Thai Airways se prononcera en février sur l'annulation de sa commande d'A380

 |   |  416  mots
La compagnie aérienne thaïlandaise, qui la semaine dernière n'excluait pas d'annuler sa commande de six appareils A380, donnera sa décision en février prochain. Airbus pourrait ainsi perdre de nouvelles commandes suite aux retards accusés par son avion gros porteur, alors qu'il doit en vendre 420 pour rentabiliser le programme.

Airbus doit maintenant faire face aux retombées collatérales engendrées par les retards de son A380. Au début du mois, l'avionneur avait déjà perdu un client avec Fedex... Thai Airways pourrait bien être le second. La compagnie aérienne thaïlandaise a en effet annoncé ce matin qu'elle prendrait une décision quant à l'annulation de sa commande de 6 appareils gros porteurs en février prochain. Une dénouement tout à fait envisageable "si la compensation offerte par Airbus n'est pas suffisante", a déclaré Wallop Bhukkanasut, le vice présent exécutif de la compagnie en charge des relations commerciales, devant des journalistes réunis à Bangkok. "La décision finale sera prise par notre nouveau conseil d'administration en février", a-t-il poursuivi.

Depuis l'annonce d'importants retards de livraison frappant son programme A380, les menaces d'annulations de commande pèse lourdement sur la filiale d'EADS. Vendredi dernier, la compagnie aérienne thaïlandaise Thai Airways avait laissé entendre qu'elle n'excluait pas la possibilité d'annuler des commandes, indiquant que les retards accumulés par Airbus sur ce programme affecteraient ses plans à long terme.

"Nous voulions vraiment que cette flotte d'A380 soit opérationnelle fin novembre 2009, mais il semble que cela ne soit pas possible, nous allons donc devoir procéder à des ajustements", avait alors expliqué à l'agence Reuters Wallop Bhukkanasut. Une situation qui pourrait, dans le pire des cas, amener Thai Airways à annuler ses commandes.

Airbus, qui a enregistré des retards d'en moyenne un an pour les livraisons de son A380, a déjà reçu des annulations de commandes pour ce programme. Début novembre, Fedex, spécialiste de la messagerie et des colis, a notifié à Airbus l'annulation de sa commande qui portait sur dix appareils dans leur version cargo. Le groupe américain a annoncé qu'il les remplacerait par 15 avions B777 cargo de Boeing.

En octobre, Singapore Airlines avait pour sa part laissé entendre qu'il était prêt à annuler l'option sur neuf appareils A380 et s'en tenir à une première commande ferme de 10 avions.

Ces risques d'annulation viennent compliquer un peu plus la situation chez Airbus, qui doit vendre 420 exemplaires de son très gros porteur pour le rentabiliser. Initialement, et avant l'annonce des énormes retards du programme, il prévoyait d'atteindre le point mort en vendant seulement 270 avions. Airbus a enregistré 157 commandes d'A380, en prenant en compte la commande ferme de 8 nouveaux appareils de Qantas et l'annulation des 10 gros-porteurs par Fedex.

A la Bourse de Paris, le titre EADS perd ce matin 1,20% à 22,26 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :