"Les produits garantis porteurs de désillusion"

Face à l'adversité des marchés, quel est votre scénario ?- Notre scénario continue d'accorder une place centrale à un objectif de croissance économique en Europe de 2,5 % pour les cinq prochaines années. Mais le risque de rechute aux Etats-Unis est aujourd'hui plus fort qu'il y a trois mois : les grands déséquilibres demeurent et l'endettement des entreprises et des ménages américains demeure préoccupant. Néanmoins, les dernières séances de plomb sur les Bourses ont rendu les actions plus attractives.Quelle est votre allocation d'actifs ?- Dans ce contexte, il convient d'être prudent et nous conseillons de limiter l'exposition aux actions à 15 %. Toutefois, pour ne pas rester sur le bord de la route si les marchés reprenaient confiance, il faut privilégier les obligations convertibles (35 %), particulièrement la catégorie dynamique. Quant aux obligations, il faut s'intéresser aux taux variables alors que les taux longs seront stables et que le risque de relèvement de ses taux par la BCE est maintenant écarté. Enfin la gestion alternative a le mérite de stabiliser les portefeuilles avec une volatilité faible.Faut-il privilégier les OPCVM garantissant la performance et le capital ?- Séduisants sur le papier, ces produits sont porteurs de désillusions car la protection confisque l'essentiel de la performance. Les beaux jours de la gestion qui répliquait passivement l'évolution des indices ont cédé le pas à la nécessité de revenir à une gestion active. Les gestions assises sur le seul choix des valeurs ne permettent pas d'échapper à la tendance de fond. C'est pourquoi la gestion dissymétrique doit reposer la question de l'allocation d'actif pour s'adapter au mieux aux configurations à venir du marché, en protégeant le capital en cas de baisse sans toutefois perdre les chances de valorisation en cas de hausse. Toutes les quinzaines, nous révisons nos scénarios macro-économiques, ce qui nous conduit à réexaminer nos choix de classe d'actifs, de stratégie de gestion et notre degré d'exposition aux actions et aux taux. Ensuite, conformément à nos prévisions, nous arbitrons les valeurs, selon que nous pensons que les marchés valoriseront bien des perspectives prometteuses ou qu'ils exigeront une valorisation instantanée des actifs d'une société.
En direct dès 8h30 - Une époque formidable

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.