Lazard profite de la reprise des fusions

 |  | 298 mots
Lecture 1 min.
Lazard a de la chance, la conjoncture a été bonne. Et pour une première publication de résultats officielle après son introduction en Bourse, le deuxième trimestre de son exercice a bénéficié de la reprise des opérations de rapprochements d'entreprises.Récemment cotée à New York, la plus vielle banque française a ainsi généré des revenus en hausse de 18% à 310 millions de dollars. Essentiellement fondées sur les commissions perçues lors d'opérations financières, les fusions et acquisitions, principale activité du groupe, ont engrangé un produit net bancaire en croissance de 35% à 182 millions de dollars. En revanche, les revenus de la branche "gestion d'actifs" ont augmenté de seulement 5% à 109 millions de dollars, principalement en raison de la bonne tenue des marchés.Ainsi, sur le deuxième trimestre 2005 le groupe bancaire a généré un résultat net de 32 millions de dollars en hausse de 29% en données pro forma. Le bénéfice par action (BPA) s'établit à 32 cents, ce qui est inférieur aux prévisions des analystes qui tablaient sur BPA de 33 cents ce trimestre.Mais ce chiffre prend en compte, au deuxième trimestre 2005, la conversion hypothétique de l'ensemble des actions détenues par les associés de Lazard. Hors conversion, le résultat au deuxième trimestre 2005 ressort à 12 millions de dollars en hausse de 29%.Reste à savoir comment la banque réussira à gérer à terme la problématique rémunération de ses talents, raison principale de son introduction en Bourse en mai dernier. Qui plus est, la banque ne réussit toujours pas à séduire les investisseurs, le titre cotant depuis le premier jour en dessous de son cours d'introduction (25 euros). A New York, le titre perdait 1,61% à 23,22 dollars en milieu de scéance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :