Les achats d'automobiles en Europe continuent leur déclin

 |   |  231  mots
La hausse des taux, du prix de l'essence, les incertitudes géopolitiques et le climat ont freiné les décisions d'achat de véhicules au mois d'août. Les ventes d'automobiles ont reculé de 1,4% à 886.824 unités sur le mois.

Troisième mois consécutif de repli. Selon l'Association des constructeurs automobiles européens située à Bruxelles (ACEA), les ventes d'automobiles ont une nouvelle fois reculé en août, de 1,4% à 886.824 unités, par rapport à la même période l'an dernier. Sur les huit premiers mois de l'année, les ventes n'ont progressé que de 0,4% à 10,4 millions d'unités. Renault et Nissan perdent des parts de marchés et leurs clients se tournent vers les nouveaux modèles de constructeurs tels que Fiat ou Toyota.

Explication essentielle de ce déclin : les prix de l'essence ont grimpé de 11% en août par rapport à la même période l'an dernier. "Le climat, la Coupe du monde, la guerre au Liban et l'envolée des prix de l'essence ont refroidi les velléités d'investissement des européens", explique Pete Kelly, analyste chez J.D. Power Automotive Forecasting, interrogé à Oxford par l'agence Bloomberg.

La hausse des taux d'intérêt n'a pas non plus aidé aux prises de décision d'investissement. La Banque centrale européenne (BCE) a relevé début août de 25 points de base à 3% son taux directeur. C'est la quatrième fois depuis décembre que la BCE relève ses taux d'un quart de point et le discours de Jean-Claude Trichet a clairement laissé entendre qu'il procéderait à de nouveaux tours de vis d'ici la fin de l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :