Le CAC 40 finit à plus de 5.400 points grâce à Wall Street

 |   |  732  mots
Dopée par le rebond de Wall Street, la Bourse de Paris termine en belle hausse. En clôture, le CAC 40 progresse de 1,24%, à 5.402,36 points. La plupart des valeurs de l'indice terminent dans le vert. Alcatel affiche la plus forte progression du jour.

La Bourse de Paris finit en trombe. Dopé par le rebond de Wall Street, le CAC 40 finit à ses plus hauts du jour, repassant le seuil des 5.400 points. Après son repli de vendredi, la place américaine progresse assez nettement aujourd'hui (+0,62% pour le Dow Jones, +1,22% pour le Nasdaq), soutenue par la détente observée sur le front du pétrole, tout du moins en début de journée, et par de nouvelles opérations capitalistiques. L'absence de statistique économique a également autorisé des mouvements techniques outre-Atlantique.

En clôture, le CAC 40 gagne ainsi 1,24% à 5.402,36 points, dans des volumes de 3,8 milliards d'euros sur l'indice (un peu plus de 5 milliards pour l'ensemble du marché). Sur les autres places européennes, le Dax a progressé de 1,43%, tandis que le Footsie a pris 1,24%.

On ne comptait aucune statistique d'envergure outre-Atlantique. Mais l'activité dans le secteur des services est restée élevée en France et en Allemagne le mois dernier, alors qu'elle a de nouveau ralenti dans la zone euro, tout en se maintenant au-dessus des 50 points, qui marque la frontière entre expansion et contraction, pour le 38e mois consécutif. Les prix producteurs ont pour leur part baissé de 0,5% en septembre dans la zone euro.

Sur le front du pétrole, la tendance a été à l'accalmie durant une bonne partie de la séance, le baril de WTI approchant même les 58,50 ce matin, avant qu'une reprise s'amorce. Le pétrole remonte ainsi ce soir à plus de 59 dollars le baril, sans pour autant peser sur les marchés d'actions à New York. Sur le plan des devises, l'euro s'établit très précisément à 1,2710 dollar.


Du côté des valeurs, Mittal Steel perd 0,54% à 32,91 euros. Arcelor Mittal a dégagé un chiffre d'affaires de 22,1 milliards de dollars au troisième trimestre et confirmé ses prévisions pour l'ensemble de l'année. L'excédent brut d'exploitation ressort à 4,35 milliards de dollars. Par ailleurs, Lakshmi Mittal a pris la direction opérationnelle d'Arcelor à l'occasion d'un conseil d'administration d'urgence hier après la démission de Roland Junck, nommé en août. Cette nomination contrevient à l'accord signé fin juin entre Arcelor et Mittal.

Schneider recule pour sa part de 2,31% à 84,40 euros. Le groupe, qui vient d'acquérir American Power Conversion (APC) pour 5,5 milliards de dollars, a rejeté il y a quelques mois une offre de plus de 20 milliards d'euros émanant de trois fonds d'investissement, écrit le Wall Street Journal. Le rachat d'APC apparaîtrait ainsi comme une opération défensive.

Vivendi lâche 0,99% à 30,03 euros. La société a confirmé avoir rejeté une offre d'achat du fonds américain KKR. Selon le New York Times, qui a révélé l'affaire, KKR proposait de racheter le groupe français de médias et de télécommunications pour environ 40 milliards d'euros, soit 35 euros par action. KKR aurait par ailleurs renoncé à son projet, jugé trop complexe.

Du côté des hausses, Alcatel progresse de 3,28% à 10,08 euros. Merrill Lynch a relevé son objectif de cours sur le titre de l'équipementier télécoms de 12,20 à 13,20 euros. Le groupe a par ailleurs signé un contrat de 236 millions d'euros aux Etats-Unis.

EADS prend 1,38% à 21,31 euros. Le conseil d'administration du groupe d'aéronautique et de défense ne prendra pas mardi de décision concernant le lancement de l'A350 XWB, version allongée de l'A350, selon une source proche de la société citée par Reuters. Cette personne, qui dément ainsi les informations publiées dans la presse, a par ailleurs refusé de préciser si une réunion du conseil d'administration était prévue.

Havas progresse de 2,91% à 3,89 euros après un chiffre d'affaires conforme aux attentes. Le groupe de publicité a vu son chiffre d'affaires quasiment stagner à 343 millions d'euros au troisième trimestre, contre 341 millions un an plus tôt. Sur les neuf premiers mois de l'année, l'activité progresse de seulement 2,01% à 1,06 milliard d'euros. Havas précise que la croissance organique ressort à 1,9% au troisième trimestre et à 0,7% sur neuf mois.

Enfin, Ciments Français progresse de 1,19% à 136,20 euros. Le groupe a enregistré une progression de 33%, à 392,3 millions d'euros, de son bénéfice net sur les neuf premiers mois de 2006. Le résultat d'exploitation augmente de 43,6% à 708,2 millions d'euros et le chiffre d'affaires de 23,6% à 3,28 milliards. Pour l'ensemble de l'exercice, le cimentier table sur une nouvelle progression de son résultat net et confirme viser une " amélioration sensible " des résultats opérationnels.


Denis Lantoine
Copyright Investir

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :