Une rentrée politique entre union à droite et dispersion à gauche

 |   |  701  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le coup d'envoi de la rentrée est donné par les Verts, qui sortent renforcés par leur score aux européennes. Le PS, de son côté, va tenter de mettre de l'ordre dans ses rangs tandis que la droite convoque un parti plus élargi.

Fin des vacances pour les politiques. Tous les partis prennent le chemin de la rentrée dans des atmosphères plus ou moins positives.

Le premier à réunir ses troupes est Daniel Cohn-Bendit. Le leader d'Europe-Ecologie lance ce jeudi à Nîmes ses trois "journées d'été". Plus de 2.000 militants sont attendus. Dans une dynamique de rassemblement, les Verts fêteront leur vingt-cinq ans d'existence et prépareront la conférence de Copenhague sur les changements climatiques de décembre. Mais cette réunion tentera avant tout d'accoucher d'une ligne directrice pour les régionales de 2010. Très unis, les Verts comptent rebondir sur leur succès aux européennes de juin où leur score de 16,28% leur avait permis de faire presque jeu égal avec le PS. Il s'agira de "continuer en mieux, aux régionales et voir plus loin aussi", selon la patronne des Verts, Cécile Duflot. Ces derniers comptent présenter des listes autonomes dans les vingt-deux régions. Une alliance avec le PS n'est pas exclue : "avec le PS, c'est la stratégie de l'honnêteté. On va discuter avec eux sur le fond et on verra s'ils bougent ", explique Cécile Duflot dans les colonnes de Libération ce jeudi.

Le PS, justement, tentera de serrer les rangs pour discuter des régionales et des présidentielles de 2012. Après le "clash" entre Manuel Vals et Martine Aubry en juillet dernier, la première secrétaire du parti aura fort à faire lors de l'université d'été de la Rochelle qui se tiendra du 28 au 30 août. Alors qu'Emmanuel Morel, chargé de l'organisation de l'événement, parle de la Rochelle comme de "la rentrée politique officielle de tous les socialistes", deux réunions parallèles laissent croire le contraire. La première est celle de Vincent Peillon qui se tiendra à Marseille les 21 et 22 août. Contrairement à La Rochelle qui s'ouvre uniquement aux militants de l'ex-gauche plurielle, ses ateliers de "l'espoirs à gauche" inviteront le Modem avec Marielle de Sarnez, bras droit de François Bayrou. La question des alliances est justement l'un des motifs de clivage au sein du parti.

De son côté, Arnaud Montebourg lancera ce dimanche la "fête de la rose" à Frangy-en-Bresse, en Saône-et-Loire, avec pour invité d'honneur le porte-parole du PS, Benoît Hamon. Arnaud Montebourg menace d'ailleurs de quitter le parti si son idée pour une primaire ouverte en 2012 n'est pas appliquée. Les 27 et 28, il animera à ce sujet un "séminaire de la rénovation" à Jarnac (Charente).

Mais Arnaud Montebourg n'est pas le seul à mettre la pression sur Martine Aubry. Pierre Moscovici compte profiter de la réunion de La Rochelle pour présenter son calendrier de travail visant à mettre fin à la "fragmentation" du parti. Manuel Valls, lui, a tout simplement décidé de ne pas se rendre à la Rochelle.

A droite, l'UMP veut donner l'image d'un parti qui bouge lors des campus des "Jeunes Populaires" qui se dérouleront du 4 au 6 septembre à Seignosse dans les Landes. Philippe de Villiers (Mouvement pour la France) et Frédéric Nihous, président de Chasse, Pêche, Nature et Traditions, font donc officiellement partie des troupes. Une ouverture à droite voulue par Nicolas Sarkozy pour les régionales de 2010. Mais une ouverture qui sème une brèche dans l'unité du parti. Jean-Marie Bockel, transfuge du PS en 2007, s'attend à un "tangage" tandis que Christine Boutin s'inquiète "du mélange de l'eau et du feu". Au même moment, Eric Besson, qui vient lui aussi du PS, évoque un accord qui n'est  "pas choquant" mais "tactiquement bien joué". Le chef de l'Etat tentera de calmer les esprits lors du premier conseil de ministres de la rentrée, le 25 août.

Enfin, le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) d'Olivier Besancenot s'installera ce dimanche et jusqu'à mercredi à Port Leucate (Aude) pour une université d'été baptisée "Un monde en crise". Les communistes ont rendez-vous au Vieux-Boucau (Landes) du 28 au 30 août, en même temps que le PS. Le MoDem se réunira le même jour que l'UMP à La Grande Motte (Hérault). L'heure sera à la mise au point pour François Bayrou après son petit score des européennes (8,4%).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
C'est plus la gauche, c'est le club Mickey.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
la gauche est en déliquescence, ca tout le monde s'en rend bien compte - mais du coté de l'UMP, on est surpris de constater a quel point le parti est incapable de choisir les meilleurs pour occuper des ministères stratégiques comme l'industrie, les PME, l'economie etc... N'Y A T-IL vraimant personne qui soit expérimenté dans l'économie réelle ? l'UMP n'a t-elle que des AMATEURS ou des CARRIERISTES MOUS pour préparer l'avenir du Pays ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La rentrée est ce quelle est - il faut arrêter les MISES EN SCENES INUTILES et CONTRE PRODUCTIVES - Xavier BERTRAND et Luc CHATEL EN TROP ABUSé, la FICELLE EST TROP GROSSE CES 2 LA DOIVENT ETRE MIS EN MARGE, peut être même devraient ils être renvoyés dans l'economie réelle. Pour ESTROSI et SURTOUT POUR NOVELLI qui accompagnait Luc CHATEL, c'est PAREIL, même motif, MEME DECISION qu'ils retournent dans la vie réelle, LE CINEMA POLITIQUE c'est un autre métier, ils ne sont pas fait pour cela, ILS GAFFENT TROP et TROP SOUVENT pour de l'INUTILE.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
la vie politique est un long fleuve tranquille comme les saisons !
revoilà l'automne, et revoilà nos personnages politiques, tous aussi cocasses et grotesques qu'inutiles, toute tendance confondues .
pardon pour cette vision réductrice, hélas l'échiquier politique français est bien triste et sans grand intérêt.
il suffit de s'absenter un peu à l'étranger puis revenir en France pour s'apercevoir que rien ne change, surtout pas eux !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ce jour, dans la dernière livraison du Journal papier l'article de Patrick COQUIDE intitulé: Le PS aborde la rentrée en se déchirant et plus précisément dans le cartouche à chacun sa réunion de rentrée il manque, mais unz fois n'est pas coutume!, l'Université d'été du Parti Radical de Gauche qui se tiendra cete année du 4 au 6 septembre à La Rochelle, où comme chaque année: comme à Val Louron, Ramatuelle,Arles etc des milliers d'adhérents, militants, élus de proximité se retrouveront pour aborder cette rentrée politique qui s'annonce importante à quelques mois des élections régionales.Certes le PRG n'est pas très médiatique mais sur le terrain et sur tout le territoire il compte de nombreux élus loyaux qui font souvent un travail remarquable et apprécié.En ce qui me concerne j'anime un Cercle local dans lequel je compte outre mon épouse Maire d'une commune rurale et Conseillère Générale de son Canton (abonnée à votre excellent Journal), une conseillère municipale de notre Chef lieu d'arrondissement ainsi que plusieurs anciens adjoints dont un Maire-Honoraire ainsi qu'un certain nombre de responsables d'associations. Cercle qui organise régulièrement des "Cafés citoyens". Tout ceci sur un petit territoire et cela existe dans l'ensemble du Pays.Il me semble légitime de parler de l'Université d'1 Parti qui joue pleinement son rôle dans le Pays et qui, loyal à la Gauche, veut que cette dernière se dépasse elle-même pour définir les voies et les moyens de reprendre la main en 2012. Merci d'en parler et d'en rendre compte et de briser pour une fois l'ostracisme que nous subissons, le plus clair du temps, par les médias.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
mr le journaliste, ce n'est pas un scoop si de villiers et nihous font l'union avec l' ump.
ces deux là ont toujours soutenu la droite en sous marins .
je lis par ci par là des sondages qui donnent 45 % d'opinions favorables à sarkozy, aux européennes, son parti a obtenu les votes de 11 % des inscrits...
l'union officielle de tous ces partis aura pour résultat de les mettre tous dans le mème sac.
quant au PS ,au pouvoir il ne ferait guère mieux car la politique générale se décide à bruxelles et ils le savent bien, puisqu'il ne peuvent proposer d'alternative,d'ou ses difficultés internes.
le traité de lisbonne a achevé toute idée de changement !!
l'europe entière est prisonnière d'un modèle de société imposé (le mot est faible).
contre la volonté des peuples ,la haute finance et les grands patronats utilisent leurs valets et sbires politiques ripoux ,corrompus ,pour arriver à ses fins...

.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
à mr DORIVAL ,
j'ai longtemps cru, moi aussi à la "loyauté" du PRG ,jusqu'à ce que j'apprenne :
1) qu'il a voté comme un seul homme la modification de la constitution , alors que c'était une occasion en or de mettre une gifle magistrale à un président qui se conduit comme un voyou .
2 ) que le député paul giacobbi ,'(de haute corse), élu avec des voix de gauche farouchement opposées à sarkozy ,va incessament etre nommé ministre ou secrétaire d'état du pire président qu'ait connu la France.
souffrez que je sois très en colère car je suis sur que ce monsieur, élu avec nos voix ,n'aura mème pas l'élégance de ses démettre d'un mandat usurpé .
je souhaite ,pour vous et pour la politique en général que votre épouse résiste à ces tentations de débauchage.
cordialement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :