Ford dans le rouge au deuxième trimestre

 |   |  356  mots
Le constructeur automobile américain a enregistré une perte nette de 7 cents par action au titre de son deuxième trimestre 2006, alors que l'année précédente, il avait affiché un bénéfice par action de 47 cents. Le groupe, qui peine à sortir de la crise, va annoncer des mesures d'ici deux mois.

Ford reste sous pression. Le numéro deux américain de l'automobile a affiché une perte nette de 7 cents par action au deuxième trimestre 2006, alors que l'année précédente, il avait enregistré un bénéfice net de 47 cents. Au total, la perte atteint 123 millions de dollars sur le trimestre, contre un bénéfice de 946 millions de dollars.

Pourtant, par rapport au premier trimestre 2006, la perte est moindre : sur les trois premiers mois de l'année le groupe avait en effet perdu 1,2 milliard de dollars, en raison d'une provision pour restructuration des activités nord-américaines.

L'Amérique du Nord, zone difficile pour Ford, a même vu sa perte baisser à 797 millions de dollars au deuxième trimestre, contre un déficit de 907 millions de dollars un an plus tôt. La même zone avait accusé une perte de 1,6 milliard de dollars un trimestre auparavant.

Reste que malgré cette relative amélioration, Ford ne s'estime pas sorti d'affaire. "Nous avons connu certaines améliorations en Amérique du Nord au cours du deuxième trimestre, mais les difficultés externes auxquelles nous devons faire face ne vont pas s'arranger", prévient Bill Ford, le PDG du groupe, dans un communiqué.

D'autant que le groupe est toujours soumis à une conjoncture difficile. Ainsi le constructeur a affiché un chiffre d'affaires global de 37,7 milliards de dollars dans son activité automobile et 4,2 milliards dans la division finance. Au total, le chiffre d'affaires de 41,9 milliards de dollars s'est inscrit en repli sur un an par rapport aux 44,5 milliards de dollars enregistrés un an plus tôt.

Toujours sur la brèche, Ford veut donc accélérer le redressement du groupe. "Au cours des prochains 60 jours, nous annoncerons des mesures additionnelles que nous allons prendre", a expliqué Bill Ford. Ces mesures devraient ainsi s'ajouter à celles annoncées en début d'année. Le groupe avait déclaré vouloir fermer 14 usines et supprimer 30.000 emplois d'ici 2012 en Amérique du nord. Ces mesures drastiques ont été décidées alors que le groupe fait face à un marché de plus en plus concurrentiel, en Amérique du Nord.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :