Une hausse symbolique, obtenue in extremis

 |   |  738  mots
Après avoir évolué dans le rouge durant l'essentiel de la séance, le CAC 40 termine sur un gain de 0,08%, à 4.961 points. Le rebond de France Télécom et la hausse du Dow Jones sont les deux principaux facteurs à l'origine de ce retournement.

Après avoir ouvert en hausse, le CAC 40 est passé dans le rouge après un peu plus d'une heure de cotation. Même après l'ouverture de Wall Street, l'indice parisien évoluait encore en territoire négatif. La fin de séance se termine néanmoins sur une note positive, le CAC 40 enregistrant un léger gain. L'accélération à la hausse du Dow Jones a permis d'inverser la tendance. Le rebond de France Télécom et la bonne performance des valeurs bancaires ont également permis de résister. Le recul de Michelin pèse cependant sur la tendance, alors que les prévisions 2006 du numéro un mondial du pneumatique sont jugées décevantes.

A la clôture, le CAC 40 avance de 0,08% à 4.961,09 points. Le Footsie perd 0,05% et le Dax avance de 0,10%.

L'échéance mars sur le brut léger américain se négocie sous les 61 dollars le baril, en anticipation de l'annonce, demain, d'une poursuite du renforcement des stocks pétroliers aux Etats-Unis. Le dollar s'échange à 1,1876 pour 1 euro à la veille de la première intervention du nouveau président de la Fed devant le Congrès.

Aux Etats-Unis, les ventes au détail ont progressé de 2,3% en janvier, soit presque trois fois plus forte que prévu. Hors automobile, elles ont augmenté de 2,2%, affichant ainsi leur meilleure performance depuis décembre 1999.

Les stocks des entreprises américaines ont augmenté de 0,7% en décembre, à 1.303,7 milliards de dollars, après une hausse de 0,6% (révisée de +0,5%) en novembre. Sur un an, la progression ressort à 4,3%. Les économistes tablaient sur une hausse de 0,5% en décembre.

Première pondération de l'indice CAC 40, Total perd 1,33% à 215 euros, freiné par le repli des cours du pétrole. Le groupe a confirmé avoir lancé un appel d'offres en vue de la cession de ses participations dans Gaz de Strasbourg et Gaz de Bordeaux. Selon Les Echos de ce mardi, les participations de 24,5% et 16% de Total dans les distributeurs de gaz strasbourgeois et bordelais pourraient intéresser notamment EDF, l'italien Enel, l'espagnol Iberdrola ou les allemands RWE et E.ON.

France Télécom progresse de 3,06% à 19,17 euros. L'opérateur télécoms a réalisé un résultat net de 5,7 milliards d'euros en 2005, en hausse de 89,2%. Le résultat d'exploitation progresse de 21,1% à 11,28 milliards d'euros et le chiffre d'affaires augmente de 6,2% à 49 milliards. Le groupe propose un dividende net de 1 euro, contre 0,48 au titre de l'exercice précédent et ajoute qu'il prévoit de proposer le versement d'un dividende de 1,20 euro par action au titre de 2006.

Michelin recule de 5,12% à 51,90 euros. Le fabricant de pneumatiques a enregistré un bénéfice net de 889 millions d'euros l'an dernier, en hausse de 36%. Le résultat d'exploitation augmente de 27% à 1,57 milliard d'euros. La marge opérationnelle ressort à 8,8%, contre un minimum de 8,7% prévu. Michelin vise une marge 2006 équivalente à celle de 8,8% réalisée en 2005. Enfin, le dividende proposé est en hausse de 8% à 1,35 euro par action.

Société Générale et Crédit Agricole prennent plus de 1%. Leur concurrent BNP Paribas publie demain ses résultats annuels. L'action avance finalement de 0,3% à la veille de cette publication.

Rodriguez Group recule de 2,6% à 48,70 euros. Le fabricant de bateaux de plaisance a vu son chiffre d'affaires diminuer de 1,3% à 66,1 millions d'euros au premier trimestre 2005-2006. Le groupe, qui souligne que les trois premiers mois de l'exercice ne sont généralement pas significatifs, confirme son objectif annuel de 320 millions d'euros de ventes de bateaux neufs. Au 10 février, soit après quatre mois d'exercice, le carnet de commandes progresse de 15% à 256 millions d'euros, représentant environ 80% de son objectif de ventes de bateaux neuf sur l'année.

Groupe Steria abandonne 2,2% à 45,28 euros. La SSII a enregistré une progression de 19,5% de son chiffre d'affaires à 1,17 milliard d'euros en 2005. A périmètre et taux de change constants, la hausse s'établit à 4%. Steria indique que son taux de marge opérationnelle du second semestre devrait être supérieur aux 4,9% enregistrés sur la période correspondante de 2004. Pour l'ensemble de l'exercice, le groupe confirme son objectif de croissance supérieure à celle du marché européen et d'une marge opérationnelle de plus de 7%.

Enfin, Sopra Group lâche 2,09% à 70,10 euros. La société de services informatiques a dégagé un chiffre d'affaires de 757 millions d'euros l'an dernier, en hausse de 20,2%. Sur le seul quatrième trimestre, l'activité progresse de 20,9% à 217,2 millions. Sopra confirme son objectif de croissance de la marge opérationnelle 2005.


Olivier Auberger
Copyright Investir

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :