Bruxelles ampute la Grèce de 17 millions d'euros de subventions agricoles

 |   |  168  mots
Selon la Commission, le pays n'a pas réussi à mettre en conformité son système de calculs des parcelles agricoles éligibles aux subventions de la Politique agricole commune (PAC).
Selon la Commission, le pays n'a pas réussi à mettre en conformité son système de calculs des parcelles agricoles éligibles aux subventions de la Politique agricole commune (PAC). (Crédits : reuters.com)
À l'issu d'un audit, la Commission européenne les a présumées indues, mettant en évidence de possibles fraudes de la part des agriculteurs grecs. L'institution a souligné que c'est la première fois qu'elle a recours à une telle action.

"C'est la première fois que la Commission use de cette nouvelle option de gestion budgétaire, mais il est très important que les règles soient respectées."

Ainsi, le commissaire à l'Agriculture, Phil Hogan a commenté la décision de la Commission européenne de réduire de quelques 17 millions d'euros les subventions agricoles destinées à la Grèce en 2014. L'institution européenne a pris cette décision à l'issu d'un audit ayant mis en évidence de possibles fraudes de la part des agriculteurs grecs. .

Pas de conformité avec les règles européennes, juge la Commission

En dépit de "progrès considérables", le pays n'a pas réussi à mettre en conformité avec les règles européennes son système de calculs des parcelles agricoles éligibles aux subventions de la Politique agricole commune (PAC), estime la Commission.

Pour éviter que de nouvelles aides indues soient versées, la Commission indique donc avoir opté "pour la première fois pour une mesure de précaution".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/12/2014 à 11:02 :
C'est normal. Il faut servir le monde agricole Français qui se graisse sur la Grèce.....
a écrit le 03/12/2014 à 5:39 :
Dans le même temps la France donne des milliards d'euro à la Turquie, dont 865 millions d'euro versés en 6 ans pour soutenir l'agriculture... turque... Il faut ce qu'il faut pour les faire entrer dans l'Europe... Toujours la même stratégie, on offre des cadeaux aux pays pour les faire entrer dans l'U.E, et une fois qu'ils ont signé on sort le bâton.
En tout cas on comprend mieux que la France n'ait plus d'argent pour soutenir nos agriculteurs nationaux qui se suicident massivement, vu tout l'argent qu'elle donne aux agriculteurs turcs...
Réponse de le 03/12/2014 à 10:50 :
La Turquie "reçoit" de l'Europe des fonds IPA au titre de l'aide de pré-adhésion à l'UE dont l'objectif est de permettre à un pays candidat de mener les réformes nécessaires. Ça c'est pour le discours officiel. Maintenant pour les gogos et autres turcophobes racistes. Cet argent, il ne tombe pas du ciel. Alors d'où vient-il ? Du contribuable européen ? Non, il vient pour l'essentiel (80 %) de la contribution turque au budget européen...à l'instar du budget de l'UE qui est alimenté par les budgets nationaux. Et le reste alors ? Et bien c'est le prix à payer pour l'Union douanière UE - Turquie et dont profitent allègrement les entreprises françaises. Sinon, comment espèreriez-vous vendre vos renaults et autres peugeots dans ce marché de 80 Mio d'habitant au PIB réel per capita de 25000 $ ?
Une dernière pour la route: les 6 malheureux Miards (sur 6 ans) qui constituent cette aide ne sont quasi pas utilisés par les turcs, ils en font cadeau aux miséreux de l'UE qui en ont bien plus besoin. Pour info: le budget du Ministère turc de l'agriculture + Ministère de l'industrie, c'est 70 Miards euro…par an (sources Turkstat).
Réponse de le 03/12/2014 à 11:45 :
La Turquie "reçoit" de l'Europe des fonds IPA au titre de l'aide de pré-adhésion à l'UE dont l'objectif est de permettre à un pays candidat de mener les réformes nécessaires. Ça c'est pour le discours officiel. Maintenant pour les gogos et autres turcophobes racistes. Cet argent, il ne tombe pas du ciel. Alors d'où vient-il ? Du contribuable européen ? Non, il vient pour l'essentiel (80 %) de la contribution turque au budget européen...à l'instar du budget de l'UE qui est alimenté par les budgets nationaux. Et le reste alors ? Et bien c'est le prix à payer pour l'Union douanière UE - Turquie et dont profitent allègrement les entreprises françaises. Sinon, comment espèreriez-vous vendre vos renaults et autres peugeots dans ce marché de 80 Mio d'habitant au PIB réel per capita de 25000 $ ?
Une dernière pour la route: les 6 malheureux Miards (sur 6 ans) qui constituent cette aide ne sont quasi pas utilisés par les turcs, ils en font cadeau aux miséreux de l'UE qui en ont bien plus besoin. Pour info: le budget du Ministère turc de l'agriculture + Ministère de l'industrie, c'est 70 Miards euro…par an (sources Turkstat).
Réponse de le 09/12/2014 à 17:29 :
RENAULT A DES USINES EN TURQUIE
a écrit le 03/12/2014 à 0:52 :
"fraude possible", "mesure de précaution"!!!!!
C'est effarant!!
S'acharner sur un pays qui a déjà la tête sous l'eau, sur de simples suspicions et hypothèses!
Mais de quel droit??
Ou les fraudes sont avérées ou elles ne le sont pas, mais sanctionner par "précaution"????
Elle est belle cette Europe!
Il ne faut pas s'étonner que plus personne n'en veuille!
a écrit le 02/12/2014 à 22:33 :
Crions pas trop fort

On a nos amis corses qui sont pas très nickel non plus
a écrit le 02/12/2014 à 21:00 :
C'est notre argent qui a été utilisé par les mêmes oligarques corrompus d'un pays en totale banqueroute, sans avenir, malgré ce qui disent le FMI et Bruxelles. La Grèce est une histoire de banksters, des grandes agences de notation, bref, de Wall Street qui gagne de sommes faramineuses d'euros par des investissements "overnight". C'est notre argent qui fait ces gens devenir de plus en plus riche pensant que les "restos du coeur" en France se remplissent de jour en jour !
a écrit le 02/12/2014 à 20:44 :
Le problème est que, comme ailleurs, ce ne sont pas forcément les agriculteurs qui sont les plus pourris.
Et là, la liste est longue...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :