La X-Box ne sera pas rentable avant 2005

 |  | 454 mots
Lecture 2 min.
Microsoft va payer très cher son entrée sur le marché du jeu vidéo et devra faire preuve de patience avant que cette source de revenus ne devienne significative en termes de résultats. C'est ce qui ressort de l'étude sur le lancement de la X-Box conduite par Henri Blodget, analyste chez Merrill Lynch. Sur ce marché gourmand en capitaux, la nouvelle console fera perdre au géant du logiciel l'équivalent de 2 milliards de dollars avant qu'elle atteigne son point mort dans cinq ans. "D'autant que nous pensons que Microsoft devra beaucoup réinvestir à court terme", ajoute Henri Blodget. Plus inquiétant, pour l'analyste, la X-Box ne devrait pas représenter, à moyen terme, une part conséquente des résultats du groupe, alors que le marché du jeux vidéo - estimé à 20 milliards de dollars - est le plus gros marché dans lequel Microsoft fasse son entrée après celui du logiciel. Une fois rentable en 2006, le jeu vidéo ne contribuerait qu'à hauteur de de 5% aux bénéfices du groupe. Cette nouvelle activité devrait rapporter entre 500 millions et 1 milliards de dollars de bénéfices d'exploitation cette année là.Sur ce marché où l'avantage va au premier entrant, Microsoft aura à se mesurer à un concurrent de taille, Sony, avec sa nouvelle console lancée au deuxième semestre 2000, la PlayStation2. L'analyste estime que la X-Box, en supposant qu'elle soit lancée à l'automne 2001, sera vendue à 5 millions d'exemplaires en 2002, soit la moitié des ventes prévues par Sony pour la PS2. Même si Microsoft met en avant les avancées technologiques de sa console et la qualité de ses jeux par rapport à la PS2, le groupe aura du mal a déloger Sony de sa position de leader qui conserve un an d'avance, estime Merrill Lynch. Mais Henri Blodget ne sonne pas pour autant le glas de la X-Box. "Nous estimons que la X-Box offre des caractéristiques techniques et des prestations supérieures à celles offertes par les consoles 128 bits de Sony et Nintendos", souligne l'étude. Commercialisée à 299 dollars, chaque console devrait générer une perte de 125 dollars, selon les calculs de la banque américaine. Sur un marché où la vente de jeux vidéos qui rapporte beaucoup plus d'argent que celle des consoles elles-mêmes, cette situation n'est pas anormale en soi. Mais, lors du lancement de la X-Box, il y aura 20 millions de PlayStation2 sur le marché pour 250 jeux disponibles, les jeux de la PS1 étant compatible avec la nouvelle version de Sony. Les adeptes de Microsoft, eux, devront faire leur choix parmi une vingtaine de titres disponibles seulement.Sur le Nasdaq, le titre Microsoft gagnait 0,84% à 59,94 dollars en fin de matinée mercredi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :