Le conseil d'administration de GDF sur la fusion avec Suez maintenu au 22 novembre

 |   |  309  mots
Malgré la requête en justice du comité central d'entreprise de Gaz de France pour repousser le conseil d'administration chargé de valider la fusion avec Suez, le calendrier est maintenu. Les assemblées générales des deux groupes sont prévues pour la fin du mois de décembre.

Bien que le comité central d'entreprise (CCE) de Gaz de France ait déposé une requête en justice pour repousser le conseil d'administration du groupe chargé d'entériner la fusion avec Suez, ce dernier aura bien lieu le 22 novembre. Le conseil aura aussi pour mission d'étudier la parité du rapprochement.

Le CCE a déposé hier soir une requête en référé devant le Tribunal de Grande instance de Paris, estimant qu'il manquait d'informations sur les conséquences sociales du rapprochement de Suez et de GDF. Cette requête pourrait reporter la fusion prévue pour la fin de l'année, si la justice accède finalement à la demande de report du conseil d'administration.

En attendant une décision de justice, le calendrier initialement prévu est donc maintenu. Et d'après une source proche du dossier, les assemblées générales des deux entreprises ayant pour objet de sceller la fusion auront lieu à la fin du mois de décembre, certainement le 29.

En attendant de connaître l'issue de ces événements, GDF indique par ailleurs être proche d'un accord avec le groupe russe Gazprom. Cet accord devrait lui garantir un approvisionnement jusque dans les années 2030, selon Jean-François Cirelli, PDG de GDF. "Nos relations avec Gazprom sont extraordinairement fortes. Nous sommes très près d'un accord que nous signerons très prochainement pour garantir les approvisionnements russes dans la durée, au moins jusque dans les années 2030", a ainsi indiqué Jean-François Cirelli. Un accord qui a toute son importance alors que les contrats d'approvisionnement de GDF par Gazprom courent jusqu'en 2012 et que Gazprom fournit 20% du gaz de GDF.

Cet accord devrait ainsi succéder à des accords stratégiques signés ces derniers jours entre Gazprom et ENI en Italie, mais aussi avec la filiale russe de BP, TKN.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :