Sprint de fin de séance pour le CAC 40

 |   |  842  mots
Grâce à une accélération en fin de séance, le CAC 40 termine en hausse de 0,16% à 5.361,97 points. La séance est toutefois restée hésitante tout au long des échanges, alors que le marché a retrouvé ses plus hauts annuels. Outre-Atlantique, la tendance est similaire, dans l'attente des résultats du troisième trimestre et d'une série de statistiques économiques.

Paris s'octroie en légère hausse, après avoir accéléré en fin de séance. De retour à ses plus hauts annuels, l'indice parvient à ainsi encore à grappiller un peu de terrain. Un peu plus de la moitié de ses valeurs en hausse, l'indice doit notamment son avancée à ses deux plus grandes capitalisations, Total et Sanofi-Aventis, ainsi qu'à Mittal Steel, en tête de l'indice sur fond de bons résultats et de spéculation sectoriels.

A l'inverse, les valeurs financières ont pesé sur la tendance. Crédit Agricole affiche ainsi la plus forte baisse de l'indice après l'annonce la semaine dernière d'une augmentation de capital de 4 milliards d'euros destinée à financer son implantation dans la banque de détail italienne. Axa a également reculé sur des rumeurs de rachat outre-Manche. Aux Etats-Unis, la tendance est similaire. Wall Street s'affiche ainsi hésitant à ses plus hauts en vue de publications statistiques, sur fond de montée en régime de saison de résultats.

A la clôture, le CAC progresse ainsi de 0,16% à 5.361,97 points, après une hausse de 1,3% la semaine dernière. Les volumes sont honorables, à 3,7 milliards d'euros sur l'indice. Sur les autres places européennes, le Footsie avance de 0,36%. Dans le même temps, le Dax progresse de 0,21%. A New York, le Dow Jones grappille 0,07% points.

Les cours du pétrole continuent de s'échanger sous les 59 dollars le baril, alors que les pays membres de l'Opep ont décidé de se réunir ce jeudi au Qatar pour décider d'une éventuelle réduction de leur production. Le mouvement porterait sur un million de barils par jour. Il s'agirait d'une première baisse collective depuis juin 2004. La mise en application d'une telle décision pourrait intervenir le 1er décembre prochain. Le WTI est inchangé à 58,57 dollars à New York. Relative stabilité en revanche du côté des changes. L'euro s'établit à 1,2517 dollar, non loin de ses niveaux atteints vendredi soir outre-Atlantique (1,2508 dollar).

Le programme du jour est plutôt allégé sur le plan économique. Seule publication statistique américaine du jour, l'indice manufacturier de la Fed de New York est ressorti à 22,9 en octobre, alors qu'il était attendu à 11,2 par le consensus Bloomberg des économistes. L'indice s'était établi à 13,8 le mois précédent. A noter que le président de la Réserve fédérale, Ben Bernanke, doit intervenir lors d'un forum de l'American Bankers Association. Ce sera après la clôture des marchés européens, à 18 heures, heure de Paris. En France, la BdF a revu en hausse sa prévision de croissance du Produit intérieur brut pour le troisième trimestre, à 0,5% contre 0,4% auparavant. L'acquis de croissance s'établirait ainsi à 2,2%.

Du côté des entreprises, Axa cède 0,32% à 31,03 euros. Pour le Sunday Telegraph, l'assureur français et Swiss Re auraient présenté, en commun, une offre de 8 milliards de livres (11,8 milliards d'euros) en vue d'acquérir Scottish Widows, filiale du britannique Lloyds TSB. Dans le cadre de cette opération, Axa mettrait la main sur la branche de gestion de fonds du groupe. Axa a par ailleurs annoncé l'acquisition du grec Alpha Insurance pour un montant de 255 millions d'euros.

Publicis se retire de la compétition dans le cadre de l'attribution du budget publicitaire de l'opérateur SFR. Ce, en raison du départ du PDG de l'agence Publicis Conseil, Christophe Lambert, la semaine dernière. Ce contrat faisait partie des budgets à risque évoqués depuis quelques jours. En hausse ce matin, le titre cède 0,39% à 30,94 euros.

Suez (+0,17% à 34,83 euros) a accepté de vendre sa filiale belge de distribution et de vente de gaz Distrigaz dans le cadre des concessions réalisées auprès de la Commission européenne, en vue de s'assurer d'un accord pour son projet de rapprochement avec Gaz de France (+0,73% à 31,69 euros). Un porte-parole du groupe a indiqué que l'ensemble des concessions proposées à la Commission européenne représente une baisse de 13% de la production totale des deux groupes réunis.

Moody's a relevé la notation de Scor, de Baa1 à A3, perspective stable. Le titre n'en profite pas, et cède 0,49% à 2,03 euros.

Valeo monte de 0,43% à 27,81 euros. Le titre ne souffre pas de la révision à la baisse de l'objectif de cours de Credit Suisse, de 30 à 26 euros. WestLB relève pour sa part son objectif de 88 à 108 euros sur AGF (+0,09% à 110,10 euros).

Selon le quotidien japonais Yomiuri dont les propos sont rapportés par Reuters, Areva et Mitsubishi seraient entrés en négociations en vue d'une alliance étendue. La coopération porterait notamment sur le développement de réacteurs à eau pressurisée et sur l'obtention de commandes conjointes, ainsi que sur le développement de nouvelles technologies. Le titre avance de 0,42% à 473,10 euros.

Hors du CAC 40, Haulotte s'est distingué en hausse de 6,44% à 21,65 euros. L'acquisition aux Etats-Unis de JLG Industries par Oshkosh Truck a fait ressortir des ratios de valorisation très supérieurs à ceux de du spécialiste français des nacelles élévatrices.

Soitec doit publier son chiffre d'affaires semestriel ce soir après Bourse.


Ambroise Ecorcheville
Copyright Investir

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :