Vivendi redresse enfin sa musique et ses jeux

 |   |  916  mots
Le groupe de télécoms et de médias, qui a publié des performances annuelles en ligne avec les attentes, prévoit une hausse de ses bénéfices de 11 à 13% cette année.

C'est une honorable copie qu'a rendue Vivendi Universal, qui présentait ce matin ses comptes annuels. Bon élève, le groupe de télécoms et de médias a dévoilé des chiffres parfaitement en ligne avec les attentes. Le résultat net part du groupe a reculé de 3,4% à 1,25 milliard d'euros, l'année 2004 ayant bénéficié d'un gain exceptionnel lié à la vente de la participation dans Veolia. Le résultat net ajusté, qui exclut des éléments non récurrents, a fait un bond de 55% à 2,1 milliards d'euros, légèrement au-dessus du consensus de Reuters, qui était de 2 milliards d'euros. Ces résultats ne comptabilisent pas l'entrée au capital du bouquet satellite TPS par Canal Plus.

Le résultat d'exploitation a augmenté de 15,8% à 3,74 milliards d'euros, en ligne avec les attentes. Les télécoms, qui pèsent 85% des bénéfices, tirent les résultats. Maroc Telecom a augmenté son résultat d'exploitation de 15,1% à 765 millions d'euros. SFR a vu son bénéfice croître de 3,9% à 2,4 milliards d'euros. La progression atteint 10,8% si l'on exclut l'amende de 220 millions d'euros infligée par le Conseil de la concurrence pour entente. Pour 2006, SFR vise une hausse de sa marge d'exploitation entre 29,5 et 30,5%, contre 27,9% l'an passé. Le groupe a prévenu qu'une partie du chiffre d'affaires serait affectée par la règlementation liée à la baisse des terminaisons d'appel.

Record d'abonnés pour Canal Plus

Groupe Canal Plus a bien tiré son épingle du jeu en générant un bénéfice en hausse de 8% à 203 millions d'euros, au dessus des attentes. "La croissance du parc d'abonnements et les augmentations de tarifs réalisées en 2004 se sont traduites, en 2005, par une hausse des chiffres d'affaires liés à Canal Plus et CanalSat", explique le communiqué. L'an passé, le groupe a gagné 310.000 nouveaux abonnés, un record. Pour 2006, il va s'atteler à la migration de ses abonnés analogiques vers la télévision numérique terrestre (TNT) lancée il y a un mois, car "elle génère un ARPU (revenu moyen par abonné) supérieur". Il va également mettre en oeuvre le rapprochement industriel avec TPS, ce qui va lui permettre de réduire ses coûts d'acquisition de clients, actuellement estimés à 350 euros par nouveau venu. A cet effet, le groupe a d'ores et déjà supprimé un certain nombre de promotions.

Ventes en ligne pour la musique

Mais il faut souligner particulièrement la performance de Universal Music Group (UMG) dont le résultat a fait un bond de 33,7% à 480 millions d'euros, un chiffre meilleur qu'attendu. "Les artistes UMG ont dominé les listes des meilleures ventes non seulement globales mais par genre musical", relève VU. UMG a ainsi gagné des parts de marché aux Etats-Unis où sa part de marché a atteint 31,7%. "Pour 2006, nous comptons augmenter notre chiffre d'affaires grâce au téléchargement et nous visons un taux de marge stable ou en hausse", a indiqué Jacques Espinasse, le directeur financier, à l'occasion de la présentation des résultats.

Les ventes de musique numérique ont atteint 259 millions d'euros en 2005 (5,3% du total), les deux tiers provenant du mobile, le tiers restant d'Internet. UMG espère que les ventes en ligne compenseront le déclin du CD physique, tandis que le taux de marge devrait rester identique. "Notre principal problème provient du piratage physique", a rappelé Pascal Nègre, à la tête d'UMG International. 2006 devrait être aussi l'année des acquisitions: la major veut se renforcer dans l'édition musicale, bien qu'elle n'ait aucune discussion en cours.

Jeu sur mobile

Enfin, Vivendi Universal Games (VUG), longtemps le boulet du groupe, reste à flot avec un profit de 41 millions d'euros, contre une perte de 203 millions d'euros un an avant. La branche de jeux vidéo est quand même décevante par rapport aux pronostics du marché. Le redressement de VU Games est à mettre sur le compte du succès du jeu en ligne World of Warcraft qui a attiré plus de 5,5 millions de clients dans le monde. Devant cette réussite, la société compte bien se renforcer dans le jeu en ligne, qui pèse 50% de son chiffre d'affaires, à égalité avec le hors ligne. Autre piste étudiée pour l'avenir: le jeu sur mobile. Reste maintenant à VU Games à faire ses preuves sur le jeu pour console, son point faible, alors que c'est la principale source de revenus du secteur. L'an passé, le groupe a à cet effet acheté quatre studios de développement, Radical, Swordfish, Swingin' Ape et High Moon, dans lesquels il s'apprête maintenant à investir. Pour 2006, VUG vise à faire passer sa marge opérationnelle de 6% à une fourchette de 8 à 10%.

"Notre stratégie porte donc ses fruits", s'est félicité le président du directoire du groupe Jean-Bernard Levy dans un communiqué. Pour 2006, Vivendi attend une croissance de son résultat net ajusté comprise entre 11 et 13%. Et le groupe n'oublie pas de choyer ses actionnaires. Jean-Bernard Levy leur promet de "conduire à une nouvelle augmentation du dividende l'an prochain" supérieure à 50% du résultat net ajusté. Au titre de 2005, ils recevront un euro par action, soit une hausse de 67% sur un an et un taux de distribution de 55% du résultat net ajusté. Outre la finalisation du rapprochement avec TPS, le groupe compte bien voir aboutir son renforcement en Pologne dans PTC. Il attend aussi la réponse à l'appel d'offre pour reprendre 35% dans Tunisie Telecom, une opération dont on devrait connaître l'issue au printemps.

A Paris, le titre gagne 1,57% à 25,85 euros en fin d'après-midi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :