LVMH confirme les signes de reprise dans le luxe

 |  | 424 mots
Lecture 2 min.
LVMH (propriétaire de La Tribune) a annoncé vendredi matin un bénéfice net part du groupe en hausse de 24% au premier semestre 2003 sur un an, à 265 millions d'euros. Le résultat opérationnel, lui, affiche une progression de 4% à 874 millions d'euros. Un chiffre légèrement supérieur aux attentes des analystes puisque le consensus Reuters prévoyait un résultat d'exploitation de 865 millions d'euros. Compte tenu de la baisse de 10% des ventes du groupe à 5,24 milliards d'euros, la marge opérationnelle connaît une forte hausse de 3 points en un an, et atteint désormais 17%. La différence entre la croissance du bénéfice net et celle du bénéfice opérationnel s'explique par la réduction de l'endettement et des frais financiers.Ces résultats montrent donc une bonne résistance du groupe de Bernard Arnault en dépit d'un dollar fort et des difficultés engendrées par le Sras en Asie. Ceci est particulièrement vrai dans la branche Mode et Maroquinerie, dont le résultat opérationnel ne baisse que de 2% et qui voit sa marge d'exploitation s'améliorer pour atteindre 33%. Une performance en grande partie due à Louis Vuitton. A noter, par ailleurs, la bonne croissance du résultat d'exploitation des Vins et Spiritueux: +15,8% en un an à 321 millions d'euros. Concernant la branche Distribution Sélective qui regroupe la division de duty free DFS, souvent citée comme potentiellement cessible, et Sephora, la perte d'exploitation est réduite de 39 millions d'euros au premier semestre 2002 à 15 millions d'euros un an plus tard. Le groupe indique que les objectifs concernant ces branches sont maintenus: Sephora devrait revenir à l'équilibre en 2003 et DFS retrouver cette année la rentabilité. A ce sujet, Bernard Arnault a indiqué au Figaro que son objectif concernant DFS était d'améliorer la rentabilité pendant trois ans "avant de considérer un quelconque mouvement stratégique". Concernant les perspectives du groupe, LVMH confirme ressentir le frémissement de la demande déjà évoqué en début de semaine par le suisse Richemont. Selon le communiqué du groupe, les ventes de juillet et août sont en reprise dans la plupart des activités. Louis Vuitton a ainsi affiché une croissance organique à deux chiffres sur ces deux mois d'été. Le groupe confirme donc son "objectif de croissance sensible du résultat opérationnel en 2003". Au cours de la réunion d'analystes, Bernard Arnault a également confirmé l'objectif de doubler les résultats du groupe dans les 5 ans à venir. Vendredi, en fin de journée, le titre cède 1,10%, à 53,70 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :