Portugal : l'ancien Premier ministre José Socrates arrêté pour corruption et fraude fiscale

L'enquête porte sur des opérations bancaires et des transferts d'argent d'origine inconnue.

2 mn

José Socrates devait être présenté au juge samedi, tout comme trois autres suspects qui avaient été déférés devant la justice la veille.
José Socrates devait être présenté au juge samedi, tout comme trois autres suspects qui avaient été déférés devant la justice la veille.

Le Portugal dans la tempête. L'ancien Premier ministre socialiste José Socrates, qui a dirigé le pays de 2005 à 2011, a été arrêté vendredi soir lors de son arrivée à l'aéroport de Lisbonne, de retour d'un séjour à Paris, dans le cadre d'une enquête pour fraude fiscale, blanchiment d'argent et corruption.

L'enquête, qui a été accompagnée d'une série de perquisitions, porte sur des opérations bancaires et des transferts d'argent d'origine inconnue, s'est contenté d'indiquer le ministère public.

Un appartement acheté pour 3 millions d'euros à Paris

Selon la presse portugaise, la justice se penche notamment sur l'achat d'un appartement à Paris, où José Socrates a vécu en 2012 pour poursuivre des études de philosophie à Sciences Po. Les doutes porteraient sur la provenance des fonds consacrés à l'acquisition de l'habitation, estimés à 3 millions d'euros.

Le parquet général a précisé qu'il n'y avait aucun lien avec l'opération Monte Branco, un coup de filet anti-corruption qui avait entraîné l'arrestation en juillet de l'ancien PDG de la banque Espirito Santo (BES), Ricardo Salgado. Mis en cause par la presse dans cette affaire en juillet, José Socrates avait fustigé une campagne de "diffamation": "je n'ai pas de capitaux et pas de compte à l'étranger. J'ai le même compte bancaire depuis plus de 25 ans", avait-il assuré.

Les hautes sphères de l'Etat fragilisées par une série d'enquêtes

L'ancien Premier ministre, le premier du Portugal à subir un tel sort, devait être présenté au juge samedi, tout comme trois autres suspects qui avaient été déférés devant la justice la veille. Selon des sources judiciaires citées par l'agence Lusa, il s'agit de l'ancien patron d'une entreprise de construction, d'un avocat et d'un représentant d'une multinationale pharmaceutique.

La nouvelle de l'interpellation a fait l'effet d'une bombe au sein du monde politique, fragilisé par une série d'enquêtes judiciaires éclaboussant les hautes sphères de l'Etat. Parmi celle-ci figure le scandale de corruption lié à l'octroi de visas "dorés" à de riches étrangers, éclaté il y a à peine une semaine. Cette affaire a coûté sa place au ministre de l'Intérieur, Miguel Macedo, qui a démissionné dimanche sans être visé directement par l'enquête.

L'arrestation de José Socrates intervient par ailleurs au plus mauvais moment pour le maire de Lisbonne, Antonio Costa, qui devrait être désigné samedi secrétaire général du parti socialiste, principale formation d'opposition, à l'issue d'un scrutin des militants dont il est l'unique candidat.

2 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 17
à écrit le 22/07/2015 à 13:10
Signaler
Ah ah ah qu'est-ce qu'on rigole quand on lit les commentaires, moi ça fait presque une cinquantaine d'années que je suis en France mais le coup de la '' ciguë '' je l'avais oublié, celui-là... On voit quand même qu'il y a des érudits en puissance ici...

à écrit le 23/11/2014 à 15:04
Signaler
tiens, encore un socialiste pris avec les 2 mains dans le pot de confiture !!!

à écrit le 23/11/2014 à 14:34
Signaler
l hypocrisie du socialisme ...

à écrit le 23/11/2014 à 10:02
Signaler
Encore un effort les Portugais et vous serez au niveau des politiques Français !

le 23/11/2014 à 13:57
Signaler
Il semble que les politiques portuguais se fassent choper, démissionnent ou sont condamnés. Les français ne sont poursuivis que lorsque c'est le camp d'en face au pouvoir et là plupart du temps ils s'en tirent.

à écrit le 22/11/2014 à 23:04
Signaler
A quand le tour du promoteur de la directive Bolkestein ancien président de la commission européenne?

à écrit le 22/11/2014 à 21:12
Signaler
Dommage qu'il soit pas français , il aurait le statut de témoin assisté , ou continuerait de siéger a l'assemblée nationale avec son immu...impunité voire aurait payer une amende 20/25 ans après voire même serait encore en procédure d'appel :)))(

à écrit le 22/11/2014 à 19:50
Signaler
Il va devoir boire la cigüe ... comme son antique homonyme grec ....

à écrit le 22/11/2014 à 19:15
Signaler
Un vrai dénominateur commun du socialisme , le corruption.

le 23/11/2014 à 13:59
Signaler
Ha, parce que Bédier, Mancel, Masdeu arus, Balkany... ils sont de gauches ? S'en mettre plein les poches, c'est un peu le dénominateur commun de pas mal de politiques de tous bords malheureusement ; mais lier corruption et bord politique est stupide...

le 23/11/2014 à 19:53
Signaler
oui mais avec les socialos, République irréprochable. Si, si les socialos sont passés expert pour léser l'ouvrier de base, vous savez celui qui bosse et qui est racketté par thevenoud, cahuzac, guerini, aqino, etc... des EXPERTS on vous dit.

à écrit le 22/11/2014 à 18:33
Signaler
Ah ces socialistes! Le socialisme où comment le peuple se fait enfumer!

à écrit le 22/11/2014 à 18:10
Signaler
"Léon revient, on a les mêmes à la maison" !

à écrit le 22/11/2014 à 18:00
Signaler
Sont que les infantiels, les imbiciles (excuses aux vrais), naives etc. quelles croient que les elus et politiciens sont d'idiologistes, hors de leurs propres interets (financieres).

le 22/11/2014 à 20:36
Signaler
C'est du français du terroir ou vous venez d'arriver en France ?

à écrit le 22/11/2014 à 17:40
Signaler
encore un ! .... y' en a partout !

le 22/11/2014 à 22:05
Signaler
un socialiste ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.