Trou d'air pour les compagnie aériennes européennes

 |  | 286 mots
Lecture 1 min.
L'horizon continue de s'obscurcir pour les compagnies aériennes. Déjà confrontées au prix élevé du carburant, qui rogne leurs marges bénéficiaires, celles-ci doivent aujourd'hui faire face aux premiers signes de ralentissement du marché des voyages d'affaires.C'est l'avertissement lancé jeudi soir par US Airways qui a mis la puce à l'oreille des investisseurs. La compagnie américaine, qui est en voie de rachat par United Airlines, a annoncé que ses pertes seraient largement supérieures aux prévisions lors du premier trimestre 2001. Jusqu'à présent, les analystes tablaient sur une perte de 1,12 dollar pour les trois premiers mois de l'année.Pour expliquer ce "profit warning", US Airways insiste sur la contraction du marché des voyages d'affaires. Un phénomène que les grandes compagnies européennes, très exposées sur le trafic transatlantique, risquent elles aussi de subir de plein fouet. Résultat, les actions des principaux acteurs du marché aérien européen sont très chahutées vendredi en fin de matinée. Avec un recul de plus de 6% à 351,5 pence, British Airways décroche la palme de la plus forte chute. La compagnie anglaise est aujourd'hui à son plus bas niveau depuis quatre mois. Air France a de son côté fini la séance en baisse de 4,30% à 20,25 euros. La compagnie française, qui a présenté des résultats trimestriels très dégradés en raison de l'appréciation du kérosène, a vu son cours de Bourse plonger de 20% depuis le début de l'année. L'allemand Lufthansa résiste un peu mieux avec un repli de 1,43% à 22 euros en fin de journée. La compagnie a plongé de plus de 19% depuis le 1er janvier.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :