Le décès d'un actionnaire relance la spéculation sur Standard Chartered

 |   |  413  mots
Les investisseurs s'intéressent de près ce lundi à la banque britannique Standard Chartered. Tandis qu'elle vient de se faire souffler la politesse sur le dossier Koram Bank par Citigroup (voir ci-contre), le marché spécule également sur son avenir après le décès de son actionnaire principal, l'homme d'affaires Tan Sri Khoo Teck Puat.Dans une note publiée lundi, les analystes de Goldman Sachs se posent en tout cas la question du devenir des 13,51% de Standard Chartered jusqu'ici aux mains de l'homme d'affaires de Singapour. En 1986, ce dernier avait acquis avec deux autres investisseurs 37% de la banque britannique pour la protéger d'une offre hostile de Lloyds Bank.Mais les analystes considèrent que les héritiers de celui qui était présenté par Forbes comme l'homme le plus riche de Singapour ne devraient pas être intéressés par cette participation. "Bien que le statu quo soit envisageable à court terme, nous pensons que le scénario le plus probable à plus long terme sera celui d'une vente", estime-t-on chez Goldman Sachs.Dès lors, dans un contexte de reprise des rapprochements bancaires, il n'est pas exclu qu'un autre établissement se montre intéressé comme cela a été le cas par le passé. L'hypothèse apparaît d'autant plus sensée que Standard Chartered a adopté une stratégie bien particulière (centrée sur l'Asie et principalement Hong Kong) qui s'est révélée payante. "Standard Chartered est une banque au concept unique qu'il paraît difficile de répéter par croissance interne", fait-on remarquer, selon l'AFP, chez CAI Chevreux.Grâce à ce modèle qui lui est propre, Standard Chartered pourrait donc être une opportunité pour qui veut prendre pied ou étendre sa présence en Asie, estiment divers spécialistes du secteur, en rappelant que la banque britannique a longtemps été vue comme une cible potentielle pour Citigroup ou Barclays. Un rachat de la participation de Tan Sri Khoo Teck Puat constituerait en tout cas "un bon premier pas", note un analyste de BOC International, joint par Reuters.Le marché semble lui aussi faire le pari de prochains bouleversements au capital de Standard Chartered. En fin d'après-midi, le titre avance de 3,35% à Londres, à 955,50 pence.Mais les éventuels acquéreurs devront faire des sacrifices. Car d'après CAI Chevreux, le prix de Standard Chartered, qui a réalisé un bénéfice imposable en hausse de 22% à 1,54 milliard de livres l'an passé, sera probablement très élevé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :