Podemos marche à Madrid, dans le sillage de Syriza

 |   |  217  mots
La Puerta del Sol en plein centre de Madrid est noire de monde alors que doit commencer la Marche pour le changement organisée par le parti Podemos.
La Puerta del Sol en plein centre de Madrid est noire de monde alors que doit commencer la "Marche pour le changement" organisée par le parti Podemos. (Crédits : Reuters)
Le parti de gauche radicale se prépare aux élections régionales et municipales prévues dans quatre mois, avant les élections législatives dans un an. Le jeune parti croit possible de s'imposer à l'image de Syriza en Grèce...

Quelques jours après la victoire de Syriza en Grèce, la gauche radicale espagnole rêve de tracer la même destinée. Le mouvement Podemos organise ce samedi une grande manifestation en guise de démonstration de force.

Cette "marche pour le changement" doit commencer à 12h place de Cibeles à Madrid. Pour Podemos, l'ambition n'est plus tant de peser dans les débats que de viser désormais des responsabilités gouvernementales. Dans quatre mois, l'Espagne organise ses élections régionales partielles et municipales. Ce sera l'occasion pour Podemos de confirmer le succès des élections européennes de mai 2014.

En tête des sondages

Créé quelques mois auparavant à peine, le parti Podemos (nous pouvons) issu du collectif populaire "Los indignados" (les indignés), avait réussi à remporter près de 8% des suffrages avec 1,2 millions de voix. Aujourd'hui, le parti est régulièrement placé dans le trio de tête des sondages, parfois même en première place. Podemos estime ainsi que les élections législatives prévues dans un an sont à portée de main.

"Ce qui s'est passé en Grèce est historique. Tout le monde sait que la suivante, c'est l'Espagne", assure samedi au quotidien en ligne Publico le Français Jean-Luc Mélenchon qui est à Madrid pour participer à cette manifestation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/02/2015 à 0:32 :
1 million d'Espagnols dans la rue ? ce n'est qu'une grippe...
a écrit le 01/02/2015 à 16:16 :
Après Chavez au Venezuela, le socialisme du 21 ième siècle se répand en Europe. Le temps des prophètes charismatiques est revenu. Heureusement en Europe il n'y a pas de limite aux réélections. Ils peuvent s'installer pur longtemps. Les esclaves ont de beaux jours devant eux. Mélenchon au pouvoir ! retour vers les ténèbres !
a écrit le 31/01/2015 à 18:53 :
Quant je pense que notre Mélanchon. Après avoir bouffé dans la gamelle du PS depuis 30 ans, nous fait une bouffé de chaleurs révolutionnaire. Bientôt il va demander la nationalité Greques , dommage qu'il n'a pas lu le programme plus proche de l'extrême droite. Un ministre de La Défense qui fait passé Marine le Pen pour une social démocrate. L'expulsion de tous les immigrés clandestins. La spoliation des ouvriers Français et Allemand, sui par leurs argent on renfloué un peuple, ou le mot impôts n'existe pas. Il ne fait pas bon vieillir !!!!
a écrit le 31/01/2015 à 17:28 :
Siriza, Podemos,

ca c'est du sérieux....

et nous en France on regarde le train passer tel des beaufs ou des vaux

De Gaulle revenez s'il vous plait, c'est une question de Salut National.
a écrit le 31/01/2015 à 16:56 :
Pour qui sonne le glas ? qui sait, sans doute pour l'Euro et pour l'Europe ? Le véritable changement ne peut se faire que par la Rue. "Quand des millions de personnes se rendront compte qu'on ne peut plus vivre comme par le passé, la révolution sera logique et inévitable " suivant livre d'une jeunesse meurtrie "les corps indécents". Plus d'avenir pour nos jeunes mais peut-on espérer un avenir meilleur après ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :