Bercy lèvera, en 2000, 90 milliards d'euros sur les marchés

 |  | 730 mots
Lecture 4 min.
L'Etat français émettra cette année pour environ 90 milliards d'euros (590 milliards de francs) de titres à moyen terme et à long terme, contre 80,6 mds (529 milliards Ffrancs) en 1999 en dépit de la politique de réduction des déficits, en raison de l'augmentation des remboursements cette année, a indiqué mercredi le ministère de l'Economie et des Finances. "Dans un environnement marqué par la poursuite de la réduction du déficit budgétaire, cette hausse du programme de financement est attribuable à un fort accroissement des amortissements de dette à moyen et long terme", indique le ministère dans un communiqué. Cette année, la France prévoit d'émettre pour environ 50 mds EUR d'obligations assimilables du Trésor (OAT), contre 43,7 mds EUR en 1999, et pour 40 mds EUR de bons du Trésor à taux fixe et intérêt annuels (BTAN), contre 37 mds EUR en 1999, selon le programme indicatif d'émissions pour 2000 présenté mercredi. Les chiffres de 1999 sont bruts, c'est-à-dire qu'ils ne prennent pas en compte les rachats de titres effectués par le Trésor. Après prise en compte de ces rachats, le besoin de financement de l'Etat en 1999 s'est établi à 78 milliards d'euros. Pour 2000, le besoin de financement de l'Etat, estimé à quelque 90 milliards d'euros, se décompose en 33 milliards d'euros pour le déficit budgétaire, 57 milliards d'euros pour l'amortissement de la dette --dont 14 mds EUR pour la dette à long terme (OAT) et 43 milliards EUR pour la dette à moyen terme (BTAN)--, et un milliard d'euros pour les engagements de l'Etat. A titre de comparaison, l'amortissement de la dette à moyen et long terme avait représenté 42 milliards d'euros en 1999 en données brutes. "Nous souhaitons poursuivre une politique d'émission concentrée sur un nombre réduit de lignes très liquides", a indiqué le directeur du Trésor, Jean Lemierre, se réservant la possibilité d'abonder d'autres lignes si les spécialistes en valeurs du Trésor (SVT) signalent une demande réelle de la part des investisseurs. L'OAT avril 2010 sera adjugée pour la première fois le 3 février et le nouveau BTAN 5 ans juillet 2005 sera émis pour la première fois le 20 janvier, a rappellé Bercy. L'OAT avril 2029 sera également abondée au cours de l'année. Par ailleurs, "la liquidité de la dette française va être accrue grâce au lancement de MTS France, plate-forme de négociation électronique sur la dette française, qui associe les spécialistes en valeurs du Trésor, ParisBourse MTS SpA et France Trésor", affirme le ministère. MTS France devrait être opérationnelle au cours du 1er trimestre 2000. Les émissions d'Obligations assimilables du Trésor indexées sur l'inflation (OATi) pourraient représenter jusqu'à 5% du programme d'émission cette année, a indiqué M. Lemierre, précisant que l'Etat préférait abonder les lignes existantes pour accroître leur liquidité. "Je n'exclus pas d'émettre une 3ème souche si vraiment il y a une demande", a-t-il ajouté. Au 31 décembre 1999, la durée de vie moyenne de la dette négociable se situait à 6 ans et 99 jours, contre 6 ans et 93 jours au 31 décembre 1998. Pour l'an 2000, l'Etat français maintient l'objectif de stabilisation de la durée de vie de la dette entre 6 ans et 6 ans et demi. Dans un souci de lisibilité, le ministère des Finances annoncera désormais les détails des adjudications d'OAT et de BTAN (volume adjugé, lignes émises) le vendredi pour le jeudi suivant, précise-t-il. Auparavant, cette annonce était effectuée le mardi, c'est-à-dire deux jours avant l'adjudication. Les conditions techniques de l'adjudication seront également aménagées, afin de réduire de 5 minutes le délai entre l'heure limite de dépôt des offres et le début du processus de décision, afin que les opérateurs sachent plus vite où ils en sont. Dans les prochaines semaines, l'Etat français lancera un processus de sélection partielle des spécialistes en valeurs du Trésor (SVT), destinée à répondre à des demandes d'établissements qui ne bénéficient pas de ce statut, a indiqué le ministère des Finances. Ce processus ne remet pas en cause les établissements qui sont déjà SVT. La sélection générale des SVT, les établissements bancaires chargés de placer la dette de l'Etat, sera relancée en 2001, a précisé Bercy.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :