Air France confirme la création d'une nouvelle compagnie touristique

 |   |  503  mots
Comme révélé vendredi matin par La Tribune, le groupe Air France KLM va créer une compagnie aérienne régulière à vocation touristique, en s'appuyant sur Transavia, la filiale de KLM spécialisée sur les activités touristiques. Basée à Orly, la nouvelle compagnie proposera des vols vers des destinations comme le Maroc, la Tunisie ou l'Espagne.

Air France-KLM a confirmé vendredi les informations publiées le matin même par La Tribune, à savoir son projet de création d'une nouvelle compagnie touristique moyen-courrier. Une initiative qui répond, selon le communiqué de la compagnie aérienne, à "la croissance du marché des loisirs" et à "la demande des professionnels du tourisme français".

Cette nouvelle entité sera filiale à 60% d'Air France et à 40% de Transavia.com, la filiale de KLM dédiée au transport de passagers vers des destinations loisirs moyen-courriers. Elle permettra de mettre en place de nouveaux "vols réguliers vers des destinations loisirs actuellement non desservies par Air France".

La nouvelle compagnie sera basée à Orly Sud, avec du personnel sous contrat de travail de droit français. Ses premiers vols réguliers à bas prix moyens courriers doivent être lancés au printemps 2007, vers des destinations "favorites des Français", comme le Maroc, la Tunisie ou l'Espagne, précise le groupe. Elle proposera également "une activité de vols non réguliers au départ d'Orly", précise le communiqué.

Cette initiative intervient neuf ans après la fermeture de la filiale Air Charter d'Air France en 1997. Tenu secret, le projet était en gestation depuis plus d'un an. Le nom d'Air France Soleil a été évoqué comme marque commerciale, selon une source externe, sans que l'on sache si cette hypothèse a été retenue.

Cette nouvelle compagnie disposerait dans un premier temps d'une flotte de quatre à six Boeing 737, basés à Orly. Les avions viendraient de la flotte de Transavia, la filiale de KLM spécialisée sur le segment touristique. D'ailleurs, c'est Transavia qui aurait demandé au groupe de pouvoir dupliquer son modèle dans l'Hexagone. Le concept de la compagnie néerlandaise rencontre un vrai succès (elle est bénéficiaire depuis vingt-huit ans). Il combine une activité charter (la commercialisation des sièges se fait via les voyagistes affréteurs pour la construction de leurs voyages à forfaits) à une activité de vente directe de billets aux consommateurs (à prix relativement attractifs essentiellement via Internet) sur un réseau défini. De plus, Transavia vend directement aux passagers sur les vols charters, lorsque les tour-opérateurs n'ont pas utilisé toute la capacité. Bref, il s'agit d'" un modèle mi-charter, mi-low-cost ", même si la part du charter est prédominante.

Si cette décision de lancement doit être prise, c'est que faire que du charter traditionnel, aujourd'hui dépassé par les low-cost, a peu de sens. Le secteur charter français est d'ailleurs sinistré après les échecs d'AOM Air Liberté, d'Aeris, d'Euralair puis d'Air Horizon et les difficultés récentes d'Axis Airways voire de Corsair. Et la direction d'Air France a toujours refusé de créer une filiale à bas prix. Ce projet intervient un an après la signature avec le groupe Club Med-Jet Tours d'un contrat d'affrètement de deux à trois Airbus A320.

Le titre Air France-KLM, qui évolue actuellement à ses plus hauts niveaux historiques, était en recul vendredi en fin de séance de 1,35%, à 31,40 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :