Charasse et Migaud cèdent aux sirènes de l'ouverture

Les deux parlementaires ont été nommés ce mardi à des postes clés par Nicolas Sarkozy. Le sénateur Michel Charasse, ex-ministre du budget de François Mitterrand, rejoint le Conseil constitutionnel. Le Président socialiste de la commission des Finances à l'Assemblée, Didier Migaud, succède à Philippe Séguin à la tête de la Cour des comptes.

Nicolas Sarkozy peut se frotter les mains. Le chef de l'Etat a réussi un joli coup politique en convainquant deux personnalités de gauche à accepter des postes clés de la République. Au député socialiste de l'Isère Didier Migaud, il a confié par décret ce mardi les rênes de la Cour des comptes.

Au sénateur du Puy-de-Dôme, Michel Charasse, il a offert un siège au Conseil constitutionnel. Cette nomination sera rendue officielle ce mercredi, mais l'ancien ministre du Budget de François MItterrand a confirmé la nouvelle. Le seul obstacle à sa nomination a en effet avoir été levé. Le président du Sénat, Gérard Larcher, souhaitait en effet lui aussi désigner un membre de la Haute Assemblée, l'alsacien Hubert Haenel. Il a donc fallu rompre avec la tradition, qui veut qu'on ne nomme pas, la même année, plus d'un sénateur au Conseil Constitutionnel.

De son côté, le président de l'Assemblée Nationale a choisi le centriste Jacques Barrot qui n'a pas été reconduit dans la commission Barroso II.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 26/02/2010 à 7:14
Signaler
L'audition de Michel CHARASSE par le SENAT m'a choqué: on eut pu lui demander s'il remplissait le critère d'intégrité. A-t'il eu des démêlés avec le FISC pour dissimulation? A-t'il employé du personnel de maison "au noir"? A-t'il favorisé des pratiqu...

à écrit le 24/02/2010 à 18:51
Signaler
Sarko n'a aucune main à se frotter; il ne "prend" que les "socialistes" qui ont déclaré avoir voté pour lui !!! Qui pourrait donc croire que les Lang/Kouchner/Charasse/ et autres sont socialistes... Des enfants de choeur, peut être... Quant à vouloir...

à écrit le 24/02/2010 à 12:12
Signaler
Au point où nous en sommes, maintenant il faut voter à gauche, c'est plus clair !

à écrit le 24/02/2010 à 10:11
Signaler
Migaud est une parlementaire d'une grande qualite aussi bien reconnue a gauche qu'a droite. Le recrutement des meilleurs pour les postes a responsabilite c'est ce qu'avait promis le president, il le fait, c'est tres simple. Quand a Charasse c'est un ...

à écrit le 24/02/2010 à 8:48
Signaler
Les "partis" de leur "Parti. Quand une bonne planque, bien rémunérée, avec tous les privilèges qui s'y attachent, est proposée, il faut comprendre. C'est le meilleur parti, et honni qui mal y pense. Tous partis confondus, ils étaient tous d'accord, q...

à écrit le 24/02/2010 à 7:47
Signaler
Magouille de droite,Magouille de gauche,MAGOUILLE QUAND MEME. Les socialistes ne portent que le nom.Quand la cour des comptes avait soulevé le train de vie de l'Elysée, du sénat, du ministére Kouchner,des voitures de fonction, en gros,DES PRI...

à écrit le 24/02/2010 à 7:22
Signaler
Ce n'est pas de l'ouverture. C'est surtout le conseil constitutionnel qui va virer à gauche. Quant à Barrot on ne pouvait pas rever pire que celui qui s'excusait à la TV devant un autre commissaire que la France aie voté non à la constitution europée...

à écrit le 24/02/2010 à 7:03
Signaler
Michel CHARASSE a été exclu du parti socialiste en 2008; carrière de fonctionnaire; conservera-t'il ses avantages avec ceux de sénateur, maire etc? A rétabli l'ISF (cet impôt imbécile!).

à écrit le 23/02/2010 à 16:55
Signaler
Charasse ne fait que remplacer Joxe qui est partant

à écrit le 23/02/2010 à 16:28
Signaler
Bravo pour le choix de Charras et Migaud ,2 personnes qui peuvent contribuer à l'avancée des problèmes avec intelligence . J Barrot par contre c'est une vraie cata . Il ne va pas relever l'atmosphère musée Grévin du conseil constitutionnel . Vont p...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.