Les fausses leçons des Abenomics pour l'Europe

 |   |  1417  mots
Le Premier ministre japonais Shinzo Abe lors d'une conférence de presse donnée dans les locaux du Conseil de l'Europe à Bruxelles après la tenue du sommet du G7 de juin dernier. Rien en réalité ne permet de discréditer l'idée d'une relance européenne en brandissant le cas nippon.
Le Premier ministre japonais Shinzo Abe lors d'une conférence de presse donnée dans les locaux du Conseil de l'Europe à Bruxelles après la tenue du sommet du G7 de juin dernier. Rien en réalité ne permet de discréditer l'idée d'une relance européenne en brandissant le cas nippon. (Crédits : Reuters)
La politique économique de Shinzo Abe est devenue l'objet d'un rejet quasi complet en Europe, ce qui justifie le rejet d'une politique de relance monétaire et budgétaire. Mais ce rejet est-il justifié ?

Les mauvais chiffres de l'économie japonaise, retombée en récession au troisième trimestre 2014, avaient conduit plusieurs commentateurs européens, en particulier allemands et français, à entamer le chant de deuil des « Abenomics », ce mélange de politique monétaire et budgétaire très agressives et de « réformes » libérales. Et comme toujours, ce vent de critiques n'était pas dépourvu d'arrière-pensées.

 Allemagne contre Japon

Il s'agissait en réalité de prouver que l'échec de la politique japonaise signait l'irrémédiable échec de toute politique fondée sur l'expansionnisme monétaire et budgétaire. La relance japonaise devenait le chemin à ne pas suivre pour l'Europe qui, en conséquence, se devait de poursuivre sa politique actuelle, celle qui allie la priorité à la consolidation budgétaire accompagnée de très sévères « réformes structurelles. » Bref, Wolfgang Schäuble avec son obsession de la dette aurait raison contre le Premier ministre japonais Shinzo Abe. Dans son « Morning Briefing » du 15 décembre, le directeur de la rédaction du très orthodoxe quotidien allemand Handelsblatt, Gabor Steingart, présentait clairement l'enjeu du succès des Abenomics sous cette forme : « Si cette économie vaudoue réussit, la culture de la stabilité sera à nouveau sous pression. » En Europe, le match est donc clairement celui d'un match Allemagne-Japon.

Et dans ce match, depuis la publication de la baisse de 0,4 % de la croissance japonaise au troisième trimestre, après un recul de 1,2 % au deuxième trimestre, l'Allemagne semble avoir pris l'avantage, du moins en termes médiatiques. Il n'y a plus personne ou presque pour défendre les « Abenomics. » Du coup, la BCE est dans la ligne de mire. On lui reproche de vouloir suivre les pas de la Banque du Japon et de conduire la zone euro là où est le Japon aujourd'hui. Le 13 décembre, l'hebdomadaire Der Spiegel évoquait  un « avertissement pour l'Europe. »

 Les effets de 15 ans de déflation

Toutefois, l'avertissement n'est pas forcément celui qu'on croit. Le Japon et la zone euro ne sont pas dans la même temporalité. L'effort de Shinzo Abe vise à extraire l'Archipel d'une déflation chronique qui dure depuis près de 15 ans. La situation est donc bien différente de l'Europe, où l'on entre progressivement dans une situation semblable. Depuis 15 ans, les entreprises japonaises sont sous la pression de prix faibles, d'un yen fort, d'une absence quasi complète de dynamisme du marché intérieur. L'investissement a été faible. Les ménages ont connu une décennie et demie d'ajustement à la baisse de leurs revenus. Quant aux finances publiques, elles ont également subi le contrecoup de la déflation : un déficit plombé par des recettes en berne et une dette qui, en valeur réelle, n'a cessé de croître...

 L'erreur de la hausse de la TVA

Le tropisme européen voit dans l'inflation le pire des maux, mais on en oublie que la hausse des prix est aussi un stimulant économique (même si, comme pour tous les fortifiants, il ne faut pas en abuser). A l'inverse, la déflation assèche le tissu économique, le nécrose et l'affaiblit. Elle réduit donc l'efficacité des politiques économiques. C'est pourquoi il est plus aisé de sortir de l'inflation que de la déflation et le Japon éprouve la réalité de cette vérité. On ne peut donc attendre qu'une redynamisation progressive de l'économie par les Abenomics en deux ans. Il est donc trop tôt pour juger du succès ou non de ces politiques. La fin de la déflation a été une première étape, mais la reconstitution des marges est progressive et la transmission aux ménages va prendre du temps. Les salaires réels continuent donc de baisser. Voilà pourquoi la hausse de la TVA (décision qui a été prise avant le lancement des Abenomics ) était une erreur : elle a cassé la reprise progressive de la consommation.

C'est donc bien la volonté précoce d'entamer la consolidation budgétaire qui a cassé le dynamisme des Abenomics. Shinzo Abe l'a compris en repoussant à octobre 2015 voire à plus tard la prochaine hausse de la TVA. L'échec des Abenomics dénoncé par ses critiques n'est donc pas celui de la relance, mais celui de l'incohérence dans cette relance. C'est celui d'une volonté de réduire le déficit à un mauvais moment, autrement dit d'une tentative « d'européaniser » la politique japonaise. Le Japon est donc un malade convalescent. S'il est malmené, il rechute.

Les effets du ralentissement chinois

L'autre raison de l'affaiblissement de l'économie japonaise, c'est le ralentissement chinois qui a freiné les exportations, notamment au deuxième trimestre. Le Japon dépend beaucoup de la croissance du géant voisin. Et si cette dernière ralentit, c'est aussi parce que la zone euro manque de dynamisme. En d'autres termes, l'austérité européenne et ses conséquences ont eu des répercussions en Extrême-Orient, et Shinzo Abe ne peut créer la demande extérieure ! Si Wolfgang Schäuble continue à imposer l'ajustement en zone euro, la croissance mondiale continuera d'en pâtir et, Abenomics ou pas, le Japon, très dépendant de ses exportations, ne pourra pas se redresser.

 Un avertissement pour l'Europe, mais pas celui qu'on croit

Enfin, le cas japonais ne peut être un contre-exemple pour la zone euro parce qu'il repose sur une situation démographique très particulière qui modifie les effets d'une relance. Bref, rien en réalité ne permet de discréditer l'idée d'une relance européenne en brandissant le cas nippon. Au contraire, l'enjeu pour l'Europe est d'éviter de se retrouver, dans 15 ans, dans la situation actuelle de l'Archipel, avec moins de matelas de sécurité (chômage et dette plus élevés que le Japon des années 1990, dette détenue majoritairement par des non-résidents, etc.). Pour cela, l'usage d'une stratégie proche des Abenomics dès maintenant semble plus que jamais pertinente. C'est celle qui avait été proposée par Mario Draghi, le 25 août : accompagner la politique monétaire d'une relance et de « réformes structurelles. » Le maintien du carcan budgétaire européen incarné par les règlements Two-Pack et Six-Pack et le pacte budgétaire ne conduira qu'à maintenir la zone euro dans cette stagnation déflationniste où elle s'enfonce progressivement. Et contrairement à ce que pense le bon sens grossier de certains observateurs, c'est là la meilleure méthode pour faire exploser le poids de la dette publique ! Le Japon est donc un avertissement pour l'Europe, mais pas dans le sens où on l'entend habituellement : c'est au contraire une invitation à agir.

 Une politique économique européenne plus efficace que celle du Japon ?

Si les Abenomics ne sont pas le succès immédiat escompté par beaucoup, une chose est pourtant certaine : la politique européenne actuelle ne brille pas par son efficacité. En refusant toute idée d'une vraie relance, les dirigeants européens - sous la pression allemande - maintiennent la demande intérieure sous pression et tentent de ne s'appuyer que sur deux des trois flèches de Shinzo Abe : l'expansion monétaire et les « réformes structurelles. » Or, ces deux flèches risquent de se révéler inefficaces et, pire, nocives.

En effet, en l'absence de perspectives concernant la demande, ces « réformes » ne pourraient conduire qu'à des ajustements à la baisse de l'emploi et des prix. Surtout si, parallèlement, on maintient la pression sur les budgets. Quant à la politique monétaire expansionniste dans laquelle Mario Draghi semble désormais prêt à s'engager, elle risque bien d'être aussi inutile. Sans débouché de demande, les entreprises n'ont pas besoin de crédits et les banques n'ont pas envie de prendre des risques en prêtant. Les milliards créés par les banques centrales n'alimentent pas alors l'économie mais des bulles. C'est particulièrement vrai en Europe, où la transmission de la politique monétaire passe par les banques. L'échec désormais consommé du TLTRO, ce mécanisme de prêt à long terme de la BCE aux banques, prouve qu'il est impossible de s'appuyer sur ce canal de transmission pour sauver l'économie européenne. Là encore, seule une relance peut redonner de la perspective aux entreprises et décider le secteur bancaire à investir les fonds de la banque centrale à disposition dans l'économie. Il est fâcheux qu'un mauvais exemple, celui du Japon, éloigne encore sa possibilité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/12/2014 à 1:07 :
La France n'étant pas le Japon, nous avons la moitié en terme de densité de population, malthusiens que nous sommes!

Fera-t-on comme le Japon, un FLINGAGE MONETAIRE de 30% pour bien baisser le pouvoir d'achat?
Soit on est pour le consommateur, soit on est dans les palais gouvernETmenteurs?

En France on dit parle et ment, et gouverne et ment à quand un gouvernacteur?
Suivent 6 phrases de blabla à la française, bavardage sur la politique industrielle et la croissance... l'honnête homme est un mythe ou question de genre pour la confusion, une grosse mitte errante type cigalon en pantoufles petit gris?

N'est-on pas entrain de perdre le nord? Direction plein sud et plein pot les impôts selon la direction dgrcccprfffi... et pas de moteur dans l'auto, debout sur le frein avec Graston et Fantasio! A-t-on lu Lagaffe mérite des baffes électorales?
Pas de coup de pouce au smic, mais on augmente l'électricité, c'est du social? C'est libéral, et la relance par l'impôt, c'est libéral ou c'est social?
a écrit le 18/12/2014 à 16:02 :
Au Japon on a baissé a monnaie de 30%... on a augmenté la TVA, pour l'instant l'export n'est pas augmenté, peut être dans dix ans?
Mais en France la situation est différente: nous avons des élections, par exemple dans le Nord en régionales: le FN serait en 1 puis l'ump puis le PS... donc on perche les buses de la relance demande?
On parle d'une politique de l'offre... c'est à la française, un mensonge? On a fait un traité Maastriche ou bien Maastrikt? Devons-nous l'appliquer et rembourser 40% de la dette?
Si l'impôt relance, c'est la crétinerie nationale administrée par l'Etat! Il relance l'import. Dire l'Etat fait du portage, on rigole!
On entend dire suicide par la dette, sommes-nous fous?
On fait un parle et ment, on y parle et on y ment, mais on n'agit pas. On peut aussi paroler avec des Ravez qui ne vous servent pas du Mozart mais du Molard ni du Ravel!
On toujours dire des crétineries du genre plus y a de fonctionnaires, plus y a de croissance ou plus y a d'impôts plus y a de relance, ou plus a de monnaie plus y a de pouvoir d'achat, ou plus y a de fonctionnaires plus on relance la demande globale. Toute bétise des administrateurs d'Etat qui vivent au crochet de la population par l'impôt.
La vérité c'est plus y a d'impôts plus y a de chômeurs ex productifs et plus y a d'improductifs employés à la déprédation économique. En France on a le génie de l'impôt et de l'organisation d'Etat avec le 1000 feuilles!
On y décrète la croissance par les 35h et la diminution du travail... et la relance par l'Etat. Et pour le chômage du Sud c'est l'insolation qui rend paresseux ou c'est la faute à Merkel?
En France on peut accélérer, y a pas de moteur industriel... on relance debout sur le frein, on accélère dans le déficit, mais on entend pas vroom vroom... ça démarre pas! Déjà il faut embrayer! Le manuel du démarrage de la croissance, si on le lit à l'envers, on peut très très bien rouler en marche arrière!
Réponse de le 18/12/2014 à 16:24 :
Tout le monde n'est pas capitaine de pédalo ou de capitalisme sans capitale!
a écrit le 18/12/2014 à 14:36 :
Comment penser que la théorie des 3 flèches puisse être un exemple pour qui que ce soit ? La dette d'un pays n'est tenable que si les autres adoptent la même posture au même niveau (qui peut alors tendre vers l'infini) avec un écart faible. A ce titre on peut penser que la stratégie européenne de vouloir sans raison apparente maintenir un endettement relatif faible.... soit en fait une soft attaque contre ceux qui n'y ont pris garde. En effet l'onde inflationniste avance mécaniquement pour les pays en développement, portée par les barrières technologiques que ses produits imposent, les états sont contraints d'augmenter tout aussi mécaniquement leur dette et s'écrouleront sur la même base mécanique de ne pas pouvoir la maîtriser au niveau moyen. Les pays développés eux, voient leur croissance ralentir face à la mondialisation ce qui fait monter leur dette ou en nécessite une nouvelle pour parer politiquement ou socialement les dégâts. Juguler la dette à faible niveau pour une zone importante est donc une arme avantageuse. C'est une nouvelle manière de guerre monétaire moins directement impérialiste que l'actuelle mais fondée sur des prescriptions économique multiformes. A ce jeu le Japon a perdu depuis 1995 date du début de sa chute. A la manière d'un cheval de Troie ou de la grenouille de La Fontaine on l'a laissé entrer et enfler à la façon d'un prétentieux qui croit s'imposer avant de le laisser sans ressource. La TVA pour sa part démontre en grandeur nature toute l'étendue de sa nocivité. Je suis partisan de la supprimer à zéro par étapes sur 15 ans.
Réponse de le 18/12/2014 à 16:17 :
Vous oubliez que la France ne déclare pas 700 à 1000 milliards d'engagements en terme de dette... plus 150 du public. On socialise les pertes et on privatise les gains.
En l'occurrence c'est plutôt les Etats d'Europe qui s'écroulent dans la dette et qui rivalisent de chômage.
a écrit le 18/12/2014 à 12:36 :
Faire tourner la planche à billet pour cacher "l'écroulement économique" (ou plutôt le pillage) de pays gérés par des incompétents aux services d'une oligarchie mondiale mafieuse !!! Japon, GB, USA et bientôt EU !!!
Pendant ce temps on se moque des Russes, mais eux ont une véritable monnaie et pas de dette !!!!
La mascarade va bientôt se terminer !!! Chute de l'empire occidental et surtout des escrocs qui tirent les ficelles depuis plus de 3 siècles.
Réponse de le 23/12/2014 à 14:27 :
Bel exemple la Russie, une centaine de gus proches de Poutine qui concentrent plus de 30% des richesses.
a écrit le 18/12/2014 à 8:37 :
Le Japon montre que dans un pays vieillissant, une politique de relance n'a pas d'impact. Le Japon vieillit et voit sa population baisser. Sa consommation est donc structurellement orientée à la baisse quelque soit les stimulus budgétaires ou monétaires. C'est ce qu'ont compris les Allemands qui ont aussi une population vieillissante. Le seul relais de croissance restent donc les exportations et la compétitivité.
a écrit le 18/12/2014 à 8:31 :
La croissance perpétuelle, n'est ce pas, finalement qu'une utopie ?
Réponse de le 18/12/2014 à 9:52 :
Une utopie le terme n'est pas assez péjoratif je trouve...

je pense qu'il est plus pertinent de parler de carottes
a écrit le 18/12/2014 à 8:28 :
La croissance ? Pour quoi faire ? Pour continuer à alimenter ces Etats devenus boulimiques et incontrolables ?
Pour créer de l'emploi, la croissanse est elle vraiment Indispensable ?
Augmenter la Tva, c'est une bonne idée si elle compense une baisse des autres charges
(chharges sociales...)
Reconquerir les marchés intérieurs s'est plus facile que de s'attaquer à l'exportation.
a écrit le 18/12/2014 à 8:07 :
Peu importe la politique appliquée, les dettes sont telles que dans un modèle économique de libre-échange, il n'y a plus de solution viable.
Réponse de le 18/12/2014 à 10:24 :
Les Etats sont pris dans les sables mouvants du libéralisme. Quoi qu'ils fassent ils s'enfoncent.
Nous sommes sur le pont du Titanic. Champagne ! trinquons avant le grand remous !
Réponse de le 18/12/2014 à 10:44 :
C'est en effet plutôt ça. Et vu les signaux d'alerte qui sont actuellement plus fréquent, ça devrait se remettre à plat tout seul.
Réponse de le 18/12/2014 à 10:54 :
Sans les dettes, l'économie libérale et libre échangiste ne fonctionne pas. On ne peut pas tout avoir en même temps.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :