Veolia passe ses activités américaines à la paille de fer

 |  | 355 mots
Lecture 2 min.
Veolia Environnement tourne l'une des pages des années Messier. A l'occasion de la publication de ses résultats semestriels, le groupe de services collectifs a annoncé avoir fortement déprécié sa filiale américaine US Filter afin de la mettre "à la valeur du marché", comme l'explique le communiqué. Le groupe a donc procédé à une dépréciation de 2,2 milliards d'euros, ramenant à 2 milliards d'euros la valeur de US Filter dans ses comptes. L'actif avait été acheté à prix d'or sous le règne de Jean-Marie Messier en 1999 pour 7,3 milliards d'euros.Outre l'aveu d'avoir payé un prix exorbitant pour entrer sur le marché américain, Veolia admet aussi que US Filter n'a pas été à la hauteur des attentes du groupe. C'est pourquoi le groupe annonce dans la foulée mettre en vente les activités "Services aux particuliers et au secteur commercial" (Culligan et Everpure) ainsi que la branche Equipements et Services à court terme. Seules les activités à long terme, c'est-à-dire régies par des contrats conclus pour des clients municipaux ou industriels sont conservées. Une fois ces cessions effectuées, le chiffre d'affaires du groupe en Amérique du Nord devrait être en 2004 de 2,4 milliards d'euros. Ces cessions doivent permettre à Veolia d'alléger sensiblement son fardeau financier. Il espère ainsi ramener sa dette à 11 milliards d'euros, contre 13,1 milliards à la fin du premier semestre. L'an passé à la même époque, l'endettement s'élevait encore à 14,9 milliards d'euros.Concernant les chiffres du premier semestre, la perte nette atteint 2,1 milliards d'euros, contre un bénéfice de 213 millions d'euros l'an passé. Le résultat d'exploitation a reculé de 13,16% à 884 millions d'euros. Il reste inférieur à la moyenne des pronostics des analystes interrogés par Reuters, qui tablaient sur 903 millions d'euros de bénéfices. Le chiffre d'affaires a diminué de 6,2% à 14,048 milliards d'euros. Cela n'empêche pas Veolia de maintenir ses objectifs. Le groupe espère toujours une croissance "à moyen terme" comprise entre 4 et 8%. Après une réaction initiale négative - l'action ayant brièvement ouvert dans le rouge - le marché réagit très positivement à ces annonces. L'action gagne ainsi 7,91%, à 19,10 euros, à la clôture.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :