

"Le gouvernement allemand prévoit une augmentation réelle de 2% du produit intérieur brut pour l'année 2015 et ainsi la poursuite d'une croissance forte".

Pour la période 2016-2018, la croissance réelle prévue atteint environ 1,5% par an.

"L'évolution positive du marché du travail se poursuivra pendant la période", ajoute le document de 46 pages que le gouvernement de la chancelière Angela Merkel doit approuver mardi.

Berlin pense ramener son endettement public à 70% du PIB d'ici 2017

Le 12 février, le gouvernement a relevé sa projection de croissance pour 2014 à 1,8% au lieu de 1,7% précédemment, après une expansion limitée à 0,4% en 2013.

Le rapport confirme également les objectifs de Berlin en matière de finances publiques: le budget devrait ainsi être à l'équilibre en 2015, sans augmentation nette des emprunts pour la première fois depuis 1969, tandis que l'endettement public serait ramené à 70% du PIB d'ici 2017, contre 80% actuellement, avec une trajectoire qui le fera passer sous 60% d'ici dix ans. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2014 à 11:04 :
Allemagne 2014 :
Croissance : 1,8 %
Inflation : 1,3 %
Total croissance nominale : 3,1 %
Taux d'intérêt apparent sur dette ancienne : 2 %
En l'absence de déficit primaire, le ratio dette / PIB est multiplié mécaniquement d'une année sur l'autre par 1,02 / 1,031 = 1 + 0,02 – 0,031 = 0,989 soit DIMINUE mécaniquement sur l'année de 1,1 %.

France 2014 :
Croissance : 0,9 %
Inflation : 0,9 %
Total croissance nominale : 1,8  %
Taux d'intérêt apparent sur dette ancienne : 3 %
En l'absence de déficit primaire ( qu'il faut rajouter), le ratio dette / PIB est multiplié mécaniquement d'une année sur l'autre par 1,03 / 1,018 = 1 + 0,03 – 0,018 = 1,012 soit AUGMENTE mécaniquement sur l'année de 1,2 %.
a écrit le 08/04/2014 à 10:29 :
Allemagne sympathie pour la France sur le déficit. C'est le plus beau et le plus grand nouvelles, j'ai entendu dans ma vie. Parce que la France m'intéresse très très très comme j'aime l'Allemagne et surtout Msaltha du Premier ministre, des ministres et ministre Reese., Et ma nièce mariée en Allemagne, qui en Allemagne actuellement., Allemagne, le drapeau du pays et l'amour généreux. Alors Dieu dans leur aide a toujours été un temps très long., Et les aider à la France que m'aider je suis et je n'oublierai jamais cette belle Allemagne oublier et sera aux yeux de l'Allemand tout ce que j'ai de la science et de l'opinion, si Dieu le veut. Moi beaucoup de discours, mais l'incapacité de la langue à traduire ce qui est dans mon cœur. La paix de Dieu soit sur vous
a écrit le 08/04/2014 à 9:43 :
avec les excédents commerciaux réalisés grace à l'euro monnaie sous évaluee pour son industrie mais surévaluée pour les autres économies de la zone euro, 2 % est un minimum. Ces éxcédent permettent aussi de faire baisser la dette. Une solution pour les français baisser leur salaires pour pouvoir supporter l'euro et vite !!!!!!!
Réponse de le 08/04/2014 à 12:57 :
baisser les salaires c'est réduire la consommation et donc la croissance, il faut arrêter de supporter l'euro à tout prix, cette monnaie nous

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :