Les mauvais comptes du budget britannique

Le chancelier de l'échiquier britannique devrait, mercredi, annoncer quelques gestes budgétaires. Mais les comptes publics britanniques ne se résorbent pas aussi vite que prévu. Et les élections approchent.

5 mn

George Osborne et David Cameron devront faire face à de lourdes critiques sur leur politique budgétaire.
George Osborne et David Cameron devront faire face à de lourdes critiques sur leur politique budgétaire. (Crédits : Reuters)

Voici quelques mois, les médias français n'avaient pas de louanges assez fortes pour saluer le succès de la politique d'austérité britannique. Le but était toujours le même : prouver le « manque de courage budgétaire » des gouvernements français et l'inefficacité des dépenses budgétaires hexagonales. Mais, comme souvent, ces comparaisons internationales relèvent surtout d'une opportune propagande qui oublie les différences fondamentales de situation entre les pays.

Une croissance forte... mais pas à long terme

Certes, la croissance britannique a de quoi faire des envieux et pourrait atteindre 3 % en 2015, le chômage a également beaucoup baissé. Mais, sur le long terme, cette performance doit être relativisée. Entre 2008 et 2013, le PIB britannique a ainsi reculé de 0,74 % selon Eurostat tandis que le PIB français progressait de 0,42 %. En termes de PIB par habitant, la chute est encore plus spectaculaire : il a baissé, en parité de pouvoir d'achat, de l'équivalent de 114 % de la moyenne de l'UE à 106 % sur la même période, tandis que celui de la France stagnait de 107 % à 108 %.

Une politique monétaire très active

Outre l'effet de rattrapage, il n'est pas certain que l'austérité appliquée à l'économie britannique depuis 2010 permette aujourd'hui cette forte croissance. La politique monétaire de la Banque d'Angleterre (BoE), après avoir compensé les effets de cette austérité, favorise désormais l'expansion, notamment industrielle du Royaume-Uni. Rappelons que cette politique a commencé très tôt, puisque le taux directeur britannique est à 0,5 % depuis mars 2009 et qu'il n'a pas bougé depuis. A cette époque, le taux européen était à 1,25 % et il a, depuis, été remonté jusqu'à 1,5 % à l'été 2011. Et surtout, la BoE a ouvert dès 2010 son assouplissement quantitatif sur laquelle la BCE s'interroge. Enfin, l'économie britannique demeure très dépendante du secteur de la finance. Bref, l'austérité ne saurait expliquer à elle seule la croissance outre-manche.

Le budget se réduit moins que prévu

Surtout, cette politique d'austérité a enregistré une défaite cuisante : elle s'est montrée incapable de ramener le déficit budgétaire dans des proportions acceptables. Fin 2013, il était encore à 6,3 % du PIB (contre 4,2 % en France). Cette année, il devait revenir à 5,2 % du PIB, mais rien ne semble se dérouler comme prévu. Mercredi, dans son discours budgétaire d'automne, le chancelier de l'échiquier George Osborne devrait admettre qu'il manquera 9 milliards de livres, environ 11,3 milliards d'euros, pour boucler les plans budgétaires. Du coup, le déficit s'élèvera à seulement 2 milliards de livres de moins que l'an passé à 95,5 milliards de livres, soit encore proche des 6 % du PIB.

Des embauches à bas prix... et moins de recettes fiscales que prévu

La raison ? L'austérité ! La stratégie de baisse du prix de la main-d'œuvre a en effet conduit à des embauches, mais à bas prix. Les nouveaux employés le sont souvent à un niveau proche du salaire minimum et ne sont pas ou peu imposés. D'autant que le plafond de non imposition a été relevé. Résultat : les prévisions de recettes fiscales supplémentaires basées sur le recul du chômage ont été surestimées. Les recettes fiscales sur 7 mois ont ainsi progressé de 0,6 % seulement contre une prévision sur l'année de 5,3 % de l'OBR, le bureau de responsabilité budgétaire.

Tout ceci conduit le gouvernement britannique à une situation difficile. 2015 est une année électorale outre-Manche. Et c'est une année électorale qui s'annonce délicate. Tories et Libéraux risquent d'accuser une forte baisse. Les Libéraux-démocrates de George Osborne sont même menacés d'une quasi-disparition aux Communes. Il va donc falloir, lors de la préparation du budget 2015-2016 et dans l'exécution de l'actuel budget, faire preuve de générosité pour sauver les « Lib-Dem » et, même, donner un élan bienvenu aux Tories.

Les gestes de George Osborne

Samedi, George Osborne a ainsi annoncé un paiement extraordinaire de 2 milliards de livres au service national de santé, le NHS. Mercredi, il pourrait aller légèrement plus loin en gelant la taxe sur l'essence ou encore en appuyant sur le lancement d'un plan de renouvellement du secteur routier de 15 milliards de livres d'ici à 2021. Mais tout ceci pourrait n'être que poudre aux yeux : le paiement à la NHS n'est qu'un cautère sur une jambe de bois. Le chef de la NHS anglaise, Simon Stevens, a rappelé que pour faire face à ses défis, son institution devait recevoir de « vrais et nouveaux investissements. » Or, selon le parti travailliste, au moins 700 millions de livres sur ces 2 milliards de livres sont des réallocations de fonds. D'ici à 2020, la NHS va avoir besoin de 30 milliards de livres. Mercredi, on observera aussi les baisses de dépenses publiques que le gouvernement prendra pour tenter de contrer ces mauvais chiffres budgétaires. Si l'on prend d'une main ce que l'on donne de l'autre, l'effet sera sans doute nul.

Effet sur la campagne

Politiquement, ces chiffres budgétaires mettent David Cameron également en difficulté. Les Conservateurs ont promis en cas de victoire électorale de réduire de 7,2 milliards de livres les impôts pour près de 30 millions de ménages. La situation budgétaire plus difficile que prévue en 2015 risque de donner des arguments à ceux qui ne croient pas à cette promesse. George Osborne devra peut-être s'expliquer sur ces ambitieuses promesses. Une chose est certaine : pour faire oublier ces déboires budgétaires, David Cameron sera tenté, durant la campagne, d'insister sur les questions de l'immigration et de l'Europe.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 23
à écrit le 04/12/2014 à 4:12
Signaler
les anglais vivent au dessus de leurs moyens, surtout à londres, pareil que new york ou los angeles ou paris...ils devraient apprendre la retenue et arreter de frimer, flamber, bousiller la planète à bord de 44, d'avions privés et de caviar champagne...

à écrit le 03/12/2014 à 23:30
Signaler
C’est simple les bas salaires permettant la compétitivité limitent les rentrées fiscales et sociales, donc le problème budgétaire demeure sauf pour un pays comme l’Allemagne qui grâce un énorme excèdent commercial a pu restaurer la souveraineté budgé...

à écrit le 03/12/2014 à 22:57
Signaler
Leur malaise doit être grand : soit ils passent au dollar, en faisant une croix sur la city, soit ils restent détachés de toute monnaie nombreuse et ils peuvent se faire démonter le jour où les US ne les soutiennent plus...

à écrit le 03/12/2014 à 15:05
Signaler
Le Royaume-Uni, 10ème économie mondiale en 2015 derrière la France, selon le FMI !!! Ah si il y a une chose qui me plaît c'est de voir la presse britannique quand leur pays se trouve dans la mer**, ouhlala, ils tirent sur tout ce qui bouge y compris...

le 03/12/2014 à 18:28
Signaler
il faudrait que des députés fassent comme en suède et bloquent tout mais, en auront-ils le courage ? Seule, l'extrème droite l'a et c'est bien dommage

à écrit le 03/12/2014 à 14:59
Signaler
En bon franchouillard, je suis pas fana à priori des anglo saxons, cependant j ai été admiratif de la vitalité et du dynamisme de Londres par rapport à paris. Tout n est pas à jeter chez eux non plus et pour moi définitivement le sens de notre histoi...

à écrit le 03/12/2014 à 14:45
Signaler
Partout dans le monde, ce constat terrifiant s'impose : Sans les dépenses publiques, le capitalisme est néant.

à écrit le 03/12/2014 à 14:06
Signaler
En France, nous avons l’ISF, la taxe a 75% et beaucoup d’autres taxes pour faire payer les riches, comme promis par François Hollande. La différence de déficit entre la France et le UK, prouve que la politique du PS est juste et doit être poursuivie...

le 03/12/2014 à 14:31
Signaler
@ MIchel, N'importe quoi, le moral des francais est l'un des plus bas d'europe, le taux de suicide est comparable a la scandinavie. Super la politique des aides sociales.

le 03/12/2014 à 17:35
Signaler
Ironie + humour... 75% temporaire et arbitraire. Pas sûr que ce soit un moyen de gérer de façon "durable". Les zigzags sont contre productifs. On en voit pas où on va.

le 03/12/2014 à 20:55
Signaler
Vous perdez votre précieux temps en tenter de montrer à un socialo que son président est à coté de la plaque. C'est faire la maire du soldat qui marche faux dans le bataillon, elle va toujours trouver que c'est son fils qui marche juste.

à écrit le 03/12/2014 à 13:06
Signaler
beaucoup de contre-sens ici. l'austérité au RU n'a pas le même sens ni le même objectif que l'austérité en zone Euro. AU RU, il s'agit de rendre l'économie plus compétitive face à la concurrence des pays à bas coûts. objective réussi puisque le PIB p...

le 03/12/2014 à 13:25
Signaler
Le RU est conservateur, libéral, pro-finance, c'est tout ce qu'il a compris. Les inégalités dans ce pays sont plus importantes qu'en France, les riches y sont plus riches et les pauvres de plus en plus nombreux et de plus en plus pauvres et précaires...

le 03/12/2014 à 13:48
Signaler
super le RU a perdu plus d'une année de progression de PIB sur la FR et tout va bien pour lui. Génial, dites, svp, faite des recherches, dans les échanges entre nos 2 nations, qui est gagnant? Nous, ils achètent nos bons produits en on n'achète pas ...

le 03/12/2014 à 14:02
Signaler
@JB39 les inégalités sont un moteur de progrès et d'innovation (pour autant qu'elles soient générées dans un cadre légal robuste, que chacun ait sa chance et qu'il y ait peu ou pas de corruption). donc elles sont une bonne chose, ce que les communist...

le 03/12/2014 à 22:22
Signaler
A mon contradicteur de 13.48. Bien-sûr la croissance par la qualité et la sélectivité est une bonne idée, j'aime beaucoup, ça marche à l'échelle d'une entreprise, pas forcément a l'échelle d'un pays. Allez dire aux éleveurs de porcs bretons d'aller t...

à écrit le 03/12/2014 à 13:01
Signaler
Cela prouve bien la différence entre le journaliste qui réalise un travail honnête et le journaleux, domestique de ses employeurs libéraux en charge de leurs propagandes.

à écrit le 03/12/2014 à 11:11
Signaler
Le vrai virage ce sera avec la baisse, aussi rationnelle que l'a ete la hausse. de l'immo a londres....

à écrit le 03/12/2014 à 10:54
Signaler
voir article du Daily Telegraph d'hier : "French bank dumps british assets, contrats UK sclerosis with Hollande miracle"

à écrit le 03/12/2014 à 10:31
Signaler
Il faut reconnaître que la GB a une communication beaucoup plus efficace que la France. Elle passe, comme l’Allemagne, pour un modèle de comportement économique, avec des niveaux de chômage bas. Alors que la France est montrée du doigt comme le probl...

à écrit le 03/12/2014 à 9:47
Signaler
si la France a un déficit de 4.1% c'est de la folie, de la gabegie et si le RU a un déficit de 6.3% c'est de l'austérité (je cite l'article).

à écrit le 02/12/2014 à 22:17
Signaler
6.3 % de déficit c'est de la folie les USA font la même chose ils arrosent de billets virtuels l'économie Ces montages de dettes vont entraîner la planète dans le chaos total

le 03/12/2014 à 5:10
Signaler
En même temps en Zone Euro les réformes structurelles ressemblent à des opérations sans anesthésie. Nos dirigeants viennent de se rendre compte qu'il y avait un problème d'investissement. Les pays Européens feraient mieux de s'unir plutôt que de somb...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.