British Airways revoit son chiffre d'affaires à la baisse

 |   |  384  mots
La compagnie aérienne britannique réduit ses prévisions de croissance de 5 à 6% sur l'exercice 2006-2007, contre les 6 à 7% anticipés. Toutefois, la récente chute des prix du pétrole devrait permettre à British Airways d'alléger de plus de 150 millions d'euros sa facture de carburant.

Victime des menaces terroristes qui planent depuis cet été sur la Grande-Bretagne, British Airways doit revoir à la baisse sa prévision de croissance du chiffre d'affaires pour l'exercice 2006-2007, clos fin mars. La compagnie aérienne britannique tempère ses ambitions et anticipe une croissance qui n'attendrait plus que 5 à 6%, contre les 6 à 7% prévus initialement.

"La plupart de nos segments d'activité se remettent bien des événements du mois d'août", indique le groupe dans un communiqué, alors que les mesures de sécurité renforcées depuis la fin de l'été dans les aéroports britanniques auront toutefois sensiblement réduit l'affluence des passagers.

Le trafic de British Airways, mesuré en revenu passagers au kilomètre, n'a progressé que de 1,5% en septembre comparé à l'année dernière, après +5% en août et contre une moyenne de +5,6% depuis le début de l'exercice en avril. "Les volumes de trafic en septembre, en particulier dans les premières classes, ont pâti des restrictions sur les bagages", justifie le transporteur aérien. Le taux de remplissage de ses appareils a reculé de 0,8 point, à 78,8%.

Depuis le démantèlement le 10 août dernier d'un complot terroriste présumé qui visait à faire exploser en vol des avions entre le Royaume-Uni et les Etats-Unis, le transport de bagages à main en cabine font l'objet de restrictions draconiennes. Tout liquide reste interdit à bord sur les vols à destination des Etats-Unis. "La réintroduction de bagages à main de taille standard à la fin septembre et l'harmonisation des règles en vigueur pour le transport des liquides prévue pour la fin octobre devraient aider à la reprise progressive de ces segments d'activité", estime British Airways dans son communiqué.

Paradoxalement pour le groupe, la bonne nouvelle vient de la Bourse de Londres, où le titre gagne 3,68% en fin d'après-midi, à 450,25 pence.

Une réaction des marchés surprenante après un avertissement, qui tire son explication de "la récente chute des prix du pétrole". La compagnie s'attend en effet à ce que sa facture de carburant augmente moins que prévu cette année. Elle table désormais sur une hausse de 670 millions d'euros (450 millions de livres) par rapport à l'an dernier, contre 820 à 890 millions prévus au budget jusqu'ici. Le nombre de passagers transportés s'est quant à lui élevé à 3,246 millions de personnes, en hausse de 1,1%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :