Nouvelle détérioration des résultats d'Alitalia

 |   |  393  mots
La compagnie aérienne italienne a perdu 65,8 millions d'euros au troisième trimestre, et prévient que ses pertes 2006 dépasseront celles de l'année dernière. Le groupe est à la recherche de partenaires pour assurer sa survie.

La compagnie aérienne Alitalia, en extrême difficulté, a annoncé lundi soir une perte avant impôts de 65,8 millions d'euros au titre du troisième trimestre de l'année. Un chiffre qui se compare à un bénéfice avant impôts de 15,7 millions d'euros sur la même période de l'année dernière.

Les chiffres publiés par la compagnie confirment l'ampleur de ses difficultés. Sur les trois mois écoulés, le chiffre d'affaires du groupe s'est inscrit en repli de 3,2%, à 1,25 milliard d'euros. Alitalia est en fait pris en tenaille entre une activité en baisse, du fait des difficultés commerciales de la compagnie, et des coûts croissants, en raison de la facture de carburant et de ses frais de personnel. Dans la foulée, la compagnie prévient qu'elle perdra cette année davantage d'argent qu'en 2005, année où elle avait perdu 167 millions d'euros.

L'état de la compagnie aérienne est tel, en fait, qu'elle lutte actuellement pour sa survie. Le mois dernier, le chef du gouvernement italien Romano Prodi avait même affirmé que la compagnie était désormais "totalement incontrôlable". Et il estimait qu'elle n'avait plus que jusqu'à janvier prochain pour éviter le dépôt de bilan.

Alors que sa situation financière ne cesse de se dégrader, Alitalia ne tient le coup, en fait, que grâce à l'augmentation de capital d'un milliard d'euros réalisée l'année dernière. Celle-ci, financée notamment par l'Etat italien, qui possède 49,9% de la compagnie, lui a donné un matelas de sécurité. A la fin du mois dernier, la compagnie a ainsi annoncé que sa trésorerie disponible lui permettrait de tenir encore douze mois.

Reste que le temps presse. La compagnie doit d'une part travailler à un assainissement rapide de ses comptes, et d'autre part chercher une alliance avec d'autres groupes du secteur. Le conseil d'administration d'Alitalia a mandaté le président du groupe Giancarlo Cimolli pour trouver un partenaire à la compagnie. De son côté, le gouvernement italien prévoit de mettre en place un plan d'action d'ici janvier prochain. Parmi les hypothèses d'alliance figurent, comme toujours celle d'un rapprochement avec Air France-KLM, ou, plus généralement, avec l'alliance SkyTeam auxquelles appartiennent les trois compagnies. Mais la possibilité d'une alliance avec une compagnie asiatique est aussi évoquée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :