Les ventes semestrielles d'Infogrames meilleures qu'attendu

"Depuis deux trimestres, le groupe [Infogrames] nous a habitués à des chiffres d'affaires solides en surperformant son secteur grâce à des gains de parts de marché. Le deuxième trimestre [à fin décembre] n'a pas failli à la règle". Telle est l'opinion de Fideuram-Wargny après la publication effectuée vendredi matin par Infogrames.Il est vrai que la performance d'Infogrames est appréciable. Car, avec un chiffre d'affaires de 332,6 millions d'euros (+16,5%) sur son deuxième trimestre, le groupe est parvenu à afficher des ventes de 513,5 millions d'euros (+22%) sur le premier semestre de son exercice 2002/2003, alors que le consensus Reuters visait une croissance moyenne de 20%.Qui plus est, cette croissance meilleure qu'attendue a été réalisée dans un contexte de change défavorable. En neutralisant les effets de change, la croissance ressort à 30%.Hormis les chiffres du premier semestre, les analystes voulaient surtout connaître le sentiment du groupe sur l'évolution du marché pour les mois à venir. Car les résultats devraient dépendre très largement des nombreux lancements à venir (en particulier le jeu Matrix). Et là encore, Infogrames s'est voulu rassurant. "Pour la totalité de l'exercice, le groupe continue à anticiper une croissance soutenue de ses principaux marchés et notamment la poursuite du rebond du marché européen", précise le communiqué.Bref, "le troisième trimestre devrait encore être bon, mais le groupe devrait jouer son exercice sur le quatrième trimestre avec la sortie très attendue de Matrix", estime Fideuram-Wargny. Quant à l'éditeur lui-même, il confirme de son côté une croissance annuelle de 20% à taux de change constants, soit un chiffre d'affaires annuel de 880 millions d'euros pour un euro à la parité avec le dollar.Après une matinée passée dans le vert, l'action Infogrames plonge de 8,19%, à 3,25 euros, en fin d'après-midi, pénalisée par le recul du Nasdaq. En outre, si le chiffre d'affaires constitue une bonne surprise, certains analystes notent que le maintien des perspectives était attendu et que le groupe est resté discret sur les possibilités de refinancement de sa dette convertible.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.