Daniel Cohn-Bendit : "Aux européennes, les Verts devraient faire au moins 10% en France"

 |   |  2177  mots
Daniel Cohn-Bendit, député européen, est la tête de liste des écologistes en Ile-de-France. Il juge que François Bayrou fait fausse route en appelant uniquement au vote sanction contre Nicolas Sarkozy.

Aux dernières européennes de 2004, les Verts avaient obtenu 7,5% des voix. Quel est votre objectif pour le 7 juin ?

Au niveau national, on devrait faire au moins 10%. Mais je pense qu'on sera nettement au-dessus en Ile-de-France.

Et donc au-dessus du MoDem ?

C'est ce que j'espère. Par son positionnement pro-européen, le Modem aurait dû mener campagne autour des enjeux de ces élections. Mais François Bayrou a choisi un autre axe : il prône le vote sanction contre Sarkozy. Quelle erreur! Ce n'est pas avec cet argument qu'il donnera envie à ses électeurs de se rendre aux urnes.

Justement, à en croire les sondages, le plus grand risque, c'est l'abstention: comment, au c?ur de cette crise économique, peut-on mobiliser l'électorat autrement qu'en critiquant le pouvoir en place ?

Avec des propositions concrètes. Notre contrat écologique pour  l'Europe en compte 27. Nous proposons notamment l'organisation d'un  Bruxelles de l'emploi dont l 'objectif est de relancer l'économie par sa reconversion écologique. Prenons l'exemple de la filière automobile. Que chaque pays s'engage pour le sauvetage de son industrie nationale, cela n'a aucun sens. Si on veut maintenir une industrie automobile européenne, il faut mener une politique industrielle de transformation écologique de cette filière au niveau européen. Réunissons les constructeurs, les syndicats, les grandes organisations de défense de l'environnement pour qu'ils s'engagent ensemble à mener les grandes transformations nécessaires, pour décider des investissements qui permettront la production de voitures plus propres. Nous devons tout remettre à plat pour réinventer de nouvelles formes de mobilité durable : trouver des solutions pour que le fret de marchandises recoure de moins en moins aux poids lourds et privilégier voies navigables et train.

La mobilité durable implique des remises en cause de pans entiers de notre économie et donc plus de destructions que des créations d'emplois...

Non, nous estimons qu'en investissons 200 milliards d'euros par an,  soit 1000 milliards sur cinq ans, nous créerons, en Europe, dix millions d'emplois nouveaux. Ne serait-ce qu'en profitant de la réforme de la PAC pour réinvestir dans l'agriculture durable et écologique, on peut créer dans ce secteur de 1,5 à 2 millions d'emplois dans toute l'Europe. Dans l'économie de l'habitat durable, le potentiel est de 1 à 1, 5 millions d'emplois. Si, par ailleurs, d'autres emplois sont amenés à disparaître, je pense que le solde sera supérieur à 7 millions. Et pour les 2 ou 3 millions de personnes qui perdront leur emploi, nous proposons de mettre en place un bouclier social européen. Ces salariés bénéficieront d'un revenu de transformation afin qu'ils puissent se former à un nouveau métier

Qui paiera ?

Nous proposons qu'il y ait un co-financement européen. Plus largement, sur les 200 milliards d'investissements annuels, 10% viendront financer ce bouclier social 10% iront dans la recherche et encore 10% dans la formation. 1000 milliards d'euros en cinq ans, cela équivaut, à un effort par habitant à peu près équivalent au plan de relance d'Obama.

Au sujet de la protection de l'environnement, les verts, le MoDem, le PS et l'UMP proposent que les produits importés en Europe soient  soumis aux mêmes règles que ceux qui y sont fabriqués. Si tout le monde est d'accord, pourquoi le Parlement européen ne s'est pas saisi du sujet plus tôt ?

Tout simplement parce que la commission ne l'a pas proposé. Le parlement européen n'a aucun pouvoir d'initiative directe. Et Barroso est contre cette mesure. On nous répète que c'est du protectionnisme..  Mais nous demandons simplement que le respect des conventions de base  de l'Organisation internationale du travail (sur la liberté syndicale,  le non-travail des enfants, le non-travail forcé, etc.) et environnementaux (les conventions internationales sur la biodiversité et l'accord international sur le changement climatique qui sera négocié en décembre 2009) rentrent dans le cadre de l'OMC. ...

Ce n'est pas le cas ?

Non, par exemple, il n'y a pas de liberté syndicale en Chine. Pourtant, on a vu avec la directive Reach, que 'Union européenne pouvait imposer que des produits qui rentrent sur le territoire de l'Union soit soumis aux mêmes règles que celles qu'elle impose aux entreprises présentes sur son territoire. Pourquoi ce qui vaut pour ce secteur de l'industrie ne vaudrait pas par exemple pour l'agro-alimentaire ? Cela ne veut pas dire que nous confondons respect du consommateur et protectionnisme. Nous voulons aussi arrêter les subventions sur produits agricoles. Tant qu' au Burkina Faso un poulet surgelé importé sera moins cher qu'une volaille nourrie sur place, on ne permettra pas l'émergence de filière locale. L'ouverture des marchés, que défend l'OMC, est aussi contraignante pour nous.

José Manuel Barroso n'est pas votre candidat pour la présidence de la Commission. Qui verriez-vous à sa place ?

Le mode de désignation du président de la commission est complexe. Si l'on ne veut pas d'un candidat, il faut le bloquer comme Blair l'a  fait il y a cinq ans avec Guy Verhofstadt. Voilà pourquoi personne ne se mouillera tant que Barroso occupe le poste. Mais on connaît les candidats. A gauche, il y a Poul Nyrup Rasmussen et Joshka Fischer. Et c'est bien sûr ce dernier que je soutiendrai.

Les critères de Maastricht ont été provisoirement mis de côté. Dans son discours de Nîmes, mardi dernier, Nicolas Sarkozy a revendiqué la priorité donnée à l'investissement au détriment de la maîtrise des déficits. A-t-il eu raison ?

Je ne lui dis pas bravo. Il faut être sérieux avec les critères de Maastricht. Rappelons d'abord qu'ils étaient nécessaires pour faire  émerger L'euro. Il fallait que les Allemands qui mettaient le deustchemark dans le pot de l'euro soient rassurés. Mais ces critères ont été définis en une nuit. Sur les déficits, certains disaient 2%, d'autres 4%. Au dernier moment on a décidé 3%, car cela satisfaisait tout le monde. Mais les critères de Maastricht ce n'est pas la théorie de la relativité. Aujourd'hui on doit relancer l'économie ou comme nous le disons procéder à sa transformation écologique. Or tous les Etats sont endettés, et l'Europe du fait des traités ne peut pas s'endetter. En attendant de changer les traités, nous appelons toutes les banques centrales nationales à se coordonner pour qu'au même moment, elles lancent un emprunt national de même niveau, au prorata de leur PIB, et à un taux identique. Ces emprunts seront ensuite coordonnés et sécurisés par la BCE. La Banque Européenne d'investissement aura alors les moyens de relancer l'économie à travers des investissements qui assureront la transition vers un modèle de croissance durable. Investir dans la construction de bâtiments durables et dans la rénovation écologique de l'habitat ancien va, par exemple, générer des économies d'énergie, qui permettront indirectement de réduire notre dette. Car, oui, après avoir relancé l'économie, il faudra évidemment s'attaquer à l'endettement public.

Et comment ferez-vous pour convaincre les 27 membres de l'Union ?

Dans trois ou quatre mois, avec l'amplification de la crise, tout le monde va se tourner vers Europe. Ce sera le bon moment pour proposer une solution qui permette d'en sortir ensemble. Le chacun pour soi, c'est aberrant. Regardez les Irlandais : ils se croyaient les champions du monde avec leur politique fiscale qui leur a permis d'attirer beaucoup d'entreprises. Mais ils s'aperçoivent aujourd'hui qu'ils ont déplumé le budget de l'Etat.

La crise peut-elle favoriser l'émergence d'un embryon de politique fiscale européenne ?

Pour ce qui concerne la fiscalité sur les entreprises, cela mettra du temps car on ne peut pas négliger les besoins spécifiques des pays de l'Est, mais la convergence doit être notre but. En gardant à l'esprit que la défiscalisation à outrance, on le constate aujourd'hui, cela ne marche pas. Mais la première priorité, tant au niveau européen que national, c'est d'inventer une nouvelle fiscalité. Plutôt que d'augmenter la TVA qui est asociale ou de ponctionner les revenus du travail, nous souhaitons d'abord fiscaliser la circulation d'argent en créant une taxe Tobin intérieure : pour toute transaction financière - depuis le retrait d'argent au distributeur jusqu'au méga transferts internationaux des entreprises, en passant par l'argent que la grande distribution fait travailler en jouant sur les délais de paiement de ses fournisseurs - un prélèvement de 0,001% serait opéré et reversé au budget des Etats. C'est simple à mettre en ?uvre et cela ne pose aucun problème technique. Pour doter le budget européen de moyens supplémentaires, nous proposons aussi de créer une taxe sur les communications téléphoniques qui équivaudrait à 0,1% du coût de chaque appel. Elle rapporterait 50% du budget actuel de l'Union. Enfin, le 3e pilier, c'est la fiscalité écologique. Notre objectif final étant de réduire la pression fiscale sur les salaires et la consommation.

Avec la crise, les Français pointent du doigt les rémunérations des grands patrons. Etes-vous également choqué ?

D'abord je constate qu'on vit très mal les salaires de ces managers, mais qu'on ne dit rien sur ceux des vedettes du football, du cinéma, de la chanson ou de la télé. Alors que tout cela témoigne de la même folie. Notre société a perdu le sens de la valeur réelle des choses. Quelle logique y-t- il à payer un manager d'entreprise 500 fois plus qu'une infirmière? Dans notre programme, nous préconisons une très forte augmentation, par palier, de la fiscalité pour les revenus qui dépassent le seuil de 40 fois le salaire mininum. C'est le seul moyen de s'en sortir.

Les meilleurs managers risquent d'aller travailler ailleurs...

Qu'ils aillent ailleurs. Ils ont foutu les banques dans le rouge, ils ont mis en l'air les grandes entreprises de l'automobile. En quoi sont ils si extraordinaires ? Aujourd'hui plus personne n'est responsable de la crise. Que s'est-il donc passé ? Dieu a eu mal à la tête et tout le monde est devenu dingue... On trouvera d'autres managers, plus jeunes. J'en ai assez d'entendre brandir en permanence la menace de l'évasion des cerveaux, comme celle des capitaux. Eva Joly (numéro 2 sur la liste d'Europe Ecologie en Ile de France, ndlr) propose une solution simple et efficace pour régler le problème des paradis fiscaux : instituons la double transparence. Si toutes les banques sont obligées de déclarer tous les mouvements de capitaux, les sommes qui sont crédités sur les comptes de leurs clients comme celles qui sont débitées, l'évasion fiscale n'est plus possible et, en plus, on pourra s'attaquer au blanchiment de l'argent de la drogue et de la corruption. Personne n'a abordé ce sujet au G20.

Nicolas Sarkozy a redit la semaine dernière son hostilité à l'entrée de la Turquie dans l'Union. Partagez-vous son point de vue ?

Comme Angela Merkel, Sarkozy propose un partenariat privilégié. Ce n'est pas la bonne façon de répondre à la demande de la Turquie. En réalité, tant qu'on aura pas une vraie constitution on ne pourra pas plus intégrer ce pays que l'Ukraine. On a raté le coche lors de la réunification européenne. Avec le traité constitutionnel, on s'est tiré une balle dans le pied. Une constitution n'a pas à comprendre de volet économique. Ce sont les Britanniques et les commissaires qui nous l'ont imposé. Mais tout ça c'est le passé. En tout cas, tant que le fonctionnement institutionnel de l'Europe n'aura pas évolué, il ne sert à rien de parler de l'intégration de la Turquie. En revanche, ne serait-ce que par respect envers tous ceux qui, en Turquie, se battent au nom de l'Europe, pour la reconnaissance du génocide arménien, pour le respect des minorités kurde, etc. on ne peut pas rejeter de façon définitive l'idée de l'intégration qui, je le rappelle, est une promesse du chancelier Adenauer. Dans la lutte qu'on doit mener contre le terrorisme totalitaire des intégristes musulmans, il importe plus que tout de montrer qu'on ne se bat pas contre l'Islam. Or dire non aux Turcs, c'est dire non à l'Islam. De toute façon, avec ou sans la Turquie, la question de l'Islam européen se pose déjà. N'oublions pas que l'Union compte plus de citoyens européens musulmans que de Néerlandais. Laissons les négociations avec la Turquie se poursuivre. Il y en a pour une dizaine d'années. D'ailleurs si Sarkozy évoque ce sujet, c'est pour des raisons électoralistes. Cela lui permet de donner des signaux à l'extrême droite. On a pas à dire oui ou non aujourd'hui.

Mais, vous, qu'en pensez-vous ?

Le premier rêve européen fut le rêve du Rhin, le deuxième, le rêve de l'Oder et le que troisième sera le rêve du Bosphore. Et quand il se réalisera, Sarkozy ne sera plus président de la république, mais PDG d'Areva et ravi de vendre des centaines de centrales nucléaires à la Turquie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ca fait du bien de lire un article (une interview) politique qui traite rellemment du sujet (ici, l'Europe) et ne releve pas du Sarkozy-bashing. Merci Daniel Cohn-Bendit, vous elevez le niveau du debat en France !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
pourqoi dany le rouge se presente en france et non en allemagne ???????????????????
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
A chaque élection européenne, COHN BENDIT mise sur les nostalgiques de 68 pour voter et l'élire au parlement européen (les allemands ne s'intéressent guère à lui). Pendant 5 ans nous ne l'entendrons plus du tout en France. Au moins, le MODEM est en France en permanence.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
@sevebe : parce que, comme tout citoyen de l'union européenne, il a le droit de se présenter là où il le souhaite ! Et il a choisi de se présenter en France, comme en 1999, afin de faire augmenter le score des Verts français.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les Verts sont depuis longtemps partisans de réelles éléctions européennes, où les listes seraient composé de candidats de plusieurs pays. Lire à longueur de commentaires que Dany serait plus allemand que français est non seulement hors sujet, mais carrément déplacé. En quoi cela est-il choquant de voter pour un franco-allemand? Sevebe, nous ne sommes plus en guerre depuis plus de 60 ans et c'est tant mieux!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
D. Cohn-Bendit a du toupet de se présenter en défenseur de la reconnaissance du génocide arménien. Au PArlement européen, sous sa houlette, le groupe des Verts s'est fait le défenseur INCONDITIONNEL de la Turquie en Europe: exit Chypre, les kurdes, le génocide des Arméniens que M. Cohn-Bendit semble opportunément redécouvrir à la faveur des élections.Au PE, ce groupe est un ramassis de négationnistes.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Perso je suis contre l'entrée de l'UE dans la turquie, et j aimerais que des que possible on arrete les negociations qui nous apportent que des grosses factures rien de plus, on est la 14e economie du monde, dans dix ou quinze ans je pense que on sera dans les 5 premier, sincerement je ne desire pas payer la retraite de ses francais qui nous on toujours sourie devant et met le couteau derriere ! sarko lui je l'aime bien il dit haut et faut ce qu'il pense c grace à lui que les francais n'auront pas le dernier mot si y'a une entrée de l'ue en turquie. concernant si les turcs sont europeens ou pas ? je pense que ils le sont plus que chypre grec bulgare roumain ou autres... et la turquie ne demande rien à l'ue son adesion si y'a coutera quedal puiske on a deja payer pour avec l'union douaniere notre ticket les le tickets des 12 derniers rentrant, donc je dis simplement si sarkoman et super merkel sont fort qu'ils arretent de suite d'ouvrire des nouveaux chapitre et stop l'entrée de l'ue en turquie. le dire quand y'a des elections c'est une chose et le faire c autre chose non ? dites moi c quoi votre histoire de partenaire priviliégé ? on est deja partenaire non ? on est deja dans toute les institions europeens non ? on meme meme un des pays fondataire du conseil de l'europe non ? no la turquie n'est pas en europe ok pourkoi pas, et chypre une ile divisé suite à un coup d'etat des grecs est dans l'ue non ? depuis quand les critieres de copenague autorise l'entrée d'un pays divisé ? je pense que l'europe à plus besoin de la turquie que la turquie de l'europe, vous croyez que dans 10 ans les turcs voudront de l'union europeen ? alors je vous invites tous à voté no à l'entrée de l'europe en turquie et que l'on arrete les negoctions, que l'on arrete l'union douaniere (partenariat priviliée existant) que les structures europeens rentre chez eux, que l'on imposent à tout europeen un visa puiske nous on nous le demande, juska à allez chercher des informations 700 ans avant... lol et que on l'on coupe toute relation une fois pour toute ! et on vera apres qui avait besoin de qui ...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Mouai sauf que daniel cohn machin affirme des choses que les historiens non pas encore validé ... genocide pour lui et d'autres guerres pour nous, c'est comme si on disait genocide algeriens qui est le cas pour moi.
Les kurdes et problemes machin, y'en a depuis que sadam le satan marionette des anglos saxons gazifie des milliers de kurdes ( des armes fourni par les memes francais allemand etc..) alors ses milliers de kurdes se refugie ou ? en turquie, et l'europe qui promet et promet des aides bein rien, donc pas de boulot ils vont a la montagne prendre les armes et se revoltent, le probleme kurdes il dit c l'europe qui finance les terroristes du PKK, pour divisé le pays en quelques morceaux, creer une guerre, vendre des armes, puis reconstruire... le pays l'endetter juska la gorge et bien pire, j ai just un mot à dire que les donneurs de lecon se regarde bien devant une glace avant de nous donner des lecons. Alors lol NETTOIE BIEN DEVANT CHEZ TOI AVANT DE NOUS LE DEMANDER.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
"Tous ces soit-disant écolos ne parlent jamais du seul problème qui menace la planète : la surpopulation.
Comment faire vivre les 1O milliards de terriens prévus aux alentours de 2O5O, sans avoir recours à l'extension des surfaces cultivées, l'apport massif d'engrais et de pesticides dont la nocivité commence à se faire sentir.
Mais i
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
moi, la politic c'est du blabla! le roi ou l'empereur avec ses courtisans, les lobbys, industries forcement de masse, banquiers, faiseur d'argents en tous genres..lol! Et le peuple, une bande d'esclave sacrifier sur l'autel du productivisme. Consommer, consommer, et l'humain? Chrysler en faillite!?! ben, il se mette en liquidation pour liquider des dettes, se mettent avec fiat et boum, c'est l'un des plus gros groupe au monde! Bref, il retombe sur leur pied! De qui se moque t-on? Vous, l'individu vous vous endetter toute votre vie et faut rembourser! Beuark, il appelle cela la démocratie, vote pour moi et je t'encule!(excuser le mot, je n'en trouve pas de plus aproprier). Et on est tellement abruti par cette consommation, le travail, le besoin de nourir sa famille que l'on voit même pas que on a un petit pouvoir qui mis ensemble peut faire de gros dégât! Gandhi, inventer le concept(cousin de la grève) de non-coopération, aux moins sur la consommation, cela peut-être redoutable, grève du paiement de ses impots puisque ya la tva, plus consommer, en tout cas moins, etc..! Il y guère de temps, on a entendu parler de pollueur payeur! Mais votre vieux portable que vous avez acheter si chère à l'époque avec votre sueur, faut le donné gratos, par solidarité(mon cul!)pour la planète. Ceux qui marche sont REVENDUS en afrique! vos poubelles que l'on oblige à trier, donc travailler, gratos! les emballages que vous payer, vous rendez tout gratos! dissimuler sous la fibre de la solidarité, alors que l'on titille votre culpabiliter. Avec moi, ça ne marche pas! l'homme, l'hummanité est une! avec son environnement, elle est une, si l'ours polaire disparait, c'est l'homme qui est menacé! Donc ou en s'en sort tous, ou on crève, une grosse parti dans le meilleur des cas. Pollueur payeur! des gouvernant responsable, des dirigeants responsable, c'est pas trop demander!?! c'est comme cela quand italie les entreprises du nord fond appel à la mafia pour liquider leur déchet toxique! money, money, money! Et on voit bien le lien inextricable entre differente zone de pouvoir dans notre société! Le pouvoir, les lobbys, la mafia et la presse, 4ème pouvoirs pour manipuler les masses, tout y est!! Ce dont je parle, je ne l'ais pas appris à l'école de la république!lol!! il faut revenir à un niveau à taille humaine et ralentir le rythme de manière conséquente! quand à l'immigration des peuples, de quel droits les européens empêchent les autres personnes à trouver leur terre promise, ou ils pourront vivre en paix et prospérer! n'est-ce pas ce qu'ils ont fait aux amériques, en afrique du sud!! les européens sont des attardés aux mieux, et aux pires de la merde en premier lieu desquel je place mon pays, la france(normal, faut pas juger les autres, puis les suisses, puisque je connais, je vis juste à côté)et ces peut-être à cause de cela qu'ils sont si agressif avec les autres, ils font plus de gosse et on les foie, mais c'est la vie qui compte, les hommes les vrais en font parti, ceux-là s'en sortiront! Les indiens ont prédis que le bison reviendrait dans les plaines, si ce n'est de notre fait, c'est la vie et l'évolution qui fera les choses! à bon entendeur! si vous voulez de la démocratie cela commence devant sa porte, avec ses voisins et continue par ses actions (la maitrise de soi), si vous voulez changer le monde, changer vous même!! pas besoin de politique ou polititien pour cela! le productivisme nous fait vivre dans des ordures(pour les pauvres bien sûr, mais les pauvres sont ceux qui se croivent riches mais on le coeur mort!), puisque tout vieillis, mais avec l'artisannat, on peut réparer, et puis c'est plus solide! Franchement, si ce n'est pas de l'hypocrisie, pas besoin d'étudier pour voir cela!!!!!!! Tous ces gens de pouvoir, me fond gerber! le 11 septembre ces plus que l'amérique qui est touché, L'homme dans son intimité, la HAINE, voilà ce que notre mode de vie sucite!! alors tant qu'un polititien dit pas des choses comme ça et avec un programme qui tiens la route, pour moi, ce sont presque tous des chiens galeux, voilà tous le respect qu'il sucite en moi, désolé! si je suis de près europe écologie, c'est pour notre géronimo à nous bové, que Dieu le bénisse! Et vous voyez, on peut exporter du roquefort et avoir des boeufs ricains plus sains.. Trop de cons sur cette planète, bordel! même castro assure, école et soin gratos!! avec 50 ans d'embargo, respect!! Pendant qu l'on pleure avec notre crise de pipi de chat par rapport aux states, la france n'a pas l'impact des usa dans le monde, faut arrêter de planer, puis on est des suiveurs, par nos achats, les jeunes rappeurs c'est quoi? alors toujours critiquer les usa c'est comme cracher dans la soupe, le mieux est de bosser avec! de villepin sur l'irak, à chier! HONTE à la france!! au lieu d'aller ou ne pas aller en irak pour les bonnes raisons : la corruption de l'o.n.u. qui fait son business avec saddam pendant 15 ans d'embargo pendant que les iraqiens crèvent, la Vérité, ça c'est une bonne raison!! W. est ce qu'il est!! on le sait tous à travers le monde, mais c'est petite magouille c'est fini, maintenant , c'est autre chose, mais cette honte est terminé! Et Obama, met fin à guantanamo!! Donc l'amérique à des ressources insoupçonné, surement grace à sa taille, sa jeunesse, et son métissage, Bref, prennez.en de la graine! on travail avec les gens, pas contre eux! De plus, la france et l'outre mer, c'est quoi ce bordel!?! Pour commencer faut arrêter de dire que la france est le pays des droits de l'homme, ce n'est pas vrai! 1) Napoléon a remis l'esclavage après la révolution, 2)napoléon 3 à fabriquer des élections au méxique, pour faire croire à maximilien de habsbourg qu'il était désiré comme souverain las-bas! simplement parceque napoléon3 ne voulez pas respecter un contrat passer avec les usa (en guerre civile qui soutenait Juarèz contre les légionnaires français,) et d'autres nations européennes qui devait partir des amériques. On se sert de droit de l'autodétermination, le droit des peuples à disposer d'eux mêmes, pour les manoeuvrer et les grater, voler, spolier etc.. Sortant de l'esclage, ne sachant lire, écrire, et ayant peur du devenir que voulez vous que l'outre mer répondent quand on leur propose de rester et devenir département français! Aujourd'hui à haïti, les gens mangent des galettes de terre!! les départements métropolitains peuvent faire des affaires partout dans le monde, pourquoi pas l'outre-mer?? si la france se sert du droit des peuples à disposer d'eux-même pour rester aux amériques, pourquoi elle ne participe pas aux sommets des amériques car ces le seuls pays américano-européens! le canada a un 1er ministre! ya pas une terre, un pays aux amériques qui dépend de pays européens, à part la france, et la hollande avec st martin(mais c'est une autre histoire la présence hollandaise) Donc Elie DOMOTA à bien raison de boycotter la merde de sarko! En matière d'arrogance, la France n'a pas de leçon à donner à l'amérique, ni à personne d'ailleur!! à bon entendeur, vous voulez changer le monde! skipy972 est sur twitter, vous pourriez en apprendre plus! si je ne suis pas connecter, je vous invite à consulter les updates, près de 400 aujourd'hui.. salut!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Mais qui es tu toi pour jugé l'histoire ! c toi ki decide si y'a un genocide ou pas ? c à cause des gens comme toi que les turcs et armeniens n'arrivent pas à faire la paix, laisse les tranquil ! et occupe toi des genocides que toi et ton peuple on fait en afrique ! et garde le ou je pense ton ue et cie, l'europe et de toute facon c un fisako ki coulent..
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Donnez-moi une seule bonne action des verts à BRUXELLE !!!!!! on sait que les haricots poussent verticalement !!!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il faut vraiment avoir fumé, pour voter pour un Mec qui se vante de toucher les enfants que de charlatan a eu du succès grace a des fumeur d'herbe
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
ce type est dangeureux .il se pretant écolo ,c est du pipo .c est un bobo integriste et un ex rouge .il est tout simplement opportuniste et chasse aux verts pour exister avec en france la complicité de bougrain ,hulot,arthus et consort (y compris borlo)MOI JE VOTE LIBERTAS ET EN PLUS, AVEC PLAISIR.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Tout ce que l'on a toujours voulu savoir, sans jamais oser le demander, sur
le PROGRAMME ECONOMIQUE de François BAYROU :

Beaucoup s'interrogent sur l'absence de programme économique dans l'ouvrage récent de F. Bayrou "Abus de pouvoir". On trouve la réponse à cette question dans l'ouvrage parallèle "Sarkozy: l'erreur historique" que son mentor en économie Jean Peyrelevade, ancien PDG du Crédit Lyonnais, publia il y a peu chez le même éditeur (Plon,2008), avec moins d'éclats médiatiques.
Il n'est pas ininterressant, pour se faire une idée de ce programme, de citer les passages les plus saillants de l'auteur qui fut le compagnon de route de F. Bayrou lors de la campagne présidentielle, et préssenti comme futur responsable de la politique économique en cas de succés:

AVANT-PROPOS:
"Comment...ne pas approuver maintes réformes qui s'attaquent courageusement à des archaismes flagrants de la société française?"(p.8)
"Ainsi de la loi sur l'autonomie des universités...
Ainsi de la réforme des régimes spéciaux de retraite...
Ainsi de la modification de la carte judiciaire...
Ainsi de l'apparition de formes assouplies du contrat de travail...
Toutes ces belles actions, dont le citoyen se félicite, ne sont pas négligeables. Mais...: 23000 agents de l'état en moins au budget 2008, soit une diminution de un pour mille. Non pas beaucoup de bruit pour rien, mais beaucoup de bruit pour pas grand chose, du moins dans l'ordre des chiffres" (p.9)...
"Curieuse convergence de vocabulaire avec Ségolène Royal. La gauche fut longtemps incapable de changer en profondeur le pays...(p.14)

CHAPITRE 2 (Le pouvoir d'achat) :
"La promesse d'amélioration du pouvoir d'achat faite pendant la campagne électorale devient une injure aux citoyens si elle ne peut être tenue... Or, elle n'est pas près de l'être. Dans la répartition de la richesse nationale, les ménages ont reçu leur dû et même un peu mieux." (p.35)

CHAPITRE 3 (Le mal français) :
"Jean-Paul Fitoussi, économiste réputé de gauche mais écouté par le président de la République, déclare:
-La part des salaires a beaucoup trop baissé au cours des années 80.
Alain Minc ajoute son grain de sel en forme d'affirmation doublement erronée:
-Les entreprises font des profits importants et elles sont assez peu endettées. Elles ont donc tous les moyens d'investissements...
Il ne reste plus au général en chef, je veux dire Nicolas Sarkozy, qu'à dresser en impératif gouvernemental la synthèse de tant d'erreurs...lors de sa conférence de presse du début de l'année 2008:
- Les exonérations de charges seront conditionnées aux négociations salariales...Il faut rééquilibrer la répartition des conséquences du succés entre salariés et actionnaires-" (p.70)
"Quel malaise de voir Nicolas Sarkozy et Lionel Jospin professer les mêmes erreurs: démagogie de droite et démagogie de gauche, également ancrées, se rejoignent. A notre brillant duo, vient se joindre une voix féminine. Ségolène Royal interroge en ces termes les militants du parti socialiste:
- Il faut rééquilibrer le rapport de forces entre le travail et le capital par une mezilleure répartition du profit. Quels contre-pouvoirs dans l'entreprise?" (p.71)
"Faut-il préférer Bertrand Delanoé? Ce libéral anti-capitaliste vient d'ajouter sa voix à ce choeur dissonant: il réclame une taxation des revenus du capital et, comme Nicolas Sarkozy, une révision des exonérations consenties aux entreprises qui refuseraient des augmentations salariales. A quoi sert de changer nos dirigeants s'ils professent tous les mêmes inepties?" (p.72)

CHAPITRE 4: LES DEFICITS
" Le vieillissement de la population, conséquence de l'allongement de l'espérance de vie (un an gagné tous les quatre ans), fait peser un poids sans cesse accru sur les régimes d'assurance vieillesse et d'assurance maladie...: c'est aux bénéficiaires et à eux seuls de payer par leurs impôts et leurs cotisations les prestations qu'ils reçoivent. Les personnes physiques, les ménages, sont les seuls concernés, les seuls à être malades ou à prendre leur retraite. Que vient faire ici l'entreprise qui ne connaît pour elle-même ni droit à pension ni droit à assurance santé? Demander une contribution au système productif n'a comme sens que de masquer l'ampleur de l'effort nécessaire et comme seul effet de peser sur sa compétitivité." (p.103)
"A ma connaissance, nous sommes le seul pays développé au monde ou la définition des heures supplémentaires , leurs contingents et leurs rémunérations sont fixés par décision du législateur central...
Dès lors, un pouvoir politique nouvellement élu, d'inspiration prétendument libérale, prétendumment favorable à l'entreprise, prétendument décidé à restaurer la compétitivité de notre appareil productif, proclamant à juste titre que les 35 heures furent une faute gigantesque, ce pouvoir là serait passé à l'acte s'il avait été conséquent. Un article de loi de trois lignes aurait suffi à mettre fin à notre singularité:
- La durée effective du travail et sa rémunération relèvent d'accords contractuels entre employeurs et salariés. L'une et l'autre sont fixées par des accords de branche ou d'entreprise." (p.126-127)

CHAPITRE 6 ( D'où vient Jean Peyrelevade?) :
"L'équipe tout d'abord. En 1981, elle était dans les murs puisqu'elle formait une partie, la plus éminente par les responsabilités, du gouvernement lui-même. La vision macroéconomique ensuite...Pascal Lamy à Rivoli..., moi-même à Matignon servions de relais entre nos patrons politiques respectifs [Jacques Delors ministre des Finances, Pierre Mauroy Premier ministre]" (p.158-159)
"C'est ainsi que fut pris le virage de politique économique de Juin 1982, puis mars 1983, vers ce que Lionel Jospin, alors premier secrétaire du parti socialiste, crut bon d'appeler la parenthèse de la rigueur, commettant ainsi une erreur de forme et de fond... (p.151)
"Il y eut dans notre action, pour une part significative, comme une sorte de relicat de correction Barriste...Une hausse temporaire des prélèvements obligatoires sur les ménages fait partie intégrante de tout plan de redressement digne de ce nom (155-156):"
"De 1982 à 1984, le taux de croissance de l'économie française fut divisé par deux (de 2,4 à 1,2%)... Simultanément, en 1983 et 1984, le pouvoir d'achat des ménages subit une légère diminution (-0,1 puis -1,1%), ce qui était conforme à la politique suivie." (p.156-157)

CHAPITRE 7 (Les voies du redressement) :
"LIBERER LE TRAVAIL:
La première mesure consiste à libérer le travail...je veux dire le libérer vraiment en mettant fin aux trente cinq heures, sans avoir à payer pour cela des milliards d'euros d'argent public.
On a vu ce qu'était la solution: il suffit de renvoyer au dialogue contractuel entre partenaires sociaux les décisions relatives à la durée du travail et surtout à sa rémunération, point sur lequel Nicolas Sarkozy, tout à sa volonté de distribuer du pouvoir d'achat, demeure figé. Ne resteraient comme instruments centraux, interprofessionnels, à la main de l'exécutif et/ou du législateur, qu'une durée maximale du travail qui serait d'ordre public (aujourd'hui 48 heures par semaine en vertu d'une directive européenne) et le SMIC." (p.169)
"RETABLIR LES FINANCES PUBLIQUES:
L'objectif central est de déplacer de quelques points, trois à quatre, en faveur des entreprises et donc au détriment provisoire des ménages, le partage de la valeur ajoutée...
La remise en ordre de l'appareil productif passe nécessairement par un prélèvement sur le pouvoir d'achat des ménages (à nouveau, qui d'autre pourrait payer une telle opération?)... Année aprés année, avec une sorte de tranquillité opininiâtre, il convient de modifier à la marge la répartition de la valeur ajoutée, du PIB, de façon à en laisser une part un peu plus fournie aux entreprises, un peu moins grande aux ménages." (p.169-171)
"Si l'on entend vraiment déplacer des entreprises aux ménages un curseur de charges mal réglé, la hausse des taux de certains prélèvements est incontournable." (p.173)
"DIMINUER L'IMPÔT SUR LES SOCIETES:
On peut ainsi réver à une sorte d'utopie fiscale. Supposons que l'on réduise à rien l'impôt sur les sociétés qui est actuellement du tiers du bénéfice imposable. Les marges brute et nette de l'entreprise sont augmentées du montant de l'impôt supprimé." (p.179-180)
"Cette utopie permettrait de résoudre au passage l'énigme déjà rencontrée de l'arbitrage fiscal entre le travail et le capital. L'entreprise..., il s'agit, en tout état de cause d'une charge pour elle. Exonérons-la de toute taxation à ce titre et les revenus du capital, quelle qu'en soit la forme (loyers, intérêts, dividendes ou plus-values), devraient être soumis à des prélèvements fiscaux et sociaux identiques. Vaut-il mieux imposer les revenus du capital ou ceux du travail? L'arbitrage fiscal, à partir du moment où l'on n'y mêle plus les entreprises, exercé au sein de la catégorie des seuls ménages, prend alors tout son sens, économique et politique." (p.181-182)
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
réponse à sevebe: à ma connaissance, la France et l'Allemagne sont toutes deux en Europe. Je ne vois pas pourquoi un franco-allemand n'aurait pas le droit de se présenter dans l'une comme dans l'autre...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pour "Tête de turc" La reconnaissance du génocide arménien pour des citoyens ayant des grands parents qui ont vécu ce drame, suivent de très prés ces élections. Le premier Génocide du 20ième siècle qui a fait 1,5 Millions de morts n'est toujours pas reconnu publiquement par la Turquie. Hrant DINK, journaliste turc d'origine arménienne a été assassiné le 19 janvier 2007 à Istanbul, principalement parce que ce journaliste avait à c?ur de briser les tabous-notamment celui qui entourait le génocide de 1915-afin de pacifier les relations entre Turcs et Arméniens.
Enfin, je me permets de citer un article sur internet parlant des attaques contre les minorités religieuses (www.lasalle-po.org/Bulletin/Janvier2008/33-TU-ArticleCa.doc ) qui dit: "Certains journalistes comme Hakan Çalik, Oral Çal??lar, Hadi Uluengin, ont critiqué dans leurs articles le nombre croissant des attaques contre les minorités et les religieux chrétiens, donnant comme exemple le meurtre de don Andrea Santoro, à Trabzon, celui des trois missionnaires, à Malatya, et celui du journaliste H?rant Dink, à Istanbul, les attaques contre le Père Brunissen, à Samsun, et du Père Martin Kmetec, à Izmir, l?enlèvement du prêtre syrien Edip Daniel Savc?, à Mardin. Tous affirment que la situation des prêtres en Turquie est plus difficile et dangereuse que dans les pays comme l?Iran ou le Pakistan. Ils sont tous d?accord pour mettre un terme à la situation inacceptable des chrétiens, et rendent aussi les médias coupables de propager, continuellement, des informations fausses sur les chrétiens et de provoquer le peuple. Les journalistes appellent le gouvernement et les autorités turcs à faire leur devoir en prenant, tout de suite, des précautions dans ce domaine."
Pour ou contre la rentrée de la Turquie, la question suscite le débat. Personnellement, je pense que, aujourd?hui, la Turquie n'a pas sa place en Europe tant qu?elle ne met pas en place une démarche démocratique visant à la protection de ses ethnies et à une plus grande transparence vis à vis de son histoire.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La reconnaissance du génocide arménien pour des citoyens ayant des grands parents qui ont vécu ce drame, suivent de très prés ces élections. Le premier Génocide du 20ième siècle qui a fait 1,5 Millions de morts n'est toujours pas reconnu publiquement par la Turquie. Hrant DINK, journaliste turc d'origine arménienne a été assassiné le 19 janvier 2007 à Istanbul, principalement parce que ce journaliste avait à c?ur de briser les tabous-notamment celui qui entourait le génocide de 1915-afin de pacifier les relations entre Turcs et Arméniens.
Enfin, je me permets de citer un article sur internet parlant des attaques contre les minorités religieuses (www.lasalle-po.org/Bulletin/Janvier2008/33-TU-ArticleCa.doc ) qui dit: "Certains journalistes comme Hakan Çalik, Oral Çal??lar, Hadi Uluengin, ont critiqué dans leurs articles le nombre croissant des attaques contre les minorités et les religieux chrétiens, donnant comme exemple le meurtre de don Andrea Santoro, à Trabzon, celui des trois missionnaires, à Malatya, et celui du journaliste H?rant Dink, à Istanbul, les attaques contre le Père Brunissen, à Samsun, et du Père Martin Kmetec, à Izmir, l?enlèvement du prêtre syrien Edip Daniel Savc?, à Mardin. Tous affirment que la situation des prêtres en Turquie est plus difficile et dangereuse que dans les pays comme l?Iran ou le Pakistan. Ils sont tous d?accord pour mettre un terme à la situation inacceptable des chrétiens, et rendent aussi les médias coupables de propager, continuellement, des informations fausses sur les chrétiens et de provoquer le peuple. Les journalistes appellent le gouvernement et les autorités turcs à faire leur devoir en prenant, tout de suite, des précautions dans ce domaine."
Pour ou contre la rentrée de la Turquie, la question suscite le débat. Personnellement, je pense que, aujourd?hui, la Turquie n'a pas sa place en Europe tant qu?elle ne met pas en place une démarche démocratique visant à la protection de ses ethnies et à une plus grande transparence vis à vis de son histoire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :