EADS accepte de suspendre la fermeture de Sogerma

 |   |  248  mots
Le président du groupe a fini par céder aux instances du gouvernement et a accepté de "reprendre les concertations et de se donner du temps" au sujet de la fermeture du site de Mérignac, en Gironde, de sa filiale de maintenance.

Lueur d'espoir pour les salariés du site de Sogerma à Mérignac, en Gironde. Le ministre délégué à l'Industrie, François Loos, a indiqué aujourd'hui au Sénat que le co-président d'EADS, Noël Forgeard, a accepté de "reprendre les concertations et de se donner du temps" au sujet de la fermeture du site en Gironde.

Cette décision a été prise par Noël Forgeard à l'issue d'une réunion tenue aujourd'hui avec Gérard Larcher, ministre délégué à l'Emploi, Jean-Louis Borloo (Emploi) et François Loos (Industrie). Ces derniers lui ont demandé instamment "que soit décidé un moratoire" sur la fermeture du site Sogerma de Mérignac.

"A la demande de Jean-Louis Borloo, Gérard Larcher et moi-même, le Comité d'entreprise de la semaine prochaine, qui doit se tenir le 23 mai, ne portera pas sur le plan de sauvegarde de l'emploi, mais sur une concertation sur l'avenir industriel et aéronautique à Mérignac et sur les pistes qu'EADS doit dégager pour ce pôle aéronautique", a déclaré François Loos lors de la séance des questions d'actualité au Sénat.

Réuni vendredi dernier à Amsterdam, le conseil d'administration d'EADS avait demandé à Sogerma, sa filiale spécialisée dans la maintenance d'avions militaires et civils, qui a affiché une perte opérationnelle de 237 millions d'euros en 2005, d'"assurer son redressement dans les plus brefs délais". Un chantier qui passait notamment par la fermeture du site de Mérignac.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :