Rentrée chargée pour le gouvernement

 |   |  637  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le président de la République réunira ce mardi le premier Conseil des ministres depuis les vacances. Plusieurs dossiers urgents sont prévus au programme de septembre.

Nicolas Sarkozy fait son grand retour ce mardi, à Paris. Malgré son malaise vagal en juillet dernier, le président de la République a activement préparé la rentrée de son gouvernement. Et pour cause: une montagne de dossiers brûlants attend le chef de l'Etat et ses ministres.

En tête des priorités, la taxe carbone. Bercy tente d'inscrire la contribution climat-energie dans le projet de budget 2010. Un budget qu'Eric Woerth doit présenter fin septembre. Le sujet fait polémique jusque dans les rangées de la majorité. Le prix de 32 euros la tonne de CO2 est jugé excessif et la compensation prévue pour les ménages n'est pas encore determinée.

Autre sujet de taille: définir les priorités du grand emprunt national qui doit être lancé début 2010. Alain Juppé et Michel Rocard seront mobilisés pour mener des auditions. La première réunion de la Commission de réflexion que le grand emprunt, présidée par les deux anciens premier ministres, aura lieu ce mercredi. Xavier Darcos recevra, lui, les représentants syndicaux. Le gouvernement tentera  de limiter le nombre de projets à une dizaine maiximum.

Le président de la République lancera également le suivi des réformes en cours, notamment celles concernant l'emploi. Laurent Wauquiez s'attend à une forte hausse du chômage en septembre et les syndicats annoncent une rentrée très tendue. Le ministre de l'Emploi se fixe d'ors-et-déjà trois objectifs pour Pôle Emploi: supprimer les retards dans les traitements des demandes d'indemnisations, relancer les démarchage des offres d'emploi en entreprises et enfin, améliorer le service rendu aux utilisateurs.

Du côté des entreprises, la suppression de la taxe professionnelle mobilisera Matignon qui doit rendre son arbitrage à la fin du mois d'août. Le sujet est sensible car il entraînerait un allégement des charges fiscales de près de 5 milliards d'euros pour les sociétés. La question de la réallocation des impôts locaux entre communes, départements et régions risque de créer de vives polémiques.

Autre sujet très sensible pour le gouvernement : le partage de la valeur ajoutée dans l'entreprise. Des discussions entre syndicats et patronat sont prévues à la rentrée. Elles porteront sur la gouvernance d'entreprise et le développement des outils d'intéressements et de participation pour les salariés. Le gouvernement attendait les conclusions sur le sujet le 15 juillet mais le dossier n'a toujours pas avancé...

Enfin, la question de la retraite des mères est également inscrite à l'agenda. Xavier Darcos doit recevoir le président de la Caisse nationale d'assurance vieillesse, point de départ des consultations visant à trouver un consensus sur la majoration accordée aux mères de famille. Le ministre du travail s'est donné jusqu'au 30 septembre pour tenter de trouver un accord permettant aux pères de bénéficier du même avantage.

Avant cela, Nicolas Sarkozy rencontrera les banquiers ce mardi pour tenter de désamorcer la question des bonus des traders. Dans le courant de la semaine, le président nommera deux nouveaux secrétaires d'Etat. Il devrait s'agir du député radical de gauche Paul Giacobbi au poste de secrétaire d'Etat à la fonction publique, et du porte-parole de l'UMP Frédéric Lefebvre, à la consommation. Ces nominations, prévues fin août, ont finalement été repoussées à la rentrée.

Le chef de l'Etat devrait ensuite retourner au Cap Nègre le week-end prochain avant un déplacement à Berlin lundi 31 août. Les 7 et 8 septembre il sera en déplacement au Brésil.

Dans cet agenda chargé, le chef d'Etat n'oublie pas d'organiser les régionales de 2010. Les ralliements de Philippe de Villiers et Frédéric Nihous n'étaient que la première étape.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Monsieur le Président Sarkosi, IL EST TEMPS, les FRANCAIS SONT PRETS A VOTER POUR UN REFERENDUM qui AURAIT POUR SEUL BUR DE REDUIRE LE NOMBRE DE PARLEMENTAIRES et de COUPER EN DEUX LEUR COUT - voila Monsieur le Président SARKOZI, reduire de moitié nos 2 assemblées CA SERA DEJA BIEN SUFFISANT, si vous voulez proposer d'en SUPPRIMER 75 % vous TROUVERE ENCORE BEAUCOUP d'ELECTEURS D'ACORD, y compris à l'UMP
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La France doit être capable de faire AUSSI BIEN que les AMERICAINS, OBAMA et son administration - EUX ILS N'ONT PAS HESITé à mettre LA SUISSE A GENOUX dans l'AFFAIRE de l'UBS et un des dirigeants d'UBS A éTé CONDAMNé - Alors nos politicards doivent SE METTRE AU MOINS AU MEME NIVEAU et même faire MIEUX, JETER EN PRISON LES FINANCIERS VOYOUS pour bien leur montrer la VOIE DE LA VERTUE ECONOMIQUE -
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Prenez un déficit recod d'un côté et : 2 milliards de cadeau fiscaux aux restaurateur, le bouclier fiscal (qui ne bénéficie qu'à une infime minorité), la privatisation des autoroutes, l'arrêt de la taxe pro, ... + un emprunt d'état qui va coûter des milliards (comme la plus part des précédents emprunts) de l'autre ... BREF ... commed'habitude ce sont les classes moyennes qui vont payer !!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Franchement Monsieur le Premier Ministre, vous n'allez pas continuer avec une équipe BANCALE comme celle que vous avez à SUPPORTER ? l'UMP est REMPLIE DE COMPETENCES EN SOMEIL ! ! ! allons récupérez les meilleurs - CHANGEZ les ministres amateurs et touristes, DANS UN PREMIER TEMPS ET DE FACON URGENTE, changez REVOQUEZ le touriste Christian ESTROSI, l'amateur Hervé NOVELLI, l'adolescent Laurent WAUQUIEZ, le fantaisite Patrick DEVEDJIAN, le scenariste Luc CHATEL, ( Si le Président SARKOZI veut le garder comme porte paroles pourquoi pas ! ), et puis il y a du travail pour Alain Juppé et Michel Rocard qu'il est urgent d'ENVOYER EN MISSION longue durée, 1 an par exemple, EN aFGANISTAN pour former les élites Afganes.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Dans mon entreprise, lorsque la personne n'est plus apte à un poste ( malaise;... ), la direction lui propose une poste mieux adapté ou un licenciement à l'amiable. Alors si les fonctions de 1er fonctionnaire ne conviennent pas ...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Nicolas, nous sommes tous derrière toi
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
tout à fait d'accord avec la proposition de diminution du nombre de parlementaires (j'entends déjà les cris d'orfraie des intéressés ; "démagogie, antiparlementarisme primaire etc ...etc...) tout cela pour ne pas reconnaitre qu'il n'y a aucun argument valable à opposer à cette proposition.En tous les cas , si quelqu'un veut lancer une pétition à signer à ce sujet , je suis pret à la signer , et je pense que nous serons nombreux !!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Finies les vacances ! Les clowns et les bouffons, en piste pour nous refaire vos numéros mais ne cherchez plus dans nos poches ! Elles sont vides !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il faudrait commpencer par changer de 1 er ministe. Il ne sert strictement à rien et il coute cher à l'état c'est-à-dire nos impôts.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Alors que la rentrée social s'annonce chargée, il est urgent de recentrer les membres du gouvernement à gauche pour couper l'herbe sous le pied des prétendants à une grande coalition de gauche en préparation des prochaine élections régionales.Le parti socialiste est loin d'être abattu même s'il ne sait pas encore profité de l'énorme opportunité politique que l'inactivité économique lui sert actuellement sur un plateau d'argent.
Ce qui manque au gouvernement, ce sont de jeunes politiques à l'image de Rama Yadé, bien qu'incompétente dans les jeux de pouvoir, elle a su cultiver une image dynamique auprès des français.
La politique du premier ministre est à l'image de l'homme, relativement en retrait sur le plan médiatique mais entreprenant un travail de fond qui portera ses fruits dans un futur proche alors que les lois liberticides sont en constantes augmentation.
Nicolas Sarkozy, habitué des coups de théâtre pour redorer son image médiatique, à besoin de se sentir soutenu dans son élan pour accomplir somme toute de faibles choses. Comme il est encore président pour quelques années au moins, il serait temps pour lui de donner le coup d'envoi à une politique de grand travaux sur le plan national permettant ainsi de dynamiser l'activité économique et industrielle du pays. L'année dernière était pour l'extérieur, cette année lui et son premier ministre devront se concentrer sur l'état du pays, et les meilleurs parlementaires seront là pour l'y aider. Les rénovations retardées ont suffisamment attendues, il est temps de débloquer les budgets pour tous projets profitables.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
JE REDUIT MA CONSO (des ménages) pour compenser CHAQUE TAXE ou CHAQUE AUGMENTATION d'IMPOT que l'ETAT nous impose. Ce qu'il va gagner d'un côté, il le perdra de l'autre (TVA, Emploi...), FAITES EN AUTANT ....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ouverture à gauche, et même à l'extrème gauche et aux soixante huitard comme Roland Castro, politique économique planifiée et pénalisée lors des profits.? Au secours ...Nicolas Sarkozy est devenu Socialiste!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
changer de gouvernement= pour quoi faire ? on en prend d'autres, qui feront la même chose ou à peu près ! faisons l'économie d'un tel changement donc car les élections ça coute de l'argent et c'est aussi nous qui payons !!
par contre, tailler dans la masse des élus-députés comme sénateurs et élus régionaux- çà oui, car là il y a des économies à faire (voir les indemnités d'un parlementaire et sa retraite garantie): franchement ce serait un sacré coup politique salutaire: car à quoi servent ces gens là ? leur utilité sociale est inversion proportionnelle à leur cout et leur pouvoir de nuisance.
nous avons besoin d'entrepreneurs en France, pas d'hommes politiques aboyeurs et empecheurs d'avancer.
pauvre pays, où vas-tu ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
le grand bazar repart , taxes a gogo , penaliser les futures retraitées , penaliser les consommateurs via la taxe carbone , un emprunt national qui va encore couter tres cher pour des choses discutables , haro sur les traders francais qui paient des impots sur le revenu et isf , en les penalisant l'etat perd des millions aussi , comme quoi la demagogie rapporte aussi peu qu'elle fait jaser , continuons comme celà on est bien parti pour ressembler a l'urss , aller encore un pas et on y est

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :