Le Luxembourg pourrait contrecarrer l'OPA de Mittal

 |   |  434  mots
L'OPA hostile de Mittal Steel sur Arcelor pourrait être entravée par un durcissement de la loi sur les OPA qui sera examiné vendredi par la commission des Finances du Luxembourg. Lakshmi Mittal affirme qu'une majorité d'actionnaires d'Arcelor le soutiennent.

Nouveau rebondissement dans l'affaire Mittal Steel-Arcelor. Des propositions d'amendement au projet de loi gouvernemental luxembourgeois sur les OPA, présentées aujourd'hui par la Chambre de Commerce du Luxembourg, pourraient aider à contrer l'OPA hostile du géant de l'acier Mittal Steel sur l'européen Arcelor, groupe de droit luxembourgeois.

Une disposition prévoit notamment d'obliger une entreprise lançant une OPA à réaliser intégralement son offre en liquide, si 25% de son capital au moins n'est pas coté en Bourse depuis au minimum un an avant le lancement de l'offre. Si cet amendement était adopté, il pourrait contrecarrer les projets d'acquisition de Mittal, qui entre dans ce cas de figure. Contrôlé par la famille Mittal, le groupe n'a en effet qu'environ 12% de son capital sur le marché, et son offre est actuellement libellée à 75% en actions.

Le rapporteur du projet de loi, le député chrétien-social Laurent Mosar, a indiqué qu'il était trop tôt pour savoir comment allait réagir vendredi la commission des Finances. "Je n'exclus pas que des amendements pourront être adoptés à l'issue de la réunion de vendredi", a-t-il ajouté. Sans attendre le verdict de la commission, cette annonce a déjà provoqué un certain malaise au parlement luxembourgeois. Michel Wurth, président de la Chambre de Commerce du Luxembourg est également numéro deux du groupe sidérurgique Arcelor...

Le député chrétien-social Lucien Thiel, membre de la commission des Finances, a déclaré à l'AFP: "soit nous nous mettons du côté de ceux qui veulent barrer la route à Mittal Steel, soit nous réfléchissons à plus longue échéance et nous pensons à la renommée internationale du Luxembourg en tant que place financière internationale. La décision ne va pas être facile". Le Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Junker s'est déjà personnellement impliqué dans la lutte contre cette OPA.

La réaction de Laskhsmi Mittal, PDG de Mittal Steel, ne s'est pas faite attendre. "Je suis convaincu que le gouvernement luxembourgeois ne prendra aucune initiative visant à amender la législation de telle manière que cela pourrait gêner la transaction", a-t-il déclaré cet après-midi au cours d'une conférence de presse à Paris. Il a également affirmé que "50 à 60% des actionnaires d'Arcelor soutiennent l'offre valorisant le groupe à 18,6 milliards de dollars". Durant sa tournée mondiale des investisseurs effectuée la semaine dernière, Guy Dollé, PDG du sidérurgiste européen, affirmait l'inverse, se disant convaincu que la majorité des actionnaires rencontrés préféraient que la société reste indépendante.

A la clôture, l'action Arcelor progresse de 1,19% à 31,46 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :