Défaite aux régionales, remaniement, taxe carbone : Nicolas Sarkozy doit s'expliquer aujourd'hui

 |   |  325  mots
S'il doit indirectement s'adresser aux Français, c'est d'abord à son propre camp qu'il doit parler pour le remotiver en vue de la présidentielle de 2012 qui sera précédé d'élections sénatoriales pour la première fois à risque pour la majorité.

Rarement le verbe présidentiel aura été aussi attendu. Nicolas Sarkozy doit en effet s'exprimer ce mercredi après le conseil des ministres. Son programme est chargé : retour sur l'échec de son camp aux élections régionales, explications sur le remaniement ministériel et l'arrivée en son sein de chiraquiens (Baroin) et de villepinistes (Tron), clarifications sur ses projets de réforme et leur rythme : abandon ou non de la taxe carbone, retraites..., analyse sur le mouvement social d'hier qui a connu beaucoup de manifestants mais peu de perturbations sauf à l'Education nationale...

S'il doit indirectement s'adresser aux Français, c'est d'abord à son propre camp qu'il doit parler pour le remotiver en vue de la présidentielle de 2012 qui sera précédé d'élections sénatoriales pour la première fois à risque pour la majorité.

Le Chef de l'Etat doit aussi tenter de redresser sa propre cote, au plus bas dans les sondages. Interrogés sur les personnalités qu'ils préfèrent, les Français plébiscitent ainsi François Fillon mais placent également Martine Aubry devant le chef de l'Etat, selon le tableau de bord Ifop pour Paris Match. A la question: entre le Premier ministre et le chef de l'Etat, "quelle personnalité préférez-vous?", 65% des sondés répondent François Fillon et 29% citent Nicolas Sarkozy. "Avec François Fillon, la droite s'est trouvé un leader de remplacement", note l'institut de sondage. "Sa victoire est absolue: 36 points d'avance dans l'ensemble de l'opinion grâce à l'anti-sarkozysme". En mai 2008, date du dernier test de personnalités réalisé par l'Ifop, l'écart entre les deux hommes était de six points. Dans le cas d'un face-à-face entre Nicolas Sarkozy et Martine Aubry, le premier secrétaire du Parti socialiste obtient 52% contre 45% pour le président de la République. "Ces sept points d'avance sont à comparer avec les 19 que la gauche possède sur l'UMP aux régionales de dimanche", souligne l'Ifop.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/03/2010 à 6:53 :
pathetique vu le taux d'abstention , on cree de nouveaux ministres , a l'heure ou l'on doit se serrer la ceinture on liquide des fonctionnaires et on embauche des ministres c'est du n'importe quoi sauf a faire les fonds de tiroirs de l'ump pour rassurer sa base qu'il a raison de ne pas changer comme disait un celebre chanteur , plus dur sera la fin de mandat avec une dette collosale , des impots nouveaux avec des taxes et retaxes et reretaxes , finalement l'inquietude des français c'est porté sur l'opposition et l'abstention voir les extremes , car face au chomage on est demunis , que dire des entreprises qui surnagent dans cette crise sans precedent et donc les marges diminuent a toute vitesse , l'immobilisme actuel est inquietant alors toujours les incantations sur les retraites et la burqua , vaste programme de reformes de fond , quand a l'europe , on a evite la crise avec la grece mais on risque de tout casser pour la PAC , c'est pas serieux et celà tient du guignol de grande pompes , on est passé du ridicule au tragique
a écrit le 24/03/2010 à 11:08 :
@ Cromagnon,
Il me semble que nous avons elus les conseils regionaux et les sortants ont ete reelus. De la meme facon nous avons elus M. Sarkozy en 2007 pour cinq ans, a nous de voir en 2012 si nous le reconduirons ou non dans ses fonctions. Je trouve d'ailleurs que les francais ont fait preuve de maturite dans la mesure ou ils ont reconnus les merites des presidents de regions sortants en les reconduisant malgre la campagne de l'ump qui n'a cesse de rappeler qu'ils ont augmente impots et nombre de fonctionnaires. Ci ce n'est la raison du vote a gauche, alors il y a erreur, car la gestion des regions ne changera pas, de la meme facon le gouvernement va continuer a travailler comme avant. Juste pour info la taxe carbone etait dans une impasse bien avant les regionales, le pretexte de la defaite etait a point pour l'annonce de la "mise en attente" du projet. Quant a l'idee de Mme Aubry de creer un contre pouvoir de gauche dans les regions, apres sa victoire, je n'en entends plus parler du tout... Mme Aubry se serait elle rendue compte que c'etait impossible juste apres les election ou aurait elle jouer sur la credulite de certains electeurs nostagique de l'etat providence ?
a écrit le 24/03/2010 à 9:21 :
Face à la situation du Président après les élections Européennes le courage politique imposait puisqu'il ne pouvait pas démettre son premier ministre et le gouvernement avec la cote de Fillon il ne restait plus qu'à dissoudre l'assemblée nationale et redonner la parole au peuple souverain. Mais sous SARKOSY le peuple n'est plus souverain, le souverain c'est lui ! Il a cassé le référendum sur l'Europe le peuple s'était trompé. Aujourd'hui il néglige son expression après les régionales ! Il ne laisse plus au peuple que la rue pour se faire entendre.
En ces temps de crise il joue avec le feu et met la république en danger qui aura le courage de le lui dire!
a écrit le 24/03/2010 à 7:13 :
On discute encore sur des sondages pour des elections en 2012. Pour memoire quelques JOURS avant des elections, les memes instituts de sondages n'ont pas vus - Jospin devant chirac en 95 - Le Pen au deuxieme tour en 2002 - Le score impotant d'europe ecologie aux europeennes - la remontee du FN aux regionales - la large victoire de Richert en Alsace (7 points d'avance alors qu'il etait soit donne perdant soit au coude a coude). J'oublie certainement plein d'autres erreurs.
Tout ca pour dire que s'il est tres claire que la droite a un gros travail de reconquete a faire, les sondages afin de tester des hypotheses pour 2012 n'ont aucune valeur.
Je predit que si la France renoue avec la croissance et que le chomage diminue regulierement au deuxieme semestre 2011 ainsi que dans le debut de 2012, alors Sarkozy sera imbattable par qui que ce soit, simplement parcequ'il est capable d'unir toute la droite dans un projet coherent. La gauche n'est pas capable de cela sans faire le grand ecart : exemple, comme allier les pro europeens modem+EE avec les anti du front de gauche ? Quelle position adopter sur le nucleaire avec les pro du PS et les anti de EE ? Etat providence pour l'aile gauche du PS ou systeme liberal encadre pour le amis de DSK ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :