HypoVereinsbank s'enfonce dans le rouge

 |  | 467 mots
Trimestre après trimestre, HypoVereinsbank (HVB) signe des "premières" dont le groupe munichois se serait sans doute bien passé. En août, la banque annonçait, à l'occasion de la présentation de ses résultats du deuxième trimestre, la première perte opérationnelle de son histoire avec un déficit de 89 millions d'euros. Aujourd'hui, à l'occasion de la publication de ses comptes du troisième trimestre, HypoVereinsbank surprend désagréablement les marchés en présentant la première perte nette de son histoire à 360 millions d'euros. Ce déficit est deux fois supérieur aux attentes des analystes.La banque bavaroise a également dépassé les prévisions les plus pessimistes pour sa perte trimestrielle avant impôts. Elle s'établit à 447 millions d'euros alors que les spécialistes prévoyaient en moyenne une perte imposable de 260 millions d'euros.Enfin, et peut-être encore plus préoccupant, HVB, très engagée auprès du tissu industriel allemand, doit revoir une nouvelle fois en hausse ses provisions pour risques de crédit pour l'ensemble de l'exercice 2002. Alors qu'en août encore, HypoVereinsbank tablait sur un montant de 2,5 milliards d'euros, elle revoit à la hausse son objectif de provisions, le portant à 3,3 milliards. Ce qui représentera une augmentation de 59% par rapport à 2001. D'après les spécialistes du secteur bancaire, l'établissement bavarois est plus exposé que ses concurrents allemands aux créances douteuses et aux cessations de paiement, car il détient avec près de 450 milliards d'euros le plus gros portefeuille de crédits d'Europe. La situation est d'autant plus préoccupante pour HVB que de nombreux économistes s'accordent à penser qu'outre-Rhin, la faiblesse de l'activité devrait entraîner une cascade de faillites (40.000 en 2002 et en 2003). Les marchés ont immédiatement sanctionné ces annonces : le titre de la banque plongeait de plus de 15% à 14,10 euros un peu avant 18 heures à la Bourse de Francfort. Les investisseurs ne semblent pour l'instant guère convaincus par les mesures que les dirigeants d'HypoVereinsbank indiquent vouloir prendre pour redresser la barre. D'une part, HVB, qui a déjà par le passé annoncé 9.100 suppressions d'emplois, va renforcer son programme de réduction des coûts. La banque veut afficher d'ici fin 2003 des frais de fonctionnement inférieurs à 7 milliards d'euros, soit une économie de 1,7 milliard d'euros au lieu des 1,2 milliard prévus jusque là. Toujours dans le but de montrer sa bonne volonté, HypoVereinsbank a annoncé que son nouveau président du directoire Dieter Rampl, élu mercredi, prendra ses fonctions dès janvier, au lieu de mai comme prévu jusqu'ici, "en raison des grandes exigences qui pèsent sur nous en ces temps difficiles", précise la banque dans un communiqué. L'ancien président du directoire Albrecht Schmidt prendra dès le 1er janvier la fonction de président du conseil de surveillance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :