OMC : la Russie menace les Etats-Unis de rétorsions commerciales

 |   |  418  mots
Moscou doute de la volonté des Etats-Unis de donner leur accord à son adhésion à l'OMC prévue en octobre. Du coup, la Russie menace Washington de rétorsions commerciales sur les exportateurs de viande américains.

La Russie prend les devants en vue de son adhésion à l'OMC en 2007. Devant les réticences des Etats-Unis, Moscou menace de supprimer les conditions préférentielles dont bénéficient les exportateurs de viande américains si les négociations bilatérales pour l'entrée de la Russie à l'OMC échouent, a déclaré aujourd'hui le ministère russe du Développement économique.

Dans une lettre envoyée récemment par le ministre du Développement économique Guerman Gref à Washington, il est indiqué "qu'en cas d'échec des consultations en octobre (prévues à Genève) la Russie sera dans l'obligation de revenir à la position qui existait avant la conclusion d'accords sur la viande", précise un communiqué du ministère.

La Russie doit encore conclure des accords bilatéraux avec quatre pays (Etats-Unis, Costa Rica, Moldavie, Géorgie) mais les négociations avec Washington sont l'obstacle le plus ardu à franchir. Moscou, qui espérait obtenir l'accord des Etats-Unis pour son entrée à l'Organisation mondiale du commerce lors du sommet du G8 en juillet, a essuyé un échec, et le négociateur en chef russe a depuis émis des doutes sur la possibilité d'une adhésion de Moscou en 2007.

L'objectif de Moscou d'entrer à l'OMC demeure et des consultations avec la délégation américaine se poursuivent pour résoudre les "trois ou quatre problèmes qui subsistent au cours des deux prochains mois", précise le ministère. Les Etats-Unis réclament un assouplissement des règles phytosanitaires russes, notamment sur la viande américaine, et un plus grand respect de la propriété intellectuelle en Russie.

"La partie russe n'a pas changé sa position de principe qui est de terminer le plus vite possible les négociations pour rejoindre l'Organisation mondiale du commerce", est-il souligné. Cependant, Moscou accuse implicitement la Représentante américaine au Commerce, Susan Schwab, de ne pas faire preuve de "bonne volonté". Le gouvernement russe ne peut dans ces conditions justifier les "concessions accordées précédemment aux Américains" alors que son secteur agricole demande une révision à la baisse des quotas d'importation de viande.

En vertu d'un accord bilatéral passé en 2005, Washington dispose d'un quota annuel d'exportation de 1,252 million de tonnes de volaille, de 450.000 tonnes de boeuf, et de 502.000 tonnes de porc vers la Russie.
Selon le quotidien Kommersant, qui évoque la lettre du ministre dans son édition de jeudi, les exportateurs américains pourraient voir leurs ventes en Russie baisser de 40% si ces mesures sont appliquées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :