Chris Gent quittera Vodafone l'été prochain

Chris Gent avait évoqué à plusieurs reprises son intention d'abandonner au second semestre 2003 la direction de Vodafone. Cette fois, les choses se précisent : l'opérateur mobile britannique vient en effet d'annoncer que son emblématique directeur général, âgé de 54 ans, céderait la place aussitôt après l'assemblée générale du 30 juillet prochain. Et il en profite pour présenter son successeur : Arun Sarin, 48 ans, actuellement directeur général du fonds d'investissement Accel-KKR Telecom, mais aussi administrateur de Vodafone et ancien dirigeant de sa filiale américaine, l'ex-Airtouch, fusionnée il y a deux ans dans Verizon Wireless. Arun Sarin, de nationalité américaine, s'installera prochainement au Royaume-Uni, précise Vodafone, pour siéger au comité exécutif du groupe dès le 1er avril. Les conditions de sa rémunération ont déjà été fixées : il percevra un salaire annuel de 1,1 million de livres (1,71 million d'euros), auquel s'ajouteront des éléments variables déterminés selon les mêmes critères que ceux attribués à Chris Gent.D'origine indienne, ingénieur de formation et titulaire d'un MBA (Master of business administration) de l'université de Berkeley, Arun Sarin a commencé sa carrière comme consultant avant d'entrer chez un premier opérateur de télécoms, Pacific Telesis Group, en 1984. Là, il a notamment oeuvré à l'obtention de l'une des premières licences mobiles américaines, avant de monter en grade jusqu'au rachat d'AirTouch par Vodafone en 1999. Arrivé chez Accel-KKR l'an dernier il a notamment participé à l'acquisition par le fonds des pages jaunes de Bell Canada. Sa nomination chez Vodafone obligera Arun Sarin à abandonner la plupart des mandats d'administrateur dont il dispose, notamment chez l'équipementier Internet Cisco Systems, le courtier Charles Schwab et le groupe d'habillement Gap.L'annonce de sa nomination prépare, pour Chris Gent, la fin d'une aventure de dix-sept ans chez Vodafone. Entré dans la société dès sa création, devenu directeur général en janvier 1997, il en a fait le premier opérateur mobile du monde, avec plus de 100 millions de clients, en menant tambour battant une stratégie de croissance externe sur les cinq continents, qui a culminé en 2000 avec la reprise de l'Allemand Mannesmann. En six ans, la capitalisation boursière du groupe a été multipliée par dix, pour dépasser aujourd'hui 75 milliards de livres. Des performances commerciales et financières qui lui ont valu d'être anobli par la reine et de devenir peu à peu l'un des chefs d'entreprise les plus respectés du Royaume-Uni. Mais sa stratégie a subi le mois dernier l'un de ses plus gros revers avec l'échec de la tentative de prise de contrôle de Cegetel, Vodafone n'ayant pu empêcher Vivendi Universal de préempter les parts de BT Group.D'où l'inquiétude marquée par les investisseurs à l'annonce de son départ : à la Bourse de Londres, l'action Vodafone a cédé 2,21% ce mercredi à 110,5 pence. Même si Chris Gent souligne aujourd'hui sa volonté d'organiser à l'avance sa succession, la baisse du titre est sans doute à mettre au compte de la surprise : même si le patron du groupe avait évoqué l'éventualité de son départ, le marché ne s'attendait visiblement pas à ce que celui-ci ait lieu si tôt.Cette suprise a d'ailleurs rapidement incité le groupe à préciser, par la voix du président du conseil d'administration, Lord Mac Laurin, que le départ de Chris Gent n'avait pas été décidé "sous la pression". Une tentative de couper court aux commentaires désobligeants.... en vain : pour Damien Maltarp, analyste de Banc of America, interrogé par Reuters, cette annonce a de quoi alimenter les interrogations. "Il dirige l'une des plus grandes entreprises du monde, il est crédible et Vodafone publie de bons résultats, alors pourquoi démissionner quand tout va bien ?", s'interroge-t-il pour conclure : "sait-il quelque chose que nous ignorons ?".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.