Le chef d'Al-Qaïda en Irak tué par un raid américain

 |   |  349  mots
Abou Moussab al Zarkaoui a péri lors d'un raid aérien américain près de Bagdad. La disparition de ce chef de l'organisation terroriste Al-Qaïda dans le pays, considéré comme responsable de très nombreux attentats et assassinats, constitue une bonne nouvelle dans le très difficile processus de normalisation de l'Irak.

C'est une étape importante dans la guerre contre le terrorisme: le chef d'Al-Qaïda en Irak, Abou Moussab al Zarkaoui, a été tué par un raid aérien américain. La disparition du plus acharné adversaire des forces de la coalition en Irak constitue un événement bienvenu, alors que la situation politique du pays peine toujours autant à se normaliser.

La mort de Zarkaoui a été annoncée publiquement ce matin conjointement par le commandant des forces américaines en Irak, le général George Casey, et le Premier ministre irakien Nouri al Maliki. Son décès, qui est intervenus lors d'un raid aérien contre un bastion de la guérilla sunnite, à 65 km au nord de Bagdad, aurait été accompagné de celui de plusieurs de ses lieutenants. La mort du terroriste a été confirmée par Al-Qaïda sur un site Internet.

Zarkaoui était l'ennemi numéro un des Etats-Unis en Irak. Washington avait offert 25 millions de récompense pour tenter de mettre fin à ses activités, soit autant d'argent que pour Oussama Ben Laden, le chef d'Al-Qaïda, lui-même. De fait, Zarkaoui et son organisation passent pour avoir été à l'origine de très nombreux attentats, assassinats et enlèvements intervenus en Irak depuis le début de l'occupation américaine. Sa stratégie de tension entre les Irakiens sunnites et les chiites, visant à faire sombrer le pays dans une véritable guerre civile, le rendait particulièrement dangereux.

Du coup, sa disparition a été saluée, aujourd'hui, par l'ensemble des pays occidentaux, Etats-Unis et Grande-Bretagne en tête. A Washington, George W. Bush s'est félicité de cet événement "considérable, d'un point de vue à la fois opérationnel et symbolique".

Reste que personne ne croit que la disparition du chef terroriste signifie la fin des activités d'Al-Qaïda en Irak. Même décapitée, l'organisation restera sans aucun doute redoutable. Elle a fait la preuve de son efficacité, et la situation intérieure terriblement dégradée du pays ne peut que lui assurer un flux continu de nouvelles recrues.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :