Affaire Clearstream : Michèle Alliot-Marie prête à témoigner

Michèle Alliot-Marie, aujourd'hui ministre de la justice, veut se présenter devant les juges. Alors ministre de la Défense, c'est elle qui a diligenté la première enquête sur les listings falsifiés, celle du général Rondot.

2 mn

La ministre de la Justice Michèle Alliot-Marie (MAM) est « à la disposition des juges » pour témoigner au procès Clearstream qui va débuter le 21 septembre devant le tribunal correctionnel de Paris. « Je veux connaître la vérité », a-t-elle expliqué, sur Europe 1, ce mercredi 2 septembre. Elle a aussi rappelé qu'elle avait été une « victime potentielle » à travers son compagnon le député UMP Patrick Ollier, dont le nom avait été cité.

Toutefois, ce dernier ne peut plus être aujourd'hui rangé dans le camps des victimes. Initialement partie civile au procès, celui qui est aujourd'hui président de la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale a retiré sa plainte.

La déclaration de MAM suscite de plus une première question, assez amusante. Michèle Alliot-Marie est aujourd'hui ministre de la Justice. A ce titre, elle est la supérieure hiérarchique du parquet, donc du procureur de la République de Paris, Jean-Claude Marin, qui va requérir dans ce procès.

Plus grave, Michèle Alliot-Marie n'est pas seulement une "victime potentielle" de cette ténébreuse affaire. Elle est également celle qui connaît le mieux le dossier. Alors ministre de la Défense, c'est elle qui avait demandé au général Rondot, son Conseiller pour le renseignement et les opérations spéciales, une enquête sur les listings dans lesquels été cité un conseiller proche de la ministre, Alexandre Jevakoff, et un haut fonctionnaire de la DGA, la délégation générale pour l'armement du ministère de la défense.

Ces deux hommes, comme tant d'autres personnalités, étaient accusés de détenir des comptes secrets auprès de la chambre de compensation Clearstream alimentés par le trafic d'armes et de drogue. La ministre avait alors été entendue par les juges d'instruction d'Huy et Pons, enquêtant sur l'affaire.

Suivez toute l'actualité du procès Clearstream sur latribune.fr

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Et Madame Alliot Marie est à présent Ministre du premier Président de la 5éme à se présenter comme partie civile. Alors puisque tout ceci est au grand jour de la Société Civile. Allons-y de nos commentaires et posons-nous les questions qui fâchent....

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
elle peut aussi expliquer pourqquoi la france a prefere paye 1.5 milliards d'amende pour ne pas avoir livrer les noms des beneficiaires des vente des navettes a taiwan?

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
TRES INTERESSANT CE CAS! vraiment très intéresant. M.A.M. est "Chiracquienne"....comme Dominique de Villepin. Ce n'est un secret pour personne que ces deux là (et d'autres d'ailleurs) ont très peu de sympathie pour le Président. De quel coté M.A.M va...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Il me plait aussi ce scénario.Mais au fait qui a porté plainte?Ah!oui c'est vrai!C'est celui qui dit qu'il n'avait pas de compte chez CLERSTREAM,mais alors c'est un non evenement!Donc les autres noms sont réels,ceux la avaient un compte!Quisont-ils?D...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Une ex-ministre de la Défense qui se défend devrait pouvoir s'en sortir.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
les chiffres officiels sont sortis. Très nette augmentation de la criminalité et des agressions aux personnes. Or quand Madame Michèle alliot Marie était en charge du ministère de l'intérieur, elle a certes brillé par son très grand immobilisme (atti...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.