2005, année de la démocratisation du commerce électronique

 |   |  631  mots
Les ventes en ligne ont atteint 10 milliards d'euros l'an passé. La confiance dans l'achat sur le Web étant à la hausse, la tendance devrait se poursuivre.

C'est un record: en 2005, le commerce en ligne français a atteint 7 milliards d'euros, et 10 milliards si l'on y inclut les services financiers, selon les chiffres publiés le 12 janvier par l'Acsel (Association pour le commerce en ligne). Le geste est devenu banal. Un internaute sur deux s'y est essayé, un Français sur quatre a déjà commandé sur la Toile. En un an, le Web français a accueilli 3 millions de nouveaux acheteurs. Ils étaient ainsi 13,4 millions au quatrième trimestre 2005.

La tendance s'est accélérée avec la généralisation du haut débit dans les foyers, tandis que de plus en plus de femmes et d'ouvriers rejoignaient la communauté des acheteurs.

L'époque où on ne vendait sur le Web que des produits high-tech à des technophiles avertis est décidément révolue, même si 2005 a été marquée par l'explosion de la musique en ligne. Sur la Toile, on achète désormais des vêtements, des produits de beauté et des frigos. Les produits informatique, électroménagers et bruns (hi-fi, son, télévision) ont généré un chiffre d'affaires de 1,2 milliard d'euros.

Les achats restent très "sexués". Ainsi, 50% des femmes ont acheté des vêtements sur le Net l'an passé contre 30% des hommes. A contrario, elles n'étaient que 21% à opter pour du matériel informatique, contre 44% des hommes. A 43%, elles ont aussi fait le plein de produits de beauté. A noter que ces nouveaux produits attirent une clientèle au départ plus réfractaire à l'achat en ligne.

Les différences de comportement sont moins importantes selon les classes d'âge. 25-34 ans et 50 ans et plus ont donc les mêmes envies sur Internet. Sauf pour les vêtements qui attirent plus les jeunes que leurs congénères plus âgés. En revanche, l'appartenance à une classe sociale et le niveau de vie sont aussi perceptibles sur le Net que dans le monde physique. Les cadres sont 33% à acheter des billets d'avion contre 6% des ouvriers. Du coup, ces derniers se rabattent à 44% sur les vêtements. En 2005, ils ont aussi découvert les produits de beauté. Ils étaient 35% à en acheter sur la Toile l'an passé, contre 20% un an avant.

Ventes entre particuliers

Autre tendance, le commerce entre particuliers est en plein essor. Le site de ventes aux enchères eBay a gagné 2 millions de visiteurs en novembre 2005 sur un an. Il est suivi de PriceMinister, qui permet aux internautes de commercer entre eux. Ce dernier site a vu sa base de clients croître de 72% avec 1,6 million de personnes en plus. Même remarque pour vente-privée.com, une communauté d'acheteurs et de vendeurs qui est passée de 1,3 million à 2,7 millions de visiteurs en un an.

Et l'e-commerce n'a pas fini de faire son trou. 9,3 millions d'internautes, dont 1,1 million de novices, ont d'ores et déjà annoncé leur intention de faire des achats en ligne au cours des six prochains mois. Une tendance d'autant plus lourde que la confiance dans l'e-commerce se généralise, y compris parmi ceux qui n'achètent pas encore sur le Net.

D'ailleurs, les boutiques en ligne continuent d'envahir le Web, profitant certainement de la quasi absence ou de la timide présence des grands noms de la grande distribution, hypermarchés en tête. Selon le baromètre TPE-PME, présenté par l'Acsel, le taux d'ouverture d'enseignes a doublé en un an. Le chiffre d'affaires des sites d'e-commerce recensés a augmenté en moyenne de 59%. Autre tendance révélée par une étude coordonnée avec Leguide.com, les e-marchands français exportent. Sur les 5.670 sites français appartenant à la base, plus de la moitié commercialisent leurs produits hors de France, principalement en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, en Italie et en Suisse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :