Hausse de 5,8% du prix du gaz en vue le 1er avril

 |   |  413  mots
La commission sur les tarifs du gaz vient de rendre publique ses conclusions. Elle préconise une augmentation tarifaire de 5,8% au 1er avril ainsi que des modifications dans le processus de décisions des tarifs.

La commission indépendante, présidée par l'ancien ministre Bruno Durieux, chargée de réfléchir à l'évolution des tarifs du gaz vient de rendre publiques ses conclusions. Elle recommande au gouvernement d'autoriser GDF à relever ses tarifs aux particuliers de 5,8% au 1er avril. Dans un communiqué, la commission précise que "cette augmentation correspond précisément à la hausse des coûts de la matière depuis novembre 2004". Le ministre des Finances Thierry Breton a indiqué qu'il allait étudier cette proposition avant de la transmettre au Premier ministre. Thierry Breton a indiqué que "le gouvernement ferait part de sa décision très rapidement" sur ce sujet qu'il qualifie de sensible.

Mise en place en décembre, la commission a également formulé plusieurs propositions concernant le déroulement même des augmentations tarifaires. Elle préconise une hausse des tarifs du gaz uniquement annuelle, au 1er juillet de chaque année, et non plus trimestrielle comme le prévoit la loi actuellement. Elle recommande également que ce soit la Commission de régulation de l'énergie qui propose désormais les mouvements tarifaires pour les particuliers. Devront être pris en compte les cours mondiaux du gaz dont l'évolution suit celle du pétrole.

Le ministre des Finances a déclaré lors d'une conférence de presse en fin d'après-midi que la "réévaluation trimestrielles des tarifs du gaz est une situation malsaine qui ne correspond pas aux attentes des consommateurs". Dernière proposition, l'adoption de mesures spécifiques pour les plus démunis et le maintien de tarifs réglementés pour les particuliers au-delà du 1er juillet 2007, date de l'ouverture du marché à la concurrence en Europe. A partir de cette date, les particuliers auront en effet la possibilité de choisir leur fournisseur de gaz.

Lors de la présentation de ses résultats annuels pour 2005, Jean-François Cirelli, patron de Gaz de France, avait demandé à pouvoir de nouveau augmenter ses tarifs au 1er avril pour ses 11 millions d'abonnés. "Nous demandons une hausse qui sera limitée et inférieure à deux chiffres, parce que nous ne pouvons pas vendre en-dessous de nos coûts", avait-il précisé. Jean-François Cirelli avait également démenti les rumeurs selon lesquels le groupe demandait l'autorisation d'augmenter ses tarifs de 16% sur l'année en deux étapes. "GDF a demandé une hausse tarifaire de 8,1% d'après ce que nous savons", a déclaré Bruno Durieux au cours de la conférence de presse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :